★ ★ ★

* Uropi Nove 86 * Uropi Nove 86 * Uropi Nove 86 *

★ ★ ★

diskol1

★ ★ ★

Uropi - Europa - Europaio

★ ★ ★

I se duvim kovikten te Europa doʒ apero a mold u mesènd paci. Po ma, Europa, se humanisma, wa sin te human valte, human rege, eglid seksis, de kamb gon eni form rasismu id diskriminadi, lifrid, eglid, fratid… privàld su de valte komerki id finansi.

I se os kovikten te di felade vid koparten pa de majsan Europan politane… oʒe is je prij ne a daze we vol duto Europa ru a desnevi suntjàr o a Midi Eve. Ba kim moz nu kovikto tale da polke we painì od sklavad, od de triangli komèrk, od usnitad, od usplotad, od nizprìz pa u simnomen subesan civilizad te Europa av meten? I volev dezo lo te da Europa, we volì valdo mold, morì in Verdun id in Auschwitz.

Ba Europane som doʒev os so kovikten. "Γνῶθι σεαυτόν" "Kon ta som" dezì Sokrate… je se nudi te Europane vid ʒe kozavi te lu se Europane… id ne Amerikane, po samp. Solem wan un kon sia som, un moz inìzo u dialòg veridi ki altene. Num, un av deten tal po permico karte: nu se nemaj Europane, ba "Westiane", ka stupi se da vord !, par un se talvos be west ekuni alten (Cine se de westiane Japonis, i.s.p…).

Nu vid inlisten in de Amerikan soin (we se subevaldo mold), obwàn je se vakilan ki de vidan mogad novi ʒigànis wim India id Cinia o Brazìl. Un av replasen de "militari" wer (usim in Irak, in Libia, in Siria, in Afganistàn…) ki alten were, de frij wer, de komerki wer, we se ʒe os murdi, obte semim ne os glodi, par za un det human ofertade su de altar de talsaiti korenadi. Di korenad nomen "lifri id anfalsizen", se in realad talvos falsizen, par di "lifrid" som pomòz a de maj krati kraco de maj flabi talim ankastim.

Be de hor wan, nerim talia, se sia vekan nasionisti partìze, we vol duto Europa ru a ji seni demone, i cal po un Europa solidaridi, u solidarid intra na som, Europane naturim, intra Doske id Grece, France id Portugane, Englane id Espàne, Polske id Italiane, Swede id Rumàne… id u solidarid ki tale da polke we se painan in mold od de aneglijusti komèrk, od vilgi industrizad id mizeric solde ne de mines sosial rege.

★ ★ ★

mozaikR

Roman mozàik

★ ★ ★

Ka se de kovìg ki Europaio ? Vu ve dezo. 

Je se vezi, wan un befènd Uropi wim "u komùn linga po Europa", befendo os ov kel Europa nu se vokan, we se nè Euramerika, nè un Europa we se trisim rutrajen su sia som id vadan do disklìn. Jaki struen linga av ji siavi valte, nìas se Greci demokratij (Atina priʒe te Sparta o Roma), de humanisma de Regenadi id de Inlucadi, de kamb po human rege, po lifrid, po eglid, po fratid.

Europaio o Dnghu, ekvos nomen os moderni Indeuropan pa ji autor Carlos Quiles, un Espàn od Estremadura, diplomen in jur id medik, se ne, po voko veri, u struen linga, ba priʒe un intrasinad Proto-Indeuropani, wim je vidì restruen pa linguiste - odaltia, tale Indeuropaniste aprùv ne di intrasinad. De soin Carlos Quilesi se unizo Europa dask a u komùn linga; be di punt un viz klarim te u koeglad ki Uropi se maj te nudi.

http://carlosquiles.com/indo-european-languages/indoeuropea/

Un od ni koskrivore pragì mo novem:

- Ka bondibazi disemid ste je intra Uropi id Europaio (usim de usvolpad de I-E lingus po Uropi) ?

Di se tal de disemid: Europaio vorde we se koformi kopije de Indeuropan rodis restruen pa linguiste, av begaren li "forhistori", u poj "barbari" usvìz, id vid anlezim usvokli odia, par lu vidì ne polìcen pa tem. Num, ka vol ʒe Europane ? U slimi linga, we se lezi a lero; Uropi vidì proseten in klase od prigradi skol a licea: wa se privalti po la tale se slimid id lezid lero; i vidì aploden wan i prosetì de Uropi verb in u prigradi klas (lu sì versemim leran de pasen teme o subjuntìv in Franci).

Zis eke sampe ustrajen od un Europaio vordilìst eke 3400 vordis (tale de slogan vorde in obe lingas ven od de som I-E rode; je ste pratikim nun disemid intra de I-E rod 4500 o 6500 jaris id de Europaio vord).

★ ★ ★

eurling2 - copie

De lingas in Europa

★ ★ ★ 

E. ṇbhudhnóm = U. anbònd (ane bond), mṛmeikā = murf, swēdhskō = siudo, bheiqlā = bej, gentlom = genad, kṛpos = korp, gjewō = givo, klawstós = kluzen, srīgos = frij, kṛwos = kurvi, djēws = dia, mṛijai = moro, dhworis = dor, swopnjom = soin, bhrṇgō = breko, reiwos = riv, wənskō = vuco, wélwtrom = invòlp, pətrja = patria, penqdekṃ = despìn, penqadkṃta = pindes, pḷnamī = polno, dékṃtulos = dig, bhləgsmā = flam, qətwṛádkṃta = kwerdes, qətwṛes = kwer, dhghomō = human, jówestos = justi, skandslā = skal, didskō = dicto, dḷnghotā = longid, ləbjom = lib, mánnusos = man, tādhēskō = tojo, mṇtis = ment, probhwājō = pruvo, pṛkskā = prag, wṛrādīks = rod, wíweqmi = voko, plṇgō = plago, smeighsli = tilie, dṇghwā = ling, bheidō = fedo, wṛtō = virto, dwidkṃtói = dudes, ṇdherós = ude, wṛgjō = varko, dhghjesi = jesta …

Un zelev dezo: "Parkà ʒe deto zoce slimi, wan un moz deto la koplizen ?"

