★ ★ ★

* Uropi Nove 90 * Uropi Nove 90 * Uropi Nove 90 *

★ ★ ★

blukerk

★ ★ ★

Po liam a Grecia

★ ★ ★

I se sati op gol -"ich habe die Nase voll" (i av mi nas polen) wim Doske dez - od oro tale de stupide id luʒe wen ʒurnaliste id politikore usdèz jaki dia ov Grecia id Grece.

Grece se "lenzine, Grece se luʒore, Grece se robore, Grece se profitore…i.s.p…i.s.p. Di dik solem te lu kon nit ov Grecia, id jok min ov Grece… Mojse lu pasì ekvos eke sedias in u ric vakivìk o u luksi vila in eke turisti isle wim Skiathos o Mikonos… ba lu av nevos kogonen veri Grece. Lu av nevos disvoken ki Greci senite pivan uzò u tali vespen be de teràs u tavernu, vokan ov li ʒive, ov li varke in vari lande Europu po nuro li famile, lu av nevos framiven ki "mia parea" u grup jun Greci framis we provitì vo u greci salad id u grilen pic, slim par lu avì deten u glam be pin hore mornu, lu av nevos domen ki u Greci famìl we kospèk va beprù, ne wim straniore, ba wim frame, wim mimbore de famili. Lu av nevos oren u Tesalian benzinior dezo lo "Ah, France ? Deze a Hollande te nu se fami!"

★ ★ ★

welcome

Be u Greci famìl

★ ★ ★

Grece se varmi, framic id simpatic (u Greci vord); lu se bundavi id subetàl lu se gostiframi. Grece av u partikuli vord po da, "filoksenia", da se literim "liamo straniore", de punti gonad ksenofobiji (un alten Greci vord).Kim je se swaj oro di vord "filoksenia" wan un ʒiv in u land wo mole liente hais uslandore. Filoksenia, dez Jean Papadopulos (vize ude) se "saiten" po Grece dod de maj antiki teme; pur he usklàr ne parkà je se saiten. In antiki teme goste sì saiten par u stranior mojì ne so u slimi human, ba ekvos u doj we avì nemen u human form. Di se wa retàl no de bel storij ov Filemòn id Baukis, u par Frigian seninis. Slogan de legènd Zeus id Hermès ude human form tokì a tilie dore, pragan talia gostiframid, id talia je vidì lo apnegen. U solen has procepì la: je sì u pavri hut roskis id calmi. Obte li pavrid, Filemòn id Baukis provitì lo vin id nure id pos avo lijen lo vin vari vose, Baukis bemarkì te de krug sì talvos polen; davos ce incepì te li goste sì doje. Filemòn usvitì de doje perdavo lo li slimi procepad id volì tudo li uni gos, gardor de hasi, po la, ba de gos rufligì su de kene Zeusi id Zeus dezì te un nudì ne tudo ha. Pos he pragì lo klimo op de koln ki Hermès id ha id he distruì de pol ude u suflùj. Li pavri hut vidì traviren in u tempel id Filemòn id Baukis vidì de gardore di templi. Be li mor lu vidì traformen in u par intrapleten drevis: un erk id u lidar.

★ ★ ★

phil-rubens

 Filemòn id Baukis pa Rubens

★ ★ ★

De bunes zoc po akono de veri Greci id Grece se andubim inìzo ki liso de bib Jean Lacarrière "De Greci soma"… id naturim lero de linga: novi Greci. Siurim  je sat ne voko eke fraze in Engli "wim de alden dama o sior we alìt kamare a turiste in soma in de Greci isle, id we kon des fraze id pindes vorde (in Engli) …" wim skriv mi fram Stavros Kamarudis in hi bib "Kirkivaiz tra lingas".

Un dozev os liso de uslivan bib de historisti Olivier Delorme "Històr Greciu id Balkànis" in wen un ler, po samp, te, dod de Greci "epanastasi" (revolusiòn) in 1821 po lifrizo sia od de Osmani jug, Europa eldì nevos Grecia. Davos je sì de Europa Metternichi id de fricim rustalen monarkije vizì da Greci "revolusiòn" ki mali oje. Solem in Francia id maj rarim in Englia, je stì u fluj simpatiji po de Greci oplivore; solem Byron morì po Grecia in Misolongi, ba de Germàni imperias id alten monarkije talvos superì Turke. Un inforsì a Grece Doski monarke we vidì ne liamen pa de Greci polk, id trawàn de diktatorad de kolonoris (1967-1974), Europa eldì os ne Grecia; nu procepì solem Greci rufligore in Francia.

