DSC_1024

Uropi Nove 2* Uropi Nove 2* Uropi Nove 2*

GRECIA NI MATA TALIS

Wa nu deb a Grecia

 

        Talun zav te Grecia av no daven demokratij, filosofij id Olimpi Jege. Ba av ekun 3e mezen kamòl nu deb realim a Grecia ?

        Nerim tale ni odiu aktivide, subetàl in arte id siense av Greci nome. Wa nu ler be skol (< Gr skholeion) o be licea (< Gr lukeion o in Doski Gymnasium < Gr gumnasion), nerim tale siense matematik, aritmetik, geometrij (id li teoreme), fizik, biologij, astronomij, teknologij, gimnastik av Greci nome.

        Obte Grecia av ne usfinden la tale, de nome tale artis (o nerim tale) se Greci :  muzik, poetad, teatra, drama, epopea, komedij, tragedij, arkitektad id o3e  kina* we genì du tiljare pos Veti Grecia. (* od Greci kinêma = muvad).
       
        Naturim politik (< Gr politikê), de regad poli (< Gr polis) id ekonomij se Greci vorde, id os de nome de majsan politiki sistemis : monarkij, despotisma, demokratij, anarkij, oligarkij, i.s.p., usim republik, imperia id diktatorad we se Latini.

        Obte de maj disspanen religiòn in Europa, kristanisma se od Semiti odvenad, de nom Jesùs (< heb.  jeshua) se Semiti, ba hi « sunòm » Krist ven od Greci khristos = ungen.
        Be di punt, je se vezi pomeno te Europan kulture genì od u dupli erdad : de Greci-Roman erdad id de Juvi-Kristan erdad. Obe vidì 3a mol pru komicen, 3ate Grecia vidì kristanizen id os de Roman imperor. De Roman imperia inizì disspano kristanisma tra tal Europa, pos detì ja de Bizanti imperia ki ji Greci kultùr id linga.

        Un do3 os pomeno te de nom Europa som se Greci : je sì de nom u bel 3iku, ki wen Zeus inliamì, id wen he apdutì in de form u bij tauri.


Du cevi elemente ni kokadi kulturi : vin id ol se Greci (po la je sin olivòl naturim.), ba os butir we vid pri3e uzen instà ol in nordi kokade, se u Greci vord (< Gr bouturon = lit « govi kiz »).

        Ka cansi nu se avo, tramid ni  mimbori state da mivizi landit ! Je se nudi rumeno tal wa nu deb jo. Par nu av oblasen ja, nu men nevos ov ja, usim in soma wan je vid u turisti sta, wan ji sol id mar atràj tiliade (< Gr khiliades) turiste od tale Europan lande. 


Ov de foje in Grecia

        Di soma i farì ru a Grecia wo i av mole frame. Je se mol lezi framivo ki Grece. Lu av jok da sens gostiframidi we sì u tradisiòn in Veti Eve. Lu av u mirvizi vord po da : philoxenia, we sin maj o min « guso uslandore » . Po la, uslandore se ne liente wen un fraj o misfèd wim in mole alten lande, ba frame wen un vol akono. I stajì eke sedias in mi keri Peliòn, un od de maj glen id fric regione Greciu ki polde aplaris id foste kastanaris, wo fluj mole rije. Za, wajim, i vizì had su ter. I vizì Grecia breno, nerim talia, ki pindes vari fojas in un dia. Felicim Peliòn brenì ne be fend Agusti, obte je sì foje za in 3ul. Ba i vizì de horòr su skrene televizi. Je stì ne fojiste id de pavri liente sì proban stico 4-metri flame ki kuble vodi o avoditube. I nerim orì liente moro be televìz. Lu sì in telefoni kontàkt ki 3urnaliste id lu klajì « Elde na ! Elde na ! Nu se inronen pa flame ! Nu se brenan ! Nu ve tale moro ! » Id indèt 70 persone morì. Nekun venì la savo – usim 6 helikoptere po 50 fojas ; 6 sticaviele flevì op po kambo de foje – 21 stajì su bod.

    Ke se ruvokli ? Ke setì foj a Grecia ? Sì da foje inteli o obfali ? Ve nu un dia avo u ruvòk ? I moz ne perveno ma meno te nu, Europane, se tale u poj ruvokli. Parkà sendì nu ne maj aviele, maj fojiste a Grecia, id maj spelim ? Mojse par nu av oblasen da mirvizi landit be de dore Ostiu, da land we av pur jegen u sa vezi rola in de genad ni civilizadi  (ane Grecia, Europa esistev o3e ne ); mojse par nu av oblasen kamòl nu deb a Grecia, ni mata talis.


Greece, our mother

What we owe to Greece

             Everyone knows that Greece gave us Democracy, Philosophy and Olympic Games. But has anyone really measured how much we really owe to Greece ?
            Nearly all our activities today, above all in arts and sciences have Greek names. What we learn at school (< Gr skholeion or French lycée < Gr lukeion or German Gymnasium < Gr gumnasion), almost all sciences :  mathematics, arithmetics, geometry (and their theoremes), physics, biology, astronomy, technology, gymnastics etc…, have Greek names.

            Although Greeks didn’t invent them all, the names of all (or nearly all) arts are Greek words: music, poetry, theatre, drama, epic, comedy, tragedy, architecture , even the cinema which was born 2000 years after Ancient Greece, comes from gr kinêma = movement.

        Politics (< Gr politikê), of course, running the city (= Gr Polis) and economy are Greek words, as well as the names of most political systems : monarchy, despotism, democracy, anarchy, oligarchy, etc…, except « republic, empire and dictatorship » which are Latin.

        Although the most widespread religion in Europe, Christianity has a Semitic origin : the name « Jesus » is Semitic (< Hebrew « Yeshua »), his other name : « Christ » comes from Greek « khristos » = anointed.
        At that point, it is important to remember that European cultures stem from a double heritage : the Greco-Roman legacy and the Judeo-Christian legacy.  Both merged very early as Greece, and later, the Roman Emperor were converted to Christianity . The Roman Empire started spreading this religion all over Europe, and so did the Byzantine Empire later on, with its Greek culture and language.
   

        We must also remember that the word « Europe » itself is Greek : that was the name of a beautiful girl Zeus fell in love with and abducted in the form of a white bull.
        Two essential elements in our culinary culture : wine and oil are Greek (for them olive oil of course), but also butter which is rather used in northern cooking instead of oil, is a Greek word (< Gr bouturon =  « cow cheese »).

        How lucky we are to count this wonderful little country among our member-states ! It’s important to remember how much we are indebted to Greece. But we have forgotten it. We never think of it, except in the summer, when it becomes a tourist spot, when its sun and sea attract thousands of holidaymakers from all parts of Europe.

About the fires in  Greece

        Last summer I went back to Greece where I have many friends. It’s very easy to make friends in Greece. They still have that sense of hospitality which used to be a tradition in Ancient Greece. They have a wonderful word for it « philoxenia », which means approximately « liking foreigners ». For them foreigners are not people you are afraid of ot distrust, as is the case in many other countries, but potential friends you wish to be acquainted with. I stayed there for three weeks in Pelion, my favourite place, one of the greenest, coolest areas in Greece with apple-trees and forests of chesnut-trees, and plenty of brooks. There, unfortunately, I saw hell on earth. I saw Greece burning, almost every-where : fifty different fires on the same day. Fortunately, Pelion didn’t burn at the end of August, although it did in July. But I saw the horror on Greek TV screens : there were no firemen there and poor people were trying to put out 4-metre high flames with garden hoses or buckets of water. I nearly heard people die live on the TV. They were on the phone with journalists and they shouted « Help !, Help ! We are surrounded by flames ! We are burning ! We’re all going to die ! » And indeed 70 people died. Nobody came to rescue them – except 6 helicopters – for 50 fires. 6 fire-fighting planes took off to battle against fire – 21 stayed on ground.

        Who is responsible for this ? Who set Greece on fire ? Was it deliberate or accidental ? I can’t stop thinking that, we, Europeans are all responsible to a certain extent. Why didn’t we send more planes ? More firemen ? More quickly ? Perhaps because we have forgotten that wonderful little country, so close to the Middle-East, that country which nevertheless played such an important part in the birth of our civilisation (without Greece, Europe wouldn’t even exist). Perhaps because we have forgotten how much we owe to Greece, the mother of all Europeans.

La Grèce, notre mère à tous

 
Ce que nous devons à la Grèce

            Chacun sait que la Grèce nous a donné la démocratie, la philosophie et les Jeux Olympiques. Mais a-t-on ja-mais vraiment mesuré combien nous devons à la Grèce ?
            Presque toutes nos activités d’aujourd’hui, surtout dans les sciences et dans les arts, portent des noms grecs. Ce que nous apprenons à l’école skol (< Gr skholeion) ou au lycée (< Gr lukeion ou en allemand Gymnasium < Gr gumnasion), presque toutes les sciences : les mathématiques, l’arithmétique, la géometrie (et leurs théorèmes), la physique, la biologie, l’astronomie, la technologie,  la gymnastique ont des noms grecs.

                Bien que la Grèce ne les ait pas tous inventés, le nom de tous les arts (ou presque) sont grecs : la musique, la poésie, le théâtre, le drame, l’épopée, la comédie, la tragédie, l’architecture et même le cinéma* qui est né deux millénaires après la Grèce Antique (* du Greci kinêma  = mouvement).
   
                La politique bien sûr (< Gr politikê), la gestion de la cité (= gr polis), et l’économie sont des mots grecs, et également les noms de la plupart des systèmes politiques : la monarchie, le despotisme, la démocratie, l’anarchie, l’oligarchie, à l’exception de la république, l’empire et la dictature qui sont latins.


                Bien que la religion la plus répandue en Europe, le christianisme soit d’origine sémitique ; le nom Jésus (< hébreu « yeshoua ») est sémitique, mais son « surnom »,   le Christ vient du grec « Khristos » = oint.

            À ce point, il est bon de rappeler que les cultures européennes sont nées d’un double héritage : l’héritage gréco-romain et l’héritage judéo-chrétien. Les deux se sont confondus très tôt, à partir du moment où la Grèce et l’empe-reur romain ont été christianisés. L’empire romain s’est mis à diffuser le christianisme dans toute l’Europe, puis ce fut le tour de l’empire byzantin, de culture et de langue grecque.
   
                Il faut aussi rappeler que le nom même de l’Europe est grec. C’était le nom d’une belle jeune fille dont Zeus tomba amoureux et qu’il enleva en ayant pris la forme d’un taureau blanc.


                Deux éléments essentiels de notre culture culinaire : le vin et l’huile sont grecs (pour eux l’huile d’olive naturellement), mais également le beurre, utilisé de préférence à l’huile dans les cuisines du nord est un mot grec  (< Gr bouturon = lit « fromage de bœuf / vache »)..


                Quelle chance nous avons de compter parmi nos états-membres, ce merveilleux petit pays. Il est important de rappeler tout ce que nous lui devons. Parce que nous l’avons oublié, nous n’y pensons jamais, sauf en été lorsque qu’il devient une destination touristique, quand son soleil et sa mer attirent des milliers de touristes de tous les coins d’Europe.
 
Des incendies en Grèce

                Cet été, je suis retourné en Grèce où j’ai beaucoup d’amis. Il est très facile de se faire des amis en Grèce. Les Grecs ont toujours ce sens de l’hospitalité qui est une tradition depuis les temps anciens. Ils ont un mot merveilleux pour cela « philoxenia », ce qui signifie plus ou moins « aimer les étrangers ». Pour eux, les étrangers ne sont pas des gens dont on a peur et dont il faut se méfier, comme c’est le cas dans beaucoup de pays ; ce sont des amis que l’on veut connaître. Je suis resté quelques semaines dans mon cher Pélion, une des régions les plus vertes et les plus fraîches de Grèce, avec ses vergers de pommiers, ses forêts de châtaigniers où coulent de nombreux ruisseaux. Là-bas, hélas, j’ai vu l’enfer sur terre. J’ai vu la Grèce brûler, presque partout : cinquante foyers différents en une seule journée. Par chance, le Pélion n’a pas été touché fin août, bien qu’il y ait eu des incendies en juillet. Mais j’ai vu l’horreur sur les écrans de la télévision grecque. Il n’y avait pas de pompiers, et les pauvres gens essayaient d’éteindre des flammes de 4 mètres avec des seaux d’eau ou des tuyaux d’arrosage. J’ai presque entendu des gens mourir en direct. Ils étaient en contact téléphonique avec des journalistes et ils criaient « Aidez-nous !, Aidez-nous ! Nous sommes encerclés par les flammes ! Nous brûlons ! Nous allons tous mourir ! » Et en effet 70 personnes sont mortes. Personne n’est venu à leur secours – sauf 6 hélicoptères – pour 50 foyers ! 6 Canadairs ont décollé pour combattre le feu – 21 sont restés cloués au sol.

                Qui est responsable ? Qui a mis le feu à la Grèce ? Etait-ce intentionnel ou accidentel ? Aurons-nous un jour une réponse ? Je ne peux pas m’empêcher de penser que nous, les Européens, nous sommes tous un peu responsables. Pourquoi n’avons-nous pas envoyé davantage de Canadairs, de pompiers en Grèce ? Et plus rapidement ? Peut-être parce que nous avons oublié ce merveilleux petit pays aux portes de l’Orient, ce pays qui a pourtant joué un rôle si important dans la naissance de notre civilisation (sans la Grèce, l’Europe n’existerait même pas) ; peut-être parce que nous avons oublié combien nous devons à la Grèce, notre mère à tous.