De majsan Europane, we s'ne PIE spesialiste, moz ne rekono Europaio vorde, po s. "bhreugs" po "frut". (I vok oʒe ne ov de anlezid po tipo da vorde). Uropi av 30% komùn vorde ki Europaio in de sube-tranomen vordilìst 3400 vordis: je se ʒa mole, ba parkà ne maj ?

1) Europaio av garen tale de restruen I-E rode, wa sin te je ste un inpresan numar somisinis, po s: 14 vorde po "plago", 10 vorde po "zel/o", 9 vorde po dum/dumad, 9 vorde po "ke/vile", 7 vorde po "sori", 6 vorde po "ustenso", 3 vorde po 3: (trejes, trija, trisores ≠ Uropi: tri.)…, za wo Uropi av solem un o du. Po ka se uzi garo tale da somisine ? Je ve solem awaro de task leroris.

2) Tale I-E rode av ne proʒiven tis odia: mole av disvanen od de moderni lingas, id sim vidì ne rutenen in Uropi. Po s. *algw(valto, beservo), *ausō (copo), *bhagō (disparto, discizo), *dāw- (breno), *dwei- (frajo), *dhewō (reno), *gēgora (so veki), *grasō (disjedo), i.s.p…

3) Vorde we rudàt ne a PIE vidì intra-Europan (mole Greci id Latini vorde), po s. Ur. skrivo (od Latini scribo) > It scrivere, Esp escribir, Por escrever, Fr écrire, Do schreiben, Niz schrijven, Swe skriva, Da skrive, Alb shkruaj… o skol (od Greci skholeion) > Fr école, It scuola, Esp escuela, Por escola, Eng school, Do Schule, Da skole, Swe skola, Slavi škola, Latv skola, Hung iskola, Alb shkollë… i.s.p.

Un mozev dezo, tal sumen, te Europaio se ekwim u forgèn Uropi.

★ ★ ★

drev

"Wim benìz, sim beòp" De drev lingus: od de rode ve geno de raste

★ ★ ★

- Vu av skriven "Pur, Uropi vid ne limiten a Indeuropan rode: Uropi s'ne u modernizen PIE. 

De struad Uropi moz vido usklaren in tri stapas:

- 1i stapa: Indeuropan

500 Indeuropan rode form de Uropi bazi vokabular od de eke 1500 rode restruen PIE: di se rode komùn a vari lingufamile, o is anmozli, a vari lingas. PIE se murfivan ki somisine (vize sube), po samp: *wódṛ id *akwā po vod, *egnis, *péH2wṛ, *āter, *aidhos, *bhok- po foj… un doʒì uscepo, od wo Uropi vod id foj (we ven obe od *péH2wṛ > Do Feuer, Eng fire id od *bhok > It fuoco, Esp fuego, Rum foc, Fr. feu.

Vize: http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585217.html

id  http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585099.html

- 2j stapa: Grecia

Indeuropane, nomadi herdore id werore, prodavì no u bazi, tal sumen sat grobinizi vokabular: famìl, natùr, beste, domimidia, human korp, objete… Grecia poslegì no civilizad. Un ve nevos mozo imaʒino tal wa nu deb a Grecia, tale ni arte id siense ki eke usnemade.

Grecia davì no de pol, η πόλις … je usfindì ne de pol we esistì ʒa dod longim in Egipta id in Mesopotamia; je poslegì no ji kocepad poli, we vid organizen aròn u centru plaz: agora, wo vidì opregen de publiki struene, id wo kogòn de politane. Par de Greci pol se polken ne solem ki polane, ba ki politane: polìtes, we berèg ja sam: je se politikì (> Uropi politik).

Grecia poslegì no kocepe: od de bazi rodivorde, kodujan la ki vari prefikse id sufikse: ana-, apo-, anti-, dia-, epi-, ex-, kata-, meta-, para-, peri-, pro-, syn-, hyper-, hypo- i.s.p…, un usvarkì u tali mod meni (philosophía) we se jok nìa.

★ ★ ★

areopo

Grecia: Areopoli: de pol Aresi

★ ★ ★

Po samp: syn-eidî-sis, kozàv, vid formen ki de prefìks syn- (ki), de rod eidî (zavo = i-e *weid-); di vord vidì kalkiren pa Latini: con-scien-tia, Doski Ge-wissen, Rusi so-zna-nié id naturim pa Uropi ko-zàv (ki + zavo).

Gr: syn-ergazomai (ki + varko) = kovarko > Lat. col-laborare, Do. mit-arbeiten, Niz. mee-werken, Swe. med-arbeta, Rus so-trud-ničat' (> Uropi ko-varko)

Gr. apó-stasis (sto ap, dal od) = apstàd > Lat. dis-stan-tia, Do. Ab-stand, Da. af-stand, Kroati od-stoja-nje, Rus ras-stoya-nié ( > Uropi ap-stàd)

In Uropi, wim in de alten Europan lingas, numari kocepe vidì kalkiren su Greci:

Po samp:

Gr. epi-vlépô (su + vizo) = Ur. suvizo, peri-stasî (sto aròn) = kirkistàd (Lat circum-stantia, Do Um-stand, Rus ob-stoya-tel'stvo), pro-optikî (speko pro) = prospèk (< i-e *spek-), ana-gennîsî = regenad (< i-e *genō = ageno, Lituvi at-gimi-mas = regenad), ana-gnôrízô = rekono (Esp re-conocer, Do er-kennen, Rus pri-znat'), dia-trekhô (reno tra) = trareno, meta-dídô (davo pos) = tradavo (rus pere-davat', tch pře-dat), i.s.p…