Di "mishelenisma" (hais a Grece), wim O. Delorme nom ja, rudàt a de gren cisma kristanadi intra Bizànt id Roma, ortodokse id katolike. Oblasem nevos te in 1204 Konstantinopol vidì graben, disgraben id disdamen pa krositore; "Grece se pejes te Juve" de krositore dezì.

Vizo: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mishell%C3%A9nisme

★ ★ ★

appicad1

Navo ap po picad, Nauplia

★ ★ ★

Felicim tale Europane av ne da murki ideas ov Grece. In de Telegraph, u grup Engli intelektàlis skrivì (i zit la od memòr) "De Greci deb se eke 320 miliarde Euròs… Ba ka se da pavri 320 miliarde koeglen ki tal wa Europa id mold deb a Grecia ? Ve nu un dia mozo rupajo ni deb a Grecia ?"

In un alten artikel in La Libre Belgique (Lifri Belgia), pa Jean Papadopulos, prisedan de Asosiadi de Epiranis Belgiu dik ʒe no Grecia wim je se verim. Zis je:

La Libre Belgique, 12j Ʒul 2015

Grecia, u saiten proregad

Wan Grecia procèp va, je av un antogli doʒad do ji goste: Filoksenia, u tri vose tiljàri vord, ba talvos prosàn in de land we agenì ja.

Un mozev traduto ja in Uropi ki gostiframid, ba je ve talvos disato da alten dismèz we se u karakteristik de procepadi wen Grecia ve davo vo: de saiten dismèz !

Naturim, vu ve ito a Grecia po luzo va od de vezan vige diali ʒivi, po inglajo sol id de insaran vode Midimari, id os po inglajo u kokad wej delìze se os gren te ji mediki virtùde, ba odia, ʒe maj te be eni alten momènt, vu ve diskrovo de veri ricad di landi, ji domore.

★ ★ ★

khora2

In Khora, Kitera, Grecia

★ ★ ★

Par is de vord kriz (od Greci "krisi"*) sin konflìt, je intèn os de sine kritiki, usvaltidi id ʒudadi.. Id Grece se itan tra di konflìt ki de sper in u regenad we moz solem veno dask a u ruvenad a d'insani: de belad human kovigis.

Nevos maj te num, nu doʒ supero turisma in Grecia, ne wim un industrij, ba wim u pelgrinad o u tramenad ki oje latim opren su samole belade.

Koparto tal di magibelad moz solem kreato vige, id da vige se de saiten zat gostiframidi: filoksenia.

Vene vizìto Grecia, vene rulaco va in Grecia, vene distrajo va in Grecia ane eni forʒude id ane eni fraj, neme eke fluji-denie, ba uze prigusim bi bankikarte - par zave ʒe ja, solem de Greci karte se limiten - id for faro ap, nu ve korado vo du bibe a liso po "ito in de ban": "De Greci soma" pa Jacques Lacarrière id "De kolòs od Marusi" pa Henri Miller, du famos vizitore we ve induto va in di magibèl land - id wan vu ve so za, is vu av eni keste, vakize ʒe ne, Grece gus nit maj te un uskàz po remako mold aròn u bun piv talvos kovaden ki gusti mezze."

*Ajuten pa ma.

★ ★ ★

nauplia3

In de strade Naupliu

★ ★ ★

Ka moz nu kokluzo ov de prosàn situasiòn ?

Wim dezì Michael Brenner, Profesor Intranasioni Delis be d'Universitad Pittsburgi, in un artikel intitlen "Mor in Brusèl"**, te Europa siamurdì be 13j Ʒul - mi festidià - ? Veri je sem te "Europa wim ideal", "Europa wim polke vigen pa u komùn identid", "Europa wim u modèl", de Europan "felade solidaridi… siudade kooperadi", te de soin Jean Moneti id milione Europanis av disvanen id te de Europan dutore men solem ov rupajo debe, ov interesi taze, ov denie. Je sem te lu av monetare instà karʒe id rekele instà cerne, id te demokratij av viden replasen pa u diktatorad merkadis id finansi.

Ba un moz os dezo: "Europa se mori ! Longi ʒiv Europa !" Milione Europane, oʒe in Doskia, vidì skandalizen pa de mod in wen Grecia vidì treten, udenizen, kracen, id lu menì: odia se de vos Grecis, ba domòr je ve so ni vos, de vos Portugianis, Espànis, Irianis, Italianis, Francis… Mojse de Greci kriz av aneren Europan polke, av agenen solidarid, av kreaten da vige ov wen Jean Papadopoulos vok (wim de Uropi mota "Kreato u vig intra polke"). Mojse su de disbreke d'Europa moneti se gresan - wim u novi flor tramìd ruine - d'Europa Speri, d'Europa politanis, anodvangi, sosial id solidari.

Nu Europane doʒ nemo ni futùr ni ni mande: is nu det ne ja, nu ve opro de vaj a facisma.

** Mor in Brusèl (in Engli): http://greekcurrent.com/a-death-in-brussels/

★ ★ ★

soliliv

Solilìv in Diakofti, Kitera

★ ★ ★

Pour l'amour de la Grèce

★ ★ ★

J'en ai par dessus la tête -"ich habe die Nase voll" (j'ai le nez plein) comme disent les Allemands - d'entendre toutes ces idioties et ces mensonges que les journalistes et les politiciens débitent chaque jour sur la Grèce et les Grecs.

Les Grecs sont "des paresseux, les Grecs sont des menteurs, les Grecs sont des voleurs, les Grecs sont des profiteurs …etc…etc." Cela montre seulement qu'ils ignorent tout de la Grèce, et encore plus des Grecs… Peut-être ont-ils séjourné une fois ou deux, quelques semaines dans un riche village de vacances ou une luxueuse villa de quelque île à touristes comme Skiathos ou Mykonos… mais ils n'ont jamais rencontré de vrais Grecs. Ils n'ont jamais discuté avec des pépés grecs en sirotant un ouzo, toute une soirée à la terrasse d'une taverne, en évoquant leur vie, leur travail dans différents pays d'Europe pour nourrir leur famille, ils ne sont jamais devenus amis avec "mia parea", un groupe de jeunes Grecs qui leur ont offert une salade grecque et un poisson grillé, simplement parce qu'ils avaient fait du vacarme à cinq heures du matin, ils n'ont jamais habité chez une famille grecque qui vous considère bientôt, non pas comme des étrangers, mais comme des amis, voire des membres de la famille. Ils n'ont jamais entendu un pompiste de Thessalie leur dire "Ah, Français ? Dites à Hollande que nous avons faim!"

★ ★ ★

violentab

In de stradite Khoru, Kitera

★ ★ ★

Les Grecs sont chaleureux, amicaux, sympathiques (un mot grec); ils sont généreux et, plus que tout, hospitaliers. Ils ont un terme particulier pour cela, "philoxenia", littéralement "aimer les étrangers", l'exact contraire de xénophobie (autre mot grec). Qu'il est doux d'entendre ce mot "philoxenia" quand on vit dans un pays ou tant de gens détestent les étrangers. La Philoxenia, dit Jean Papadopulos (voir ci-dessous) est "sacrée" pour les Grecs depuis la plus haute antiquité; il n'explique cependant pas pourquoi. Dans les temps anciens, l'hôte était sacré parce qu'un étranger pouvait très bien ne pas être qu'un simple mortel, mais parfois un dieu qui avait pris forme humaine. C'est ce que nous raconte la belle histoire de Philémon et Baucis, un couple de vieillards phrygiens. Selon la légende Zeus et Hermès ayant pris forme humaine frappèrent à mille portes pour demander l'hospitalité; partout elle leur fut refusée. Une seule maison les accueillit: c'était une pauvre cabane faite de chaume et de roseaux. En dépit de leur dénuement, Philémon et Baucis leur offrirent ce qu'ils avaient de meilleur: du vin et de la nourriture. Et après leur avoir resservi du vin plusieurs fois, Baucis remarqua que le pichet était toujours plein; elle comprit alors que leurs hôtes étaient des dieux. Philémon supplia les dieux de leur pardonner leur pauvre accueil et se prépara à sacrifier pour eux leur unique oie, gardienne de la maison, mais celle-ci, leur échappant, se refugia sur les genoux de Zeus qui déclara que ce sacrifice n'était pas nécessaire. Il leur demanda de grimper sur la colline avec Hermès et lui, puis il détruisit la ville sous une inondation. Leur pauvre hutte fut transformée en temple dont Philémon et Baucis devinrent les gardiens. Au moment de mourir ils furent transformés en un couple d'arbres entrelacés: un chêne et un tilleul.

★ ★ ★

Nemea

Tempel Zeusi, in Nemea, Peloponìz

★ ★ ★

Le meilleur moyen de connaître la vraie Grèce et les vrais Grecs est sans doute de commencer par la lecture du livre de Jean Lacarrière "L'été grec"… et bien sûr d'apprendre la langue: le grec modene. Il est évident que quelques phrases d'anglais ne suffisent pas "comme la vieille dame ou le vieux monsieur qui louent des chambres aux touristes l'été dans les îles grecques, et qui connaissent dix phrases et cinquante mots (d'anglais) …" comme écrit mon ami Stavros Kamaroudis dans son livre "Périple à travers les langues".

On devrait aussi lire l'excellent livre de l'historien Olivier Delorme "Histoire de la Grèce et des Balkans" dans lequel on apprend, par exemple, que, depuis l'"epanastasi" (révolution) grecque de 1821 pour se libérer du joug Ottoman, l'Europe n'a jamais aidé la Grèce. C'était alors l'Europe de Metternich et les monarchies fraîchement restaurées ne voyaient pas d'un bon oeil cette "révolution" grecque. Seulement en France et plus rarement en Angleterre, il y eut un courant de sympathie pour les insurgés grecs; seul Byron est mort pour la Grèce à Missolonghi, mais les empires germaniques et les autres monarchies ont toujours soutenu les Turcs. On a imposé aux Grecs des monarques allemands que le peuple n'aimait pas, et pendant la dictature des colonels (1967-1974), l'Europe n'a pas non plus aidé la Grèce; on s'est contenté d'accueillir les réfugiés politiques grecs en France.

Ce "mishellénisme"* (haine des Grecs), terme rerpris par d'O. Delorme, remonte au grand schisme d'Orient de 1054 entre Byzance et Rome, orthodoxes et catholiques. N'oublions pas qu'en 1204 Constantinople fut prise, pillée et dévastée par les croisés; "Les Grecs sont pires que les Juifs" disaient les croisés.

Voir: https://fr.wikipedia.org/wiki/Mishell%C3%A9nisme

★ ★ ★

manitore

Tore Maniu in Vathia, Mania, Peloponìz

★ ★ ★

Heureusement tous les Européens ne partagent pas ces idées noires à propos des Grecs. Dans le Telegraph, un groupe d'intellectuels anglais a écrit (je les cite de mémoire) "La dette grecque s'élève à quelques 320 miliards d'euros… Mais que sont ces malheureux 320 miliards comparés à tout ce que l'Europe et le monde doivent à la Grèce ? Pourrons-nous jamais rembourser notre dette vis à vis de la Grèce ?"

Dans un autre article dans La Libre Belgique de Jean Papadopoulos nous montre également la Grèce telle qu'elle est vraiment. Le voici:

La Libre Belgique, 21 juillet 2015

Une opinion de Jean Papadopoulos - Président de l’Association des Epirotes de Belgique.

"La Grèce, une destination sacrée

Quand la Grèce vous reçoit, elle a un devoir intangible envers son hôte : la Philoxenia, terme trois fois millénaire et toujours d’actualité dans le pays qui lui a donné naissance.

On pourrait le traduire en français par l’hospitalité, mais il manquera toujours cette autre dimension propre à l’accueil que vous réservera la Grèce : le sacré !

★ ★ ★

gythion

Githio, Peloponìz

★ ★ ★

Evidemment, vous vous rendrez en Grèce pour vous défaire des liens du pesant quotidien, en profitant du soleil et des eaux envoûtantes de la méditerranée ou encore d’une cuisine dont les délices sont à la hauteur de ses vertus médicinales, mais aujourd’hui plus qu’à n’importe quel autre moment vous découvrirez la véritable richesse de ce pays, ses habitants.

Car si le mot crise signifie le conflit, il renferme aussi le sens de la critique, de l’évaluation et du jugement. Et les Grecs traversent ce conflit dans l’espoir d’une renaissance qui ne peut venir que grâce à un retour à l’essentiel : la beauté des relations humaines.

Jamais plus que maintenant, nous nous devons de soutenir le tourisme en Grèce, non pas comme une industrie, mais comme un pèlerinage ou une méditation les yeux grands ouverts sur tant de beautés.

Toute cette magnificence partagée ne peut que créer des liens et ces liens, c’est le côté sacré de l’hospitalité : la philoxenia.

Venez visiter la Grèce, venez vous détendre en Grèce, venez vous amusez en Grèce sans aucun préjugé et sans aucune crainte, emportez un peu d’argent liquide mais utilisez préférentiellement votre carte de banque - car sachez le bien, seules les cartes grecques sont limitées - et avant de partir, nous vous conseillerons deux lectures pour vous mettre dans le bain : « L’été grec » de Jacques Lacarrière et « Le colosse de Maroussi » de Henri Miller, deux illustres visiteurs qui vous introduiront dans ce pays magnifique – et une fois sur place, si vous avez des questions, n’hésitez pas, les Grecs n’aiment rien de plus qu’une occasion de refaire le monde autour d’un bon verre toujours accompagné d’un savoureux mezze."

★ ★ ★

colorado

Di s'ne Kolorado, ba Peloponìz, in Grecia

★ ★ ★

Que pouvons-nous en conclure, concernant la situation actuelle ?

Que, comme le dit Michael Brenner, Professeur des Affaires Internationales à l'Université de Pittsburgh, dans un article intitulé "Mort à Bruxelles"**, l'Europe s'est suicidée le 13 juillet - jour de ma fête - ? Il semble bien, il est vrai, que "l'Europe comme idéal", "L'Europe en tant que peuples liés par une identité commune ", "L'Europe comme modèle", que les "sentiments européens de solidarité… les habitudes de coopération", que le rêve de Jean Monet et de millions d'Européens ait disparu et que les dirigeants européens ne pensent qu'à rembourser les dettes, ne pensent qu'aux taux d'intérêt, qu'à l'argent. Il semble bien qu'ils aient un portefeuille à la place du coeur et une calculette au lieu de cerveau, et que la démocratie ait été remplacée par une dictature des marchés et de la finance.

Mais on peut dire aussi: "L'Europe est morte ! Vive l'Europe !" Des millions d'Européens, même en Allemagne, ont été scandalisés par la façon dont la Grèce a été traitée, humiliée, écrasée; ils se sont dit: aujourd'hui, c'est le tour des Grecs, mais demain ce sera notre tour, le tour des Portugais, des Espagnols, des Irlandais, des Italiens, des Français… Peut-être que la crise grecque a rapproché les peuples d'Europe, a fait naître la solidarité, a créé ces liens dont parle Jean Papadopoulos (comme le dit la devise Uropi "Créer un lien entre les peuples"). Peut-être que sur les débris de l'Europe financière est en train de pousser - comme une fleur nouvelle parmi les ruines - l'Europe de l'espoir, l'Europe des citoyens, indépendante, sociale et solidaire.

Nous les Européens devons prendre en main notre avenir: si nous ne le faisons pas, nous ouvrons la voie au fascisme.

** Mort à Bruxelles (en anglais): http://greekcurrent.com/a-death-in-brussels/

★ ★ ★

solifafis

Solifàl in Afisos, Peliòn, Grecia

★ ★ ★

For Greece's sake

★ ★ ★

I do apologize to all my English-speaking friends, but I'm leaving for Greece tomorrow and I didn't have the time to do the English translation.