★ ★ ★

* Uropi Nove 101 * Uropi Nove 101 * Uropi Nove 101*

★ ★ ★

marinela

Marinella, de has komisori Montalbano (Punta secca, Sicilia)

★ ★ ★

I av talvos gusen krimiromàne: je inizì in mi junad wan i lisì, wim mole liente, tale romàne pa Agatha Christie, Georges Simenon id Exbrayat. Pos, i lisì John Le Carré, James Hadley Chase id Amerikan autore wim Raymond Chandler, Dashiel Hammet, id maj posen Mary Higgins Clark.

Ba i volev odia voko ov u disemi genar krimiromàni wen i av nomen de Europan Krimiromàn. Di autore asemì maj o min talia in sudi o nordi lande Europu, id mole od la skriv jok odia. Obte lu se andubim de erdore Agatu Christie id Simenoni, li romàne se mol disemi, id, wim u Doski ʒurnalìst dezì ov Petros Markaris, li "krimiromàne se somtemim sosiadi romàne".

★ ★ ★

poirot-splsh

Hercule Poirot

★ ★ ★

Sim i ve discizo di artikel in du parte: de pri part ov Sudi Europa: Glod su sand, de duj part ov Nordi Europa: Glod su snev

★ ★ ★

Part 1:.......................Glod su sand.........(Sudi Europa)

★ ★ ★

I men te tal inizì ki Manuel Vazquez Montalbàn id hi serij romànis ki Pepe Carvalho. Gonim a de tradisioni Amerikan autore, li protagonsite se ne privati detektìve, u poj kunic, pivan wiski, sedan ki pode su de skrivitab id sedutan mole ʒinas in de mod James Bondi; lu se priʒe anti-heroje, lu tale se disluʒen humaniste. Li kovigad ki ʒinas se priʒe anlezi: "U studad ov de kovige de protagonistis krimiromàni ki li "mijas" se ne jok skriven. Mole od la se ne maʒen, o se disvaden, o lu av un intratemi frama" skriv Isabelle Tloupas, tradutora id dictora Greci (Revìz Desmos (De vig), Nr 30, 2009, Grecia id krimiromàn). De vig intra de du genare se andubim Pepe Carvalho we, pos avo sen komunìst id pos avo varken po de CIA, vidì u privati detektìv in Barselona. Tale da novi anti-heroje sem so disluʒen ki de sosiad in wen lu ʒiv.

Se di disluʒad u general Europan fenomen ? Pos avo perlasen de entusiasma daven lo pa de ruvenad paci, de proflorad de 30 glori jaris id de sper in Europan struad - Europa vidan darim plagen pa de finansi kriz in 2009 id de koslogan politike rustrigadis - av Europane sungen in pesismisma ?

ESPANIA id Pepe Carvalho

Pepe Carvalho, de protagonìst de romànis pa Manuel Vazquez Montalbàn sem avo perlasen tale hi inluʒe: he bren tale de bibe wen he lisì po afojo hi kamin, id he sem ruplojo tale de traformade we se disfasan hi liamen citàd Barselona.

Manuel Vazquez Montalbàn de son un anti-Frankisti famili we studì litere, filosofij id ʒurnalisma in Barselona. He som vidì mimbor de PSUC (Unizen Sosialisti Partìz Katalaniu) id vidì inkarsen in 1962 in Lleida. Pos, he vidì ʒurnalìst, poèt id romanìst; in 1972 he kreatì hi famos personor Pepe Carvalho. Montalbàn morì od u karʒi atàk in d'avipòrt Bangkoki in Oktober 2003.

★ ★ ★

Manuel-Vazquez-Montalban-C

Manuel Vazquez Montalbàn

★ ★ ★

Tra Pepe Carvalho Montalbàn mozì skrivo u kronik ov de pos-Frankisti Espania, u metan sosiad, u kapitalisti korupen demokratij we koruvokì newim a de spere genen ki de mor Franco. "I dez to sosiad se puten. Je kred nemaj in eniwa" dez Carvalho a Biscuter, hi eldor. Pepe Carvalho dom in Vallvidrera, su u koln subestàn Barselona, id av hi burò in de seni kwertias de poli, wo he vark ki Biscuter wen he kogonì in karsia in Lleida, id ki wen he kok bun plate.