- 3j stapa: De moderni lingas

Pos de Roman imperia kovaldì Sudi id Westi Europa, agenan za de Novilatini lingas (Itali, Espàni, Katalani, Portugi, Rumàni, Franci), Latini avì za u mol krati influjad, jok kratizen pa de kovirtad a kristianisma tal Europu. Je se ne rari kogono Latini vorde za wo un invàrt ne la, oʒe usia de religios id siensi polde: Albàni: propozim, protestoj, provoj, kështjéllë, klasë, kliént (probàs, protesto, pruvo, kastèl, klas, klient, Lituvi: kabinà, kalkės, kanalas, procesija, produktas, protestuoti (kabin, kalk, kanàl, prosesiòn, prodùt, protesto),Bulgari: grupa, klasa, grip, produkt, promotsiya, profesiya (grup, klas, gripa, prodùt, promuvad, profesiòn)…

Maj posen Europa, wej komèrk sì disfloran in Midi Eve, ki ji famos feire - de komèrk Venezu id Ʒenovu ki Ostia, de komèrk intra Hansu pole be Nord - detì os u komèrk vordis. Annumari vorde vidì intra-Europan, for vido, po eke od la, moldi, wim kafa (od Arabi), o tej (od Cini), wim os hotèl, taksì, menù, burò, telefòn, televìzi.s.p.

Zitem intra mole altene: adrès, aksènt, balkòn, bank, bar, interesan, nasiòn, kontròl, publiki, privati, agènt, kontàkt, moderni, kontinènt, radiò, raket, salòn, toilet, turìst, vagòn, gaz, doktor, dokumènt, instrumènt…

★ ★ ★

markaure

Marcus Aurelius, su de Piazza del Campidoglio (Plaz de Kapitoli) in Roma

★ ★ ★

Di intra-Europan vokabular se mol polni, insanim in de tekniki id siensi polde, innovade… ba je kotòg poj de bazi vokabular we staj spesific a jaki linga o a jaki lingufamìl, detan la nerim anincepli a unaltem.

Po samp:

не разбирам [ne razbiram] (in Bulgari) = i incèp ne = Fr je ne comprends pas, = Rus не понимаю [nié panimayou], Slo ne razumem, Gr Δεν καταλαβαίνω [∂en katalavainô], Lit nesuprantu, Alb nuk të kuptoj, Do ich vestehe nicht, Eng I don't understand, Niz Ik begrijp het niet, Swe jag förstår inte, It non capisco, Por não entendo, Esp No comprendo, Rum nu înţeleg, Kim nid wyf yn deall, i.s.p…

Pardà, in Uropi un uscepì bazo di jakidiu vordilìst su de komùn Indeuropan rode, priʒe te su un uskluzim Romaniki o Germàni o Slavi vokabular, po samp.

Uvedà, po arico de vokabular, Germàni id Slavi lingas - wim Greci id Latin foram - struì koseten vorde. Je se os de kaz in Uropi. Koseten vorde pomòz no sparo suntade novi vorde, kodujan elemente we se ʒa konen: de sin de koseten vordi staj truvizi, da se incepli.

Po s: lucitòr "u tor ki luc" (vz. Do. Leuchtturm), vodifàl "vod we fal" (Rus vodopad), vintiròl "u rol virtan ki vint" (Do. "Windrad"), obte de koruvokan Franci vorde phare, cascade id éolienne se talim ne truvizi.

★ ★ ★

rublev

Rusi ikona pa Andrej Rubliov

★ ★ ★

Gramatikim, Europaio, tal wim PIE, se usordenim koplizen:

Vize:  https://dl.dropboxusercontent.com/u/66898980/a-grammar-of-modern-indo-european-3rd-edition-print.pdf

Po nome (p 161) je ste vari tipe genaris: naturi genar (man ≠ ʒina) id gramatiki genar (nas, gam, kol, ram, keb, ken se femu), aʒiven id anaʒiven (neutri) genare, komùn genar (mazi o femu slogan de kontekst)…i.s.p. Genare vid ne indiken sistemim pa u fendad (id wan lu se, je s'ne talvos de som fendad): patḗr/ matḗr (pater, mata), bhrātēr / swesōr (frat, sesta), sūnús / dhugtēr (son, dota), ekwos / ekwā (kwal, kwala), wlqos / wlqīs (vulp, vulpa), swekros / swekrús (maʒipater, maʒimata), wīrós / cenā (man, ʒina), regs / regeinā (raj, raja)

Nome av u disklinad ki 8 kaze (nominatìv, vokativ, akuzatìv, genitìv, ablatìv, datìv, lokatìv, instrumentìv): po samp: kwala: ekwā, ekwā, ekwām, ekwās, ekwād, ekwāi, ekwāi, ekwābhi, in pluràl: ekwās, ekwās, ekwāns, ekwām, ekwābhos, ekwāsu, ekwābhis, ekwābhos.

Idmàj je ste 4 tipe disklinadis.

Verbe av os u mol koplizen konjugad; po samp de fendade de ses personis in prosàn:

Atemati

Prigradi: -mi, -si, -ti, -mes, -te, ṇti

Dujgradi: -m, -s, -t, -me, -te, -ṇt

Temati

Prigradi: -ō, -esi, -eti, -omos, -ete, -onti

Dujgradi: -om, -es, -et, -omo, -ete, -ont

Da se 24 mozli fendade solem po prosàn:

ed- (= jedo): edmi, edsi, esti, dmes, dete, denti = Ur. i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… jed

ei- (= ito): eimi, eisi, eiti, imés, ité, jenti = Ur. i, tu, he, ce, je nu, vu, lu… it

Reduplizad:

dhē- (= deto): dhédhēmi, dhédhēsi, dhédhēti, dhedhamés, dhedhaté, dhedhanti = Ur. i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… det

Kokluzim un moz dezo te Europaio / Dnghu id PIE se maj koplizen te eni Indeuropan linga voken odia.

★ ★ ★

chiring

chiringuito, u bar su de plaʒ in Andalusia

★ ★ ★

Uropi gramatik, gonim, av ne nemen de mol koplizen morfologij id sintàks PIE id Europaio;

je nem in kont de usvolpad we, trawàn suntjàre (bemìn 4 tiljàre) av mulden id slimizen de strukture Indeuropan lingus. De Indeuro-pan lingas od PIE a odia av talvos usvolpen do u grenes slimid; po samp, Sanskriti, wim PIE avì 8 kaze disklinadi, obwàn Hindi av solem du 2: u subjeti kaz id u klivi kaz. Romaniki lingas (Usim Rumàni) av duten di slimizad tis de fend id apdeten de disklinade, id pur lu av progaren u mol koplizen konjugad. Gonim, Engli id Skandinavi lingas av apdeten (nerim) tale personi verbifendade;

Par slimid, Uropi verbe av os ne personi fendade; po samp: skrivo, in prosàn:

i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… skriv = Swedi: Jag, du, han, hon, det, vi, ni, de skriver

Od de 8 kaze de Indeuropan disklinadis, Uropi av solem garen genitìv, ba di se newim u siavoli uscèp. Indèt genitìv av viden begaren in de gren majsad Europan lingus.

Tale da lingas, tra suntjàre, tendì ruduto de numar kazis li disklinadis: je ste solem 5 kaze in Latvi obwàn Lituvi av garen 7; Slavi lingas av kopolen disklinade ki solem 6 kaze (Rusi, Tceki, Slovaki, Sloveni) usim Polski id Serbi/Kroati we av 7, id subetàl Bulgàri av apdeten tale kaze usim vokatìv; Albàni av 5 kaze id moderni Greci solem 3 (id mij is un kont u vokativi form esistan solem in mazi singular). Doski id Islandi, de solen Germàni lingas ki disklinade av 4 kaze, pur un moz bemarko te Engli id de alten Skandinavi lingas av begaren u genitìv (id os Nizilandi in de skriven linga). Rumàni se de solen Romaniki linga we av begaren 3 kaze. Tale de subeziten lingas av sim u genitìv, usim Bulgàri id Romaniki lingas, da se maj te 20 lingas gon 6. In Kelti lingas, bemarkem te Gaeli (Iri) av 4 kaze obwàn Kimri id Bretàni av nun.

Ba subetàl, genitìv se de uni kaz potenan uskluzim a de nomi sintagma, id je pomòz no u tali serij mozli kodujadis inia di sintagma som.

- U slimi nomi kopolnan: De bib Jani, de kamar mi sestu

- Genitìv se andislasli po struo koseten vorde: ane de -i, -u genitivi, koseten vorde sev mol anlezi a usvoko: luctòr, vodfàl, vintròl, vimsport, vernduf instà lucitòr, vodifàl, vintiròl, vimusport, vernuduf…

- Je pomòz no formo adjetive odtrajen od nome: noc > noci: de soin da noci (genitìv), u noci ovel (adjetìv); Europaio = noqterinós awis

★ ★ ★

Montreal

Montreal, u tipiki Doski vik ner Koblèns

★ ★ ★

De analizi futùr in Uropi, se, veri, min slimi te u futùr tipi Esperanti (V-os), ba je vidì os uscepen par je se mol maj intranasioni: je s'u futùr tipi "Balkani" (slogan de usprès M. Courtiade, u spesialìst Rromani), we vid formen ki u partikel: ve (od volo, Vz Eng. will, Da vil, Gr tha od thélô, Rrrom ka od kamel = volo) slogen pa infinitìv: V-o, we vid finden in bemìn 16 lingas.

po s. i ve skrivo, tu ve jedo, he ve ito, nu ve deto

http://uropi.canalblog.com/archives/2012/11/18/25607825.html

- Moz Uropi vido kospeken wim u mozli usvolpad Proto-Indeuropani ?

Anvakizim i dezev te aj, ba je s' ne u dumini frat wim se Europaio, po wen i fel, odaltia, un eki melid, par i incèp ji majsan vorde id strukture, par i som se varkan ki Proto-Indeuropan. De bazi Uropi vokabular se od Indeuropan odvenad, ba je av slogen de som usvolpad te moderni Indeuropan lingas, wa det ja mol maj incepli, po ne dezo familic po odiu vokore.

Un mozev sim dezo te Uropi se de pos-possòn PIE, ji kide san de veti I-E lingas, wim Sanskriti o Greci, i.s.p…, id ji poskide de moderni I-E lingas. Di se os u vordijèg ov de vord Uropi som, we, in Doski sin "forforpater".

Uvedà, Uropi av riciven ki vari aperade we rudàt ne tis PIE, ba av viden mol intranasioni: aperade od Arabi, po samp, wim kafa, alkòl, alkova… od Amerindian lingas, wim ananàs, tomàt, patàt, awakàt, i.s.p…

Vize: http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585217.html

http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585099.html

★ ★ ★

Kremona

De katedràl in Kremona, Italia

★ ★ ★

Uropi - Europa - Europaio

★ ★ ★

Ma conviction profonde, c'est que l'Europe doit apporter au monde un message de paix. Pour moi, l'Europe, c'est un humanisme, ce qui signfie que les valeurs humaines, droits humains, respect de l'autre, égalité des sexes, lutte contre toute forme de racisme et de discrimination, liberté, égalité, fraternité… priment sur les valeurs du commerce et de l'argent.

Je suis également convaincu que ces sentiments sont partagés par la plupart des citoyens européens… n'en déplaise à ceux qui veulent ramener l'Europe au 19e siècle, ou même avant. Mais comment convaincre tous ces peuples qui ont souffert de l'esclavage, du commerce triangulaire, de l'extermination, de l'exploitation, du mépris de la part d'une civilisation soi-disant supérieure que l'Europe a changé? Je voudrais leur dire que cette Europe-là, celle qui voulait dominer le monde, est morte à Verdun et à Auschwitz

Encore faudrait-il que les Européens eux-mêmes en soient convaincus. "Γνῶθι σεαυτόν" "Connais-toi toi-même" disait Socrate… il est nécessaire que les Européens prennent conscience qu'ils sont Européens… et pas Américains, par exemple. C'est seulement quand on se connaît soi-même que l'on peut entamer un dialogue de vérité avec l'autre. Or on a tout fait pour brouiller les cartes: nous ne serions plus des Européens, mais des "Occidentaux", j'ai envie d'écrire Zogs Sidantaux, mot stupide s'il en est, car on est toujours à l'ouest de quelqu'un d'autre (les Chinois sont les occidentaux des Japonais, etc.) On nous enrôle dans le rêve américain (qui est de dominer le monde) alors que celui-ci vacille avec la montée en puissance de nouveaux géants comme l'Inde, la Chine ou le Brésil. On a remplacé la guerre "militaire" (sauf en Irak, en Lybie, en Syrie, en Afghanistan…) par d'autres guerres, la guerre froide, la guerre commerciale, tout aussi meurtrière, bien qu'apparemment moins sanglante, car on y pratique des sacrifices humains sur l'autel de la sacro-sainte concurrence. Cette concurrence, que l'on dit "libre et non faussée", est en fait toujours faussée, car c'est cette "liberté" qui permet au plus fort d'écraser le plus faible en toute impunité.

A l'heure où se réveillent un peu partout des partis nationalistes qui veulent ramener l'Europe à ses vieux démons, j'en appelle à une Europe de la solidarité, solidarité entre nous, Européens, bien entendu, entre Allemands et Grecs, Français et Portugais, Anglais et Espagnols, Polonais et Italiens, Suédois et Roumains… solidarité avec tous ces peuples qui souffrent dans le monde du commerce inéquitable, de l'industrialisation sauvage, des salaires de misère sans les moindres droits sociaux.

★ ★ ★

FRbelf1 

U belfrìj in Francia

★ ★ ★

Quel rapport, me direz-vous avec l'Europaio ?

Il est important, lorsque l'on définit l'Uropi comme "une langue commune pour l'Europe", de définir aussi de quelle Europe on parle, qui n'est ni l'Euramérique, ni une Europe frileusement repliée sur elle-même et vouée au déclin. Toute langue construite a ses propres valeurs, les nôtres sont la démocratie grecque (Athènes plutôt que Sparte ou Rome), l'humanisme de la Renaissance et des Lumières, le combat pour les droits humains, pour la liberté, pour l'égalité, la fraternité.

L'Europaio ou le Dnghu, appelé parfois aussi modern Indo-European par son auteur Carlos Quiles, Espagnol d'Estrémadure, diplômé de droit et de médecine, n'est pas à proprement parler une langue construite, mais plutôt une interprétation du proto-indo-européen, tel qu'il a été reconstruit par les linguistes - tous les indo-européanistes n'approuvent d'ailleurs pas cette interprétation. Le rêve de Carlos Quiles est d'unir l'Europe grâce à une langue commune, et c'est là que l'on voit que la comparaison avec l'Uropi s'impose.

http://carlosquiles.com/indo-european-languages/indoeuropea/

Un de nos correspondants me demandait récemment:

- Quelle différence fondamentale existe il entre l'Uropi et l'Europaio ? (si ce n'est l'évolution des langues ie dans le cas de l'uropi)

C'est ce qui fait toute la différence: les mots Europaio qui sont la copie conforme des racines indo-européennes reconstituées par les linguistes, ont conservé leur aspect "préhistorique", un peu "barbare", difficilement prononçables aujourd'hui, n'ayant pas bénéficié de la patine du temps. Or, que veulent les Européens ? Une langue simple, facile à apprendre; l'Uropi a été présenté dans des classes du CM2 à la terminale: pour tout le monde, ce qui prime, c'est la simplicité et la facilité d'apprentissage; j'ai été ovationné en présentant le verbe Uropi en CM2 (ils devaient être en train d'apprendre le passé simple ou le subjonctif).

★ ★ ★

fonskel1

U font ki skeldane, Roma

★ ★ ★

Voici quelques exemples tirés du lexique Europaio de quelques 3400 mots (tous les mots qui suivent dans les 2 langues sont tirés des mêmes racines i-e; il n'y a pratiquement pas de différence entre la racine i-e qui a entre 4500 et 6500 ans et le mot europaio).

E. ṇbhudhnóm = U. anbònd = abîme (sans-fond), mṛmeikā = murf = fourmi, swēdhskō = siudo = avoir l'habitude de, bheiqlā = bej = abeille, gentlom = genad = naissance, kṛpos = korp = corps, gjewō = givo = mâcher, klawstós = kluzen = fermé, srīgos = frij = froid, kṛwos = kurvi = courbe, djēws = dia = jour, mṛijai = moro = mourir, dhworis = dor = porte, swopnjom = soin = rêve, bhrṇgō = breko = casser, reiwos = riv = rivière, wənskō = vuco = souhaiter, wélwtrom = invòlp = enveloppe, pətrja = patria = patrie, penqdekṃ = despìn = 15, penqadkṃta = pindes = 50, pḷnamī = polno = remplir, dékṃtulos = dig = doigt, bhləgsmā = flam = flamme, qətwṛádkṃta = kwerdes = 40, qətwṛes = kwer = 4, dhghomō = human = être humain, jówestos = justi = juste, skandslā = skal = échelle, didskō = dicto = enseigner, dḷnghotā = longid = longueur, ləbjom = lib = lèvre, mánnusos = man = homme, tādhēskō = tojo = fondre, mṇtis = ment = esprit, probhwājō = pruvo = prouver, pṛkskā = prag = demande, wṛrādīks = rod = racine, wíweqmi = voko = parler, plṇgō = plago = frapper, smeighsli = tilie = mille, dṇghwā = ling = langue (anat.), bheidō = fedo = faire confiance, wṛtō = virto = tourner, dwidkṃtói = dudes = 20, ṇdherós = ude = sous, wṛgjō = varko = travailler, dhghjesi = jesta = hier…

On a envie de dire: "Pourquoi faire simple, hein, quand on peut faire compliqué ?"

La plupart des Européens, non-spécialistes du PIE, ne peuvent pas reconnaître les mots Europaio, par ex. "bhreugs" pour "fruit" (= Ur. frut). (Je ne parle même pas de la difficulté qu'il y a à saisir ces termes sur l'ordinateur);

L'Uropi a 30% de mots communs avec l'Europaio sur le lexique de 3400 mots dont j'ai parlé: c'est déjà beaucoup, mais pourquoi pas davantage ?

1) L'Europaio conserve toutes les racines i-e reconstituées, ce qui aboutit à des quantités impressionnantes de synonymes, par ex: 14 mots pour "frapper", 10 mots pour "désir/er", 9 mots pour sombre/obscurité, 9 mots pour "poil/cheveu", 7 mots pour "sec", 6 mots pour étendre, 3 mots pour 3: (trejes, trija, trisores ≠ Uropi: tri.), là où l'Uropi n'en a au maximum que 2. A quoi peuvent servir tous ces synonymes, si ce n'est à alourdir la tâche des apprenants ?

2) Toutes les racines indo-européennes ne sont pas parvenues jusqu'à nous: beaucoup ont disparu des langues modernes, et ne sont donc pas retenues en Uropi. Par ex. *algw(valoir, mériter), *ausō (puiser), *bhagō (partager, diviser), *dāw- (brûler), *dwei- (craindre), *dhewō (courir), *gēgora (être éveillé), *grasō (dévorer), etc.

3) Des termes qui ne remontent pas au PIE sont devenus des mots inter-européens (beaucoup de termes grecs et latins), par ex. Ur. skrivo (du latin scribo) > it scrivere, esp escribir, fr écrire, al schreiben, neer schrijven, sué skriva, da skrive, alb shkruaj… ou skol (du grec skholeion) > fr école, it scuola, esp escuela, por escola, ang school, al Schule, da skole, sué skola, slave škola, let skola, hong iskola, alb shkollë… etc.

On pourrait dire malgré tout que l'Europaio est en quelque sorte l'ancêtre de l'Uropi.

★ ★ ★ 

senibark

U seni bark in Andalusia

★ ★ ★

La construction de l'Uropi peut s'expliquer en trois étapes

- 1e étape: L'indo-européen

500 racines indo-européennes forment le vocabulaire Uropi de base sur les quelques 1500 du PIE reconstitué: ce sont les racines communes à plusieurs familles de langues, ou à défaut à plusieurs langues. Le PIE fourmille de synonymes (voir ci-dessus), par exemple: *wódṛ et *akwā pour l'eau, *egnis, *péH2wṛ, *āter, *aidhos, *bhok- pour le feu… il a fallu choisir, d'où Uropi vod pour l'eau, foj pour le feu (qui vient à la fois de *péH2wṛ > al Feuer, ang fire et de *bhok > it fuoco, esp fuego, roum foc, fr. feu.

Voir: http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585217.html

 et  http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585099.html

- 2e étape: la Grèce

Les Indo-Européens, pasteurs nomades et guerriers, nous ont fourni un lexique de base somme toute assez rudimentaire, la famille, la nature, les animaux, l'habitat, le corps humain, les objets… La Grèce nous a légué la civilisation. On ne pourra jamais assez imaginer tout ce que nous devons à la Grèce, tous nos arts et nos sciences à quelques exceptions près.

La Grèce nous a donné la ville, η πόλις (d'où Uropi pol)… elle n'a pas inventé la ville qui existait déjà depuis longtemps déjà en Egypte et en Mésopotamie; elle nous a légué sa conception de la ville qui s'organise autour d'une place centrale: l'agora, où se dressent les bâtiments publics et se rencontrent les citoyens. Car la ville est peuplée, non seulement de citadins, mais de citoyens: polìtes (d'où Uropi politane), qui la gèrent ensemble: c'est la politikì (> Uropi politik).

La Grèce nous a légué des concepts: à partir des mots-racines de base, en les combinant avec divers préfixes et suffixes: ana-, apo-, anti-, dia-, epi-, ex-, kata-, meta-, para-, peri-, pro-, syn-, hyper-, hypo-… etc., on a élaboré tout un système de pensée (philosophía) qui est encore le nôtre.

Par exemple: syn-eidî-sis, la conscience, est formée avec le préfixe syn- (avec), la racine eidî (savoir = i-e *weid-); ce terme a été calqué par le latin: con-scien-tia, l'allemand Ge-wissen, le russe so-zna-nié = conscience, et bien entendu l'Uropi ko-zàv (avec + savoir).

Gr: syn-ergazomai (avec + travailler) = collaborer > lat. col-laborare, al. mit-arbeiten, néer mee-werken, sué med-arbeta, rus so-trud-ničat' (Uropi ko-varko)

Gr. apó-stasis (se tenir éloigné) = distance > lat. dis-stan-tia, al Ab-stand, da. af-stand, croate od-stoja-nje, rus ras-stoya-nié (Uropi ap-stàd)

★ ★ ★

epidaur

De amfiteatra in Epidaure, Grecia

★ ★ ★

En Uropi, comme dans les autres langues européennes, de nombreux concepts ont été calqués sur le grec:

Par exemple:

Gr. epi-vlépô (sur + voir) =Ur. suvizo = surveiller, peri-stasî (se tenir autour) = kirkistàd =circonstance (lat circum-stantia, al Um-stand, rus ob-stoya-tel'stvo), pro-optikî (regarder devant) = prospèk =perspective (< i-e *spek-), ana-gennîsî = regenad = renaissance (< i-e *genō = engendrer, lituanien at-gimi-mas = renaissance), ana-gnôrízô = rekono =reconnaître (esp reconocer, al er-kennen, rus pri-znat'), dia-trekhô (courir à travers) = trareno = parcourir, meta-dídô (donner après) = tradavo =transmettre (rus pere-davat', tch pře-dat), etc.

- 3e étape: Les langues modernes

L'empire Romain ayant conquis l'Europe du sud et de l'ouest, en y faisant naître les langues néo-latines, le latin y exerce une très forte influence, renforcée encore par la conversion au christianisme de toute l'Europe. Il n'est pas rare de rencontrer des mots latins là où l'on s'y attend le moins, en dehors même des domaines religieux et scientifiques: albanais: propozim, protestoj, provoj, kështjéllë, klasë, kliént (proposition, protester, prouver, château, classe, client, lituanien: kabinà, kalkės, kanalas, procesija, produktas, protestuoti (cabine, chaux, canal, procession, produit, protester), bulgare: grupa, klasa, grip, produkt, promotsiya, profesiya (groupe, classe, grippe, produit, promotion, profession)…

Plus tard, l'Europe, dont le commerce est florissant au Moyen Age, avec ses foires célèbres - commerce de Venise et de Gênes avec l'Orient, commerce des villes Hanséatiques au nord - a aussi fait commerce de mots. In-nombrables sont les termes devenus inter-européens avant de devenir, pour certains d'entre eux mondiaux, comme le café (Uropi kafa) venu de l'arabe, ou le thé (Utopi tej) venu de Chine, ainsi que hotèl, taksì, menù, burò, telefòn, televìzetc.

Citons parmi tant d'autres: adrès, aksènt, balkòn, bank, bar, interesan, nasiòn, kontròl, publiki, privati, agènt, kontàkt, moderni, kontinènt, radiò, raket, salòn, toilet, turìst, vagòn, gaz, doktor, dokumènt, instrumènt…

Ce lexique inter-européen est très important, essentiellement dans les domaines scientifiques et techniques, les innovations… mais il affecte peu le vocabulaire de base qui, lui, reste spécifique à chaque langue ou à chaque famille de langues, les rendant quasi-hermétiques entres elles.

Par ex: не разбирам [ne razbiram] = je ne comprends pas (en bulgare), = rus. не понимаю [nié panimayou], slo ne razumem, gr δεν καταλαβαίνω [∂en katalavainô], lit nesuprantu, alb nuk të kuptoj, al ich vestehe nicht, ang I don't understand, neer Ik begrijp het niet, sué jag förstår inte, it non capisco, por não entendo, esp no comprendo, roum nu înţeleg, gal nid wyf yn deall, etc.

D'où le choix de l'Uropi de fonder ce lexique courant sur des racines indo-européennes communes, plutôt que sur un vocabulaire exclusivement roman, ou germanique, par exemple.

★ ★ ★

tempRo

Miki ron tempel, Roma

★ ★ ★

En outre, pour enrichir le lexique, dans les langues germanique et slaves - comme en grec et en latin autrefois - on a eu recours à la composition. C'est également le cas en Uropi. La composition permet de faire l'économie de centaines de mots nouveaux en combinant des éléments déjà connus: le sens du mot composé reste transparent, c'est à dire compréhensible.

Par ex: lucitòr "tour de lumière" (cf. al. Leuchtturm), vodifàl "chute d'eau" (rus vodopad), vintiròl "roue à vent" (al. "Windrad"), alors que les mots français phare, cascade et éolienne ne sont pas du tout transparents.

Sur le plan grammatical, l'Europaio, tout comme le PIE sont extraordinairement complexes:

voir:  https://dl.dropboxusercontent.com/u/66898980/a-grammar-of-modern-indo-european-3rd-edition-print.pdf

Pour les noms (p 161) on a différents types de genre: genre naturel (homme ≠ femme) et genre grammatical (nez, jambe, cou, bras, tête, genou sont féminins), animé et inanimé (neutre), genre commun (masculin ou féminin selon le contexte)…etc. Les genres ne sont pas indiqués systématiquement par une terminaison (et lorsqu'ils le sont, pas par la même terminaison): patḗr/ matḗr (père, mère), bhrātēr / swesōr (frère, soeur), sūnús / dhugtēr (fils, fille), ekwos / ekwā (cheval, jument), wlqos / wlqīs (loup, louve), swekros / swekrús (beau-père, belle-mère), wīrós / cenā (homme, femme), regs / regeinā (roi, reine)

Les noms ont une déclinaison de 8 cas (nominatif, vocatif, accusatif, génitif, ablatif, datif, locatif, instrumental), par exemple, jument: ekwā, ekwā, ekwām, ekwās, ekwād, ekwāi, ekwāi, ekwābhi, et au pluriel: ekwās, ekwās, ekwāns, ekwām, ekwābhos, ekwāsu, ekwābhis, ekwābhos.

Et il y a en outre 4 types de déclinaisons.

Les verbes ont une conjugaison très complexe également: par exemple les désinences des six personnes au présent

Athématique

Primaire: -mi, -si, -ti, -mes, -te, ṇti

Secondaire: -m, -s, -t, -me, -te, -ṇt

Thématique

Primaire: -ō, -esi, -eti, -omos, -ete, -onti

Secondaire: -om, -es, -et, -omo, -ete, -ont

Soit 24 désinences possibles pour le seul présent:

ed- = manger (Ur. jedo): edmi, edsi, esti, dmes, dete, denti = Ur. i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… jed

ei- = aller (Ur. ito): eimi, eisi, eiti, imés, ité, jenti = Ur. i, tu, he, ce, je nu, vu, lu… it

redoublement:

dhē- = faire (Ur. deto): dhédhēmi, dhédhēsi, dhédhēti, dhedhamés, dhedhaté, dhedhanti = Ur. i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… det

Pour conclure, on peut dire que l'Europaio /Dnghu et le PIE sont infiniment plus complexes que n'importe quelle langue indo-européenne parlée de nos jours.

★ ★ ★

snevima

U snevi vima

★ ★ ★

La grammaire de l'Uropi, elle, ne reprend pas la morphologie et la syntaxe fort complexes du PIE et de l'Europaio,

elle tient compte de l'évolution qui au cours des siècles (au moins 4 millénaires) a modelé et simplifié les structures des langues indo-européennes.

L'Uropi emprunte sa morphologie et sa syntaxe aux langues européennes modernes en fonction de la simplicité et de l'internationalité de leurs structures. L'évolution grammaticale des langues indo-européennes du PIE à nos jours a toujours été vers une plus grande simplicité, par exemple, le sanskrit, tout comme le PIE a une déclinaison de 8 cas, le hindi n'en a plus que 2: cas sujet et cas oblique. Les langues romanes (à l'exception du roumain) ont mené cette simplification à son terme en éliminant les déclinaisons, tout en conservant une conjugaison complexe. En revanche, l'anglais et les langues scandinaves ont (pratiquement) éliminé la flexion personnelle du verbe.

Par souci de simplicité, l'Uropi n'a pas non plus de flexion personnelle du verbe; par exemple écrire: skrivo, fait au présent:

i, tu, he, ce, je, nu, vu, lu… skriv = suédois: Jag, du, han, hon, det, vi, ni, de skriver

Des 8 cas de déclinaisons indo-européennes, l'Uropi n'a conservé que le génitif, mais ce choix n'est nullement arbitraire. En effet, celui-ci s'est maintenu dans l'immense majorité des langues européennes.

Toutes ces langues ont eu, à travers les siècles, tendance à réduire le nombre de cas de leurs déclinaisons: il n'y a plus que 5 cas en letton alors que le lituanien en conserve 7; les langues slaves conservent une déclinaison complète réduite en général à 6 cas (russe, tchèque, slovaque, slovène) à l'exception du polonais et du serbe/croate qui en ont 7, et surtout du bulgare qui n'a conservé que le vocatif; l'albanais a 5 cas alors que le grec moderne n'en a plus que 3 (et demi si l'on compte la forme du vocatif uniquement au masculin singulier). L'allemand et l'islandais, seules langues germaniques à avoir une déclinaison ont 4 cas, mais notons que les autres langues scandinaves et l'anglais ont conservé le génitif (ainsi que le néerlandais dans la langue écrite). Le roumain est la seule langue romane a avoir conservé 3 cas. Toutes les langues citées ci-dessus ont donc un génitif, à l'exception du bulgare et des langues romanes, soit une vingtaine de langues contre 6. Dans les langues celtiques, notons que le gaélique (irlandais) a 4 cas alors que le gallois et le breton n'en ont pas.

★ ★ ★

garda1

Garda, Italia

★ ★ ★

Mais surtout, le génitif étant le seul cas qui appartient exclusivement au syntagme nominal, il nous offre toute une série de possibilités combinatoires à l'intérieur même de ce syntagme.

- Complément de nom simple: De bib Jani = le livre de Jean, de kamar mi sestu = la chambre de ma soeur

- Il est indispensable dans la formation des noms composés: sans le -i, -u du génitif, ceux-ci deviennent difficilement prononçables: luctòr vodfàl, vintròl, vimsport, vernduf au lieu de lucitòr, vodifàl, vintiròl, vimusport, vernuduf (phare, cascade, éolienne, sport d'hiver, odeur de printemps).

- Il permet de former des adjectifs dérivés à partir du nom: noc (nuit) > noci (de nuit, nocturne): de soin da noci (le rêve de cette nuit-là), u noci ovel (un oiseau nocturne); Europaio = noqterinós awis

Le futur analytique de l'Uropi, moins simple qu'un futur de type espéranto (V-os) a également été choisi en fonction de son internationalité: c'est un futur de type "balkanique" (selon l'expression de M. Courtiade, spécialiste du Rromani), formé d'une particule ve (de volo = vouloir, cf ang. will, da vil, gr tha de thélô, rrom ka de kamel = vouloir) suivie de l'infinitif: V-o, que l'on retrouve dans au moins 16 langues.

par ex. i ve skrivo = j'écrirai, tu ve jedo = tu mangeras, he ve ito = il ira, nu ve deto = nous ferons

Voir:  http://uropi.canalblog.com/archives/2012/11/18/25607825.html

- L'Uropi peut il être interprété comme une évolution possible du proto-indo-européen ?

Je dirais sans hésiter que oui, mais ce n'est pas un frère jumeau comme peut l'être l'Europaio, pour lequel j'éprouve d'ailleurs une certaine tendresse, car je comprends la plupart de ses mots et structures, ayant travaillé moi-même à partir du proto-indo-européen. Le vocabulaire de base de l'Uropi est d'origine indo-européenne, mais il a suivi la même évolution que celle des langues indo-européennes modernes, ce qui le rend beaucoup plus accessible, pour ne pas dire familier aux locuteurs d'aujourd'hui.

On pourrait donc dire que l'Uropi est l'arrière petit-fils du PIE, ses enfants étant les langues i-e anciennes, comme le sanskrit ou le grec, etc., et ses petits-enfants les langues i-e modernes. C'est également un jeu de mots sur le terme Uropi, qui, en allemand, signifie "arrière grand-père".

En outre, l'Uropi s'est enrichi d'apports divers qui ne remontent pas jusqu'au PIE, mais ont acquis un caractère international: apports arabes, comme kafa, alkòl, alkova amérindiens, comme ananàs, tomàt, patàt, awakàt, etc.

Voir aussi: http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585217.html

http://uropi.canalblog.com/archives/2014/09/14/30585099.html

★ ★ ★ 

koblens

Seni hase in Koblèns, Doskia