Liuvi liame

Ploji fluje

Wen vinte lij

Su vaile…

Melankolij.


Amours de pluie

Flots de pleurs

Que verse le vent

Sur les saules

Mélancolie


★ ★


liuvA


★ ★

Le mot Uropi "Liuv", la pluie

★ ★


Que le mot Uropi liuv vienne de l'espagnol "lluvia" ne signifie pas que le castillan jouit en Uropi d'un traitement de faveur.

Il n'y a pas de racine indo-européenne commune pour désigner la pluie, comme c'est le cas pour le soleil, le vent ou la neige. La racine i-e *wersā = pluie, ne se retrouve guère qu'en sanskrit varám, et en hindi varšā, le verbe i-e *sūweti = pleuvoir, ne se retrouve qu'en grec ancien ὕει "huei" = il pleut, et en albanais: shi = la pluie. Les termes qui désignent la pluie dans les langues européennes modernes sont divers et variés, du français pluie à l'italien pioggia, au portugais chuva, etc… (tous issus du latin pluvius); du germanique Regen / rain au slave: (russe дождь "dojd'", polonais deszcz, croate kiša), au grec moderne βροχή "vrochí", etc…


Cependant, lorsque l'on élargit les recherches aux termes utilisés pour exprimer les notions de liquide, couler, verser, mouiller, laver… on retrouve une certaine unité car bon nombre de ces termes sont formés de phonèmes semblables à ceux de "liuv".

Il s'agit tout d'abord de la racine i-e pleu-* = couler, nager, verser qui donne le grec πλεω "pléô" = nager et  πλύνω “plunô”, arménien leval = laver, lat pluvius = pluie (voir ci-dessus), al fließen, nor flyte, neer vloeien = couler, ainsi que le latin fluere = couler (< i-e bhleu-*), it fluire, esp fluir = couler. (CF Uropi flujo qui est presque l'anagramme de liuv: "ljufo").


Nous avons ensuite la racine i-e lowō* = laver, qui donne le gr λούω “louô” = laver, baigner, lat lavo = laver (> Uropi lavo) > diluo = détremper, délayer > diluvium = inondation, déluge > it, esp diluvio, por dilúvio, cat diluvi, etc… = fr déluge (= Ur disliùv) et également le gallois gwlaw, et le breton glav = pluie.


On trouve verser dans la racine i-e lei-* = verser, couler > qui donne le  gallois lli = mer, marée, llif, bret liñvad = inondation, le russe лить “lit’”, croate lijevati, tchèque líti = verser, liják = averse, le lituanien lieti = verser, lietus = pluie (d'où la Lituanie ?: en lituanien Lietuva = pays de la pluie ?), letton lietus = pluie, liet = verser (= Uropi lijo). Nous pouvons également ajouter les racines i-e leikw-* = laisser > latin linquo id et liqueo = être liquide, liquidus = it, esp liquido = fr liquide et i-e leg-* = dégoutter > gal llaith, bret leiz = humide, al Leck, ang leak, neer lek, da læk , etc… = fuite d’eau).

Pour conclure, on pourrait même dire que liuv se rapproche également, par ses sonorités, du chinois shui = pluie. Comme je l'ai déjà mentionné dans un précédent article, chaque mot Uropi a une histoire (et une géographie).