Wim ki mole alten anti-heroje in Europan krimiromàne, hi kovigad ki ʒinas se ne slimi: hi frama Charo se un anodvangi prosti-tuta, ba ce ve ito ap po ʒivo in Andora; od tem a tem Carvalho av os alten ʒinu aventure. Un od de pri bibe brenen pa Carvalho sì Trides poème liami id u disperen sant pa Pablo Neruda. Breno bibe se po ha u terapij o u sort vrengadi gon lisade we "av ne dicten ho wim ʒivo".

De uni not optimismu se hi pasiòn po bun kokad, po gastronomij id bun vine wen he kopàrt ki Biscuter, ba os ki alten protagoniste de "sudi" krimiromàni: de Sicilian Salvo Montalbano, de Venezan Guido Brunetti id de Grec Kostas Kharitos.

Manuel Vazquez Montalbàn av oʒe publizen u bib ov De recepe Pepe Carvalho.

★ ★ ★

Rozalek

Pepe Carvalho id de Roz Aleksandriu

★ ★ ★

De roz Aleksandriu

"De maj literaturi, de neres a perfetid romàn od de cikel Pepe Carvalho" dezì un Espàni kritikor. "Je se maj u liami romàn te u krimiromàn". Je se de vaiz u navori, dal od Barselona wo he traʒivì u liamistorij, de liam hi ʒivi. Montalbàn vok no ov mane id ʒinas we moz ne koliamo lifrim par u sosiad id u kultùr pervèn de normal disvolpad feladis, deziris, liami. Par pasen id de soine paseni se puri ilusiòn wan lu vid kofasen ki de metan verid prosàni. Id od frustad, od disinluʒad a distruad id a krime, je ste solem u stap.

De sudi mare

Un find os de brutal id sordic fend de soinis in De sudi mare, wo Carvalho vid inkargen findo de murdor Stuarti Pedrell, u ric industrijor id domistruor. He avì disvanen dod u tali jar, ane davo eni nove, avan dezen te he volì, su de stape Gauguin, ito ʒivo in de sudi mare; ba un findì hi korp dagen in un aplasen teria in Barselona. De solen indìk po Carvalho se de vers u poèmi in u notar de murdeni: "Num nekun ve duto ma do de sudi mare".

Alten famos romàne ki Pepe Carvalho se Tatù, De ovle Bangkoki, De banistà, De Greci labirìnt, Roldàn, nè ʒivi, nè mori, De kwintet od Buenos Aires, De man mi ʒivi

★ ★ ★

cerrajeros-vallvidrera

Barselona vizen od Vallvidrera wo dom Pepe Carvalho

★ ★ ★

Arturo Pérez-Reverte

Pos hi stude in politiki siense id ʒurnalisma, he vidì weri reportor in Kipra, Libàn, Tcad, Sudàn, Nikaragwa, Angola, de pri Gulfi Wer id de were in Jugoslavia, prim po de novar Pueblo, pos po de Espàni televìz TVE. Hi romàne se mol disemi od daze Montalbàni par hi vark se be mij vaj intra krimi id històri romàne. He avì u veri pasiòn po Aleksander Dumas id he skrivì de Aventure De kapitani Alatriste, spadi id kapu romàne in de mod Dumasi. Pur i prigùs hi krimiromàne: De Picten de Flandi mastori, De pel de tumbàni, De sferi map, ba subetàl De raja sudi.

★ ★ ★

1381154186_0

Arturo Pérez Reverte

★ ★ ★

De Raja sudi

Teresa Mendosa, u jun Mecikana doʒ fligo ap ci land par ci liamor, u pilòt varkan po drogi trafikore vidì murden pa hi siavi "frame". Frajan po ci ʒiv, ce ruflìg in sudi Espania, prim in Melilia in Maròk wo ce ʒiv ki Santiago u trupasor hacici a Espania. Pur li spelibat vid proslogen pa de polìz id krac su de roke: Santiago vid tuden id ce, inkarsen. In ci karsia ce kogòn u jun burgeza Pati we ve deto ca liso id vido kulturen. Lasan de karsia, lu ve kreato sam u skrenifirma po mozo apvaco de drogidenie; in des jare, ce ve seto op de grenes intranemad drogitrafiki in Europa: ce ve vido de "Raja sudi".

Di se po ma de bunes romàn pa Arturo Pérez Reverte wen i lisì: de subebèl portràt u jun ʒinu, obe dar id fragli, darim plagen pa fatad, id we vidì anfrajan id peric, ane kopàin. Id jakivos i viz, su Andalusi plaʒe, de polizi helikoptare flevan alòng de kust po disvizo de spelibate drogi trafikoris, i moz ne perveno ma meno ov Teresa Mendoza, de Raja sudi.

ITALIA, regionim inroden krimiromàne

De spirti son Manuel Vazquez Montalbani in Italia se andubim Andrea Camilleri, de Sicilian autor. He admirì samòl Montalbàn te he nomì hi famos komisor Salvo Montalbano.

Andrea Camilleri

camil

Andrea Camilleri

★ ★ ★

Poèt id inskenor, genen in Porto Empedokle in Sicilia in 1925, he studì in Palerma, pos be de Nasioni Akademij Dramati Arti in Roma. Win inskenor he adaptì in Italia de inkeste Komisori Maigret pa Simenon. Somtemim he skrivì kurtistorije, ba nun romàn obte de inkarʒade hi frami, de Sicilian autor Leonardo Sciascia. Solem be 57 jare he skrivì hi pri romàn id 12 jare maj posen he agenì komisor Montalbano in hi pri krimiromàn De form vodi (La forma dell' acqua).

De linga Camilleri,

se partikuli, u gusti micad intra Itali id Sicili. In Sicili, de Itali dupli L vid u dupli D, po samp: bella (bel) > bedda, id oʒe ddr in de dialèkt Camilleri: beddra. U gala, Itali gallina vid gaddrinai.s.p. In Antikeve, Sicilia sì u Greci kolonia we, pos, vidì kovalden pa Romane, pos Arabe, pos Normande, pos Espàne, i.s.p. we av tale lasen li prite in de linga. Po samp apresso = pos, ven od Franci après, addrumari = aluco od Fr. allumer, autru = Fr autre (alten), armuàr = Fr. armoire (armar); gana ven od Espàni ganas (zel), rina od Esp. arena (sand)… i.s.p. Ba Sicili av os ji partikuli vorde, po samp: susirisi (od su = Itali alzarsi) = sia livo, spiari = prago (It. domandare, chiedere), trasiri (od Latini transire) = ito in (It. entrare), nisciri = ito us (It. uscire), taliari = glado (It. guardare)

★ ★ ★

sicipol

★ ★ ★

Komisor Montalbano

Salvo Montalbano av mole komùn punte ki Pepe Carvalho. He os se u solenan: lu obe av anlezi id koplizen liamistorije ki ʒinas we som se koplizen. Livia, de ʒina Montalbano se ne u prostituta wim Charo, ba ce ʒiv be d'alten kip Italiu, in Bocadasse ner Ʒenova. Montalbano av os anobesinim frami kovige ki u bel Sweda Ingrid, id, od tem a tem unnoci aventure ki alten ʒinas. He se komisor in Vigàta, u miki maripol, ba, wim Carvalho, he av priʒe anortodoksi mode po sluzo de kaze, we moj ekvos duto a konflite ki de questore, "u signuri e guistori" (de cef polizi), Bonetti-Alderighi, un "uslandor" od Milàn. Is Montalbano dom ne su u koln, he ʒiv os dal od de centra, su de plaʒ in Marinella. Id wim Carvalho he s'u gren fingusor, obte he som kok ne, ba he begùst de uslivan plate predizen pa hi domeldora Adelina, o be de trattoria da Enzo su maribèr in Vigàta.

He se somtemim grunic, subetàl be morna for pivo hi numari kafas, lukijegi, u poj sedutor, lusi, antolsan, irgic (ba ne longim), bundavi, gurjedi, ba subetàl duvim humàni. Nerim in tale inkeste he vid kofasen ki de gren male ni sosiadi, de uvepolen bate we usbàrk in de port, nerim jaki dia, u trob profligoris od Libia, od Suria…

★ ★ ★

montalbà

De simpatic aktor Luca Zingaretti we jeg de rola Montalbano in de televizi serij

★ ★ ★

In de posni romàn, De alten kip de lini (L'altro capo del filo) we se ne jok traduten in Franci, Montalbano, pos avo jeden be Enzo, vok ov Europa a u krab su de roke:

"Ka men ʒe tu ov Europa ? Tu prigùs vido ne involten ? Sim i som vid involten. I men te pos de gren soine ov da unizen Europa, nu av deten tal mozli id anmozli po distruo ji bondibaze som. Nu av senden a diavel de històr, de politik id d'ekonomij in komùn. De uni zoc we mojse restì antogen sì de idea paci. Par, pos avo tuden unaltem tra suntjàre, nu sì ʒe sati, nu mozì nemaj. Ba num nu av oblasen ja, pardà nu av finden de bel skuz ov da migrane po seto op revos spinidrate su de seni id novi frontias. Un dez te intra da migrane se sia celan teroriste instà dezo te in fakt da pavrine se fligan ap de teroriste." p. 85

Ba Montalbano sev ne Montalbano ane hi pictoric manad: de feden id efektivi Fazio, Mimì Augello, de ʒinucagor, we kon tale bel, jun ʒinas id ʒikas in de pol id de provìns, id naturim de komic not vid aperen pa Catarella, u poj dun ba sa intogan, we vok un anmozli ʒargòn: "di pirsuna pirsunalminti"… "u signuri e guistori", disfòrm tale nome id molvos opre de dor sa bruskim te he fal niz id vun sia…

Montalbano se duvim humàni par, nuren ki lisade, filme id realad, hi feladi usperij av dicten ho kopatijad id incepad; he ʒud ne altene, ba he vol talvos proteno human dignid wan je vid ataken uve limìte. Poje od hi inkeste kotòg direktim de mafias, ba in de ruplàn, je ste talvos de cami zona wo korupen politiki mogade se koʒivan id komìcan sia ki spekulore id de mafias. Indèt lu se talvos za, de du mafiori famile, de Cuffaros id de Sinagras, ekvos proban usvajo Montalbano id duto ha su falsi trake, ba he som se perfetim kozavi te sosiad se "u piramid slami" (po renemo de titel un od de romànis), in wej mur he doʒ gravo u por po mozo probo apkebo ja. Pur Montalbano ven ne us tal da aventure andamen: in U laz luci, he arèst du Tunisian armi trafikore id de trij vid finden mori in u sark aplasen in camp; davos he diskròv te de moren se François, de Tunisian bob wen he id Livia kospekì wim li son id avì volen adopto.

De posni romàn Camilleri ki Montalbano: De alten kip de lini (L'altro capo del filo) se de 100i romàn publizen pa de autor. Alten famos romàne se De piramid slami (La piramida di fango), U nist viperis (Un covo di vipere), U laz luci (Una lama di luce), De jeg spekelis (Il gioco degli specchi), De cag a tezòr (La caccia al tesoro), De dans gaili (La danza del gabbiano), De ald dubi (L'età del dubbio), De pold de potori (Il campo del vasaio), De sandi trak (La pista di sabbia), De flele de sfingi (Le ali della sfinge), In de cajad Agusti (La vampa d'agosto), De papiri lun (La luna di carta), De voc de violi (La voce del violino)… i.s.p.

★ ★ ★

MontCamil

"Montalbano" id Camilleri

★ ★ ★

Regionim inroden krimiromàne

Wim Sicilia, jaki regiòn Italiu sem avo ji siavi krimiskrivore. Lu tale uz usprese id regioni forme Itali, ba mole min te Camilleri. De komùn karakteristik tale protagonistis se li solenad: lu av ne ʒinu kopanad: o lu av perlasen li kopana o lu av ne jok kogonen ca; ba lu se tale antiheroje.

In Bari in Pulia je ste Gianrico Carofiglio ki hi protagonìst avokàt Guido Guerrieri: Ankozavi vizdezor (Testimone inconsapevole), Ki kluzen oje (Ad occhi chiusi), Razonli dube (Ragionevoli dubbi), De art dubi (L'arte del dubbio), Tratemi perfetide (Le perfezioni provisorie)

In Napòl, je ste Maurizio de Giovanni, ki komisor Ricciardi. De Giovanni bepìct Napòl in de jare 30 ude de facisma; Ricciardi se u jun id bel komisor, elden pa de feden brigador Maione id de antifacisti legimedikor Doktor Modo. Hi liami ʒiv se priʒe vuzi obte he av inliamen ki hi coj nersana Enrica id vid kortizen pa u ric id bel liriki santora Livia. I av lisen du od hi romàne: Od mi mand. De krisgèn komisori Ricciardi (Per mano mia. Il Natale del commissario Ricciardi), Vipera. Nun ruʒivad po komisor Ricciardi (Vipera. Nessuna resurrezione per il commissario Ricciardi)…

In Aosta vidì senden po diciplini motive de vicequestore (maj te u komisor) Rocco Schiavone, genen id opgresen in Roma, wim hi autor Antonio Manzini. Pos de mor ci maʒu Marina in un atentad, he tudì u seric invioltor we sì de son u politikori we uzì tal hi influjad po kasto ha, trasendan ha dal od de kebipol. Adapto sia a de sneve Aostu se priʒe anlezi. De vari romàne ki Rocco Schiavone se Nar pista (Pista nera), De rib Adami (la costola di Adamo), Je s'ne de sezòn (Non è stagione), Je sì in Maj (Era di maggio).

Du skrivoras

De majsan skrivore krimiromànis in Italia se mane, ba je ste os eke ʒinas.

In Liguria, je ste Cristina Rava, genen in Albenga, ne dal od de Franci frontia. Ci komisor Bartolomeo Rebaudengo se ne Liguri ba Piemonti; he os av eke anlezide po vido acepen pa Ligure id he men ki nostalgij ov de sneve hi boris. Hi kovigad ki ʒinas se os ne slimi: he av u reguli "nuva", de legimedikora Ardelia Spinola, ba in Magri Kapòn po de komisor (Capon magro per il commissario), he inliàm ki u bel Ukraini domeldora we vid suspeken ov de murd ci seni mastoru. Revos de linga intèn regioni usprese, obte i zav ne bun is lu se Liguri o Piemonti, wim "boia faus" o "belin". Alten romàne ki Rebaudengo: Is lu se roze lu ve moro (Se son rose moriranno), Tri trifole po Rebaudengo (Tre trifole per Rebaudengo). In de maj noven romàne, de protagonista se Ardelia Spinola, de legimedikora: Wan fend de cade (Quando finiscono le ombre), Pos de nar de noci (Dopo il nero della notte), U mar siladi (un mare di silenzio).

★ ★ ★

DLeon

Donna Leon

★ ★ ★

Donna Leon

De duj skrivora se u partikuli kaz: Donna Leon se Amerikana, ba ce ʒivì 30 jare in Veneza, tale ci romàne av sta in di pol, id un moz dezo te Veneza se de cevi protagonìst ci romànis, sam ki komisor Guido Brunetti.

Brunetti se nun Amerikan detektìv, u "lifrimorali, ankoformisti solenan, valgan in de margine sosiadi"gonim he s'u tipikim Europan komisor, talim ne kunic id, wim Montalbano, duvim humàni.

Altenzatim, un mozev dezo te Brunetti se u ruvirten Montalbano: he dom in u palàz be de centra Venezu, he se bun stalen in sosiad, maʒen ki du kide. Hi maʒa Paola se profesora universitadi id ven od u seni Venezan nobli famìl, de Faliere, we davì eke doge a de Republik. Brunetti av krati forʒude gon Suditaliane, wim Montalbano gon Norditaliane; je se komic vizo vise-kwestor Patta, de cef Brunetti, u Sicilian, ankonabli id maj interesen ov disvolpo hi sosial kovige ki de "vezi persone" de poli te ov sluzo inkeste, we se de punti eglivalt kwestori Bonetti-Alderighi, de subesan Montalbano, we ven od Milàn.

★ ★ ★

BruVia

Brunetti id serʒan Vianello in de Doski televizi serij

★ ★ ★

Pur de du komisore, we se obe fingusore, av de som mod vizo de sosiad id kambo gon ji pejes male: korupad politikoris id de hol sferis sosiadi, polutad, de trafik vifti apjetis, prostitutad, rasisma id ksenofobij gon Afrikan id Osteuropan inmigrane… i.s.p. Wim Donna Leon dez, Brunetti se "someone who is simpatico. He is, in a way, the summation of the qualities that I love in the Italians" (ekun we se simpatico. Ekwim he se de sumad tale kalitadis wen i liam in Italiane). Donna Leon gus de romàne Camilleri, id subetàl hi uzad de Sicili dialekti. Wim Montalbano vok Sicili, Brunetti uz de Venezi dialekt, ba Donna Leon skriv ne ja.

Un alten partikulid: obte ci romàne vidì traduten in mole lingas, Donna Leon vol ne vido traduten in Itali. Ce dez te Italiane gus ne te un uslandora viz la wim lu viz sia som. Lu sev invunen, mojse regim, te u ne-Italiana moz voko ov la sim. Ce dez te ce os gusev ne oro uslandore dezo ov Amerikane eke zoce wen ce som dez.

Brunetti av os hi miki manad: usim vise-kwestor Patta, je ste de mol atrajan signora Elettra, de sekretora, we se talvos carmi, ba os u komputeli arel, abli krako eni pasivord id duto "anlegi" procekade po de komisor; de feden serʒan Vianello we se talvos predi po eldo hi cef.

★ ★ ★

elePa

Signorina Elettra, vise-kwestor Patta id Brunetti in de Doski televizi serij

★ ★ ★

Eke romàne ki Brunetti: Mor in La Fenice (Death at la Fenice), Mor in Hol Vode (Acqua alta), Frame in Hol Stas (Friends in High Places), U mar trublis (A Sea of Troubles), Uniformen Justìz (Uniform Justice), Glod od u kam (Blood from a stone), De ʒika hi soinis (The Girl of his Dreams)… i.s.p.

GRECIA, Krime in de kriz

De Greci krimiromàn we florivì in de jare 50 id 60 publizen in ʒurnàle id bunkopi usdave disvanì in de diktatorad de Juntu (1967 - 1974), ba regenì in de jare 80, id subetàl pos 1995, id vidì marken pa u kotali metad. Je vid nemaj publizen in revize venden in kioske, ba je interès num u maj "serios" publik, vid kopen in biborias id publizen pa "serios" usdavi hase wim in tal Europa. "Di novi Greci krimiromàn se mol maj literaturi, id mol min naìvi…" (Vz Desmos Nr 30, 2009, op.cit).

Petros Markaris, (Πέτρος Μάρκαρης in Greci),

genì in 1937 in Istambùl, Turkia, od un Armèni pater id u Greci mata. He studì ekonomik in Vien id Stutgàrt. He vok id skriv in Greci, Turki id Doski id tradutì teatru varke pa Goethe id Brecht in Greci. He stalì sia in Atina in 1964 id nemì de Greci nasionid in 1974. He kovarkì ki de famos regisor Theo Angelopulos (De suvangen stap stigoni, De glad Odisis, Evid id un dia…)

★ ★ ★

mark1

Petros Markaris

★ ★ ★

Be ald 57 jaris, he inizì skrivo krimiromàne, inskenan kotemi Grecia id Atina ki ji anusperli cajad id evi trafiki obtope.

Hi komisor Kostas Kharitos se nun antiheròj wim Pepe Carvalho, obte he os se disinluʒen id grunic wim Salvo Montalbano. He se priʒe un ordeni Atinan, "ekun wim de liente mi famili" dez Markaris. He se maʒen ki Adriani, u koformisti, akilingi miki burgeza ki u krati personid, we sem avo u provòrd po tale anlezi situasione, ba we se os un uslivan kokora, subetàl wan ce kok de prigusen plat de komisori: jemista (polnen tomate id pepine). Lu av u dota, Katerina, we studì jur in Tesalonik id av viden avokata; ce av maʒen Fanis, u simpatic medikor. Pur, de famili kirk sev ankopolen ane Ambros Zisis, u fori komunìst we vidì torten in de karsias de Juntu, id a wen Kharitos, davos u jun polizor, lasì eke momente us hi kelia id provitì sigarete. Ki de jare lu av viden frame id Zisis se num u mimbor de famili, u duj pater po Katerina, talvos davan a de komisor bun korade.

Be de komisoria, Kharitos we kovèn ne talvos ki de ordeze "od beòp", id vol ekvos nemo hi siavi iniziative, vis molvos superen pa hi cef Gikas, id he av uslivan kovige ki de sekretora Kula (un alten signora Elettra ?) we ve beprù vido mimbora hi manadi.

★ ★ ★

NarAtin

Nar nolbe su Atina

★ ★ ★

Kim genì Kharitos ?

Markaris skriv in hi autobiografij (Vz Desmos Nr 30, 2009, op.cit):

"Kharitos suzì pro ma in Oktober 1993… Plozim un morna asemì pro mi skrivitab u famìl tri mimboris: de pater, de mata id de kida. U tipiki Greci famìl wim un moz kogono in eni mikiburgezi kwertia Atinu… Mi pri men sì sendo la a diavel po findo ru pac… Osprù te i itì in mi burò, i findì ha za (Kharitos), vartan ma, predi a truporo mi cern. Pos un mon, hi prosàd avì viden u diali tortad… Un morna wan i sì jok proban disperim sendo ha a diavel, u fliziluci idea suzì in mi ment: da tip, po torto ma sim, mozì solem so u dantìst  o u polizor.

Da sì de pri vos wan i menì te Kharitos sì mojse u polizor……Pur mi usperij, asiaven cevim wim tradutor, studan de varke alten skrivoris av mo dicten te personore ane defekte se ne talim koviktan… In alten vorde, oʒe de maj anklori protagonìst nud ekia "u ruv", u disemi trat we ve deto ha dissigi. Be Kharitos je ste du: prim hi vag, de famos Fiat 131 Mirafiori…

Hi duj flabid (hi "ruv", vu moz nomo ja wim vu vol) Kharitosi se de vordar. U polizor we rulàc sia lisan de vordar id nit alten." (He se mi punti gonad: i vark tal dia ki vordare, id rulàc ma lisan krimiromàne).

"De majsan lisore find da amuzan. I prag ʒe mo parkà. In de krimi literatùr je ste heroje ki mol maj ansiudi inklinade… Adam Dalgliesh, de protagonìst P.D. James se polizor, ba os poèt… u poèt-polizor se nun komùn zoc…

Jok maj strani se komisor Brunetti pa Donna Leon. He av studen veti Greci id Latini literatùr id se maʒen ki u profesora universitadi we, idmàj, ven od u mol veti famìl Venezan noblis…"

★ ★ ★

markaP

★ ★ ★

In u prolisad in Parìs (Parisnoir, 13-11- 2010) Petros Markaris dezì: "Po ma krimiromàn se solem interesan is i moz uspreso ma ov de sosial id politiki situasiòn in Grecia." ajutan "I av u problèm ki de kocèp patria: i incèp ne de vord. I se Istambulan, Istambùl sì po ma un identid…"

Kharitos (id Markaris som) vid kofasen ki de gren traformade in Europan sosiade tra de posni dudes jare: de viripunt sì de fal komunismu be ost id de oprad frontius.

"Wa metì de Europan krimiromàn se finansi krimad - je se globalizen krimad tra tal mold, id governade prigùs glado ap. De apvacad suj denjis, pos de fluj di apvacen denjis in de legi finansi sistèm, se sa gren te nekun voz togo ja…"

Di se wa usvèn in hi posni romàn Off shore, in wen mole denie vid investen in de Greci ekonomij, id vari vezi navaredore ruvèn sia stalo in Atina. Ba Uli, u jun Dosk we se de fram u framu Katerinu prag molvos de insani kest: "Od ko ven de denie ?"

De Greci kriz

Kharitos som se disirgen pa de drakoni meze rustrigadi - wen he kospèk wim ekonomicim anrazoni - wen Europan Uniòn av inforsen su debikargen Grecia id alten Sudeuropan lande. Di rustrigad av tragic kosloge su de Greci ekonomij id su de ʒiv ordeni Grecis: de solde statinvarkenis (inkluzan polizore) vid rukoten tis 40%, mole vendias av kluzen in de centra Atinu, de numar siamurdis av liven in u land wo je esistì nerim ne, patiene moz nemaj vido ceren par je ste ne medikle, o lu moz ne pajo po la. Oʒe wan lu av mol gravi patide wim kanker, hospitale send la ru dom…

★ ★ ★

AtiDemo

Demostrad in Atina, 2015

★ ★ ★

In tale hi romàne, Markaris del ki de male de Europan sosiadi: korupad, burokratij, rasisma, terorisma, facisma…id naturim de Greci kriz, subetàl in hi posni romane: De trilogij de krizi

In Usrenen leste (Ληξιπρόθεσμα Δάνεια), vari bankore id finansore vid finden apkeben spadim pa u misteric murdor…

In Usfendad (Περαίωση), un find in un arkeologic sitia, u korv inviften ki cikùt wim Sokrate. Un elpòst adresen a de viktìm usklàr te he sì u taksusfligor id te alten murde lientis we paj ne li takse ve slogo. De "taksikosamor" vid u nasioni heròj id milione Euròs ven in de kase de stati…

Pan, Opdutad id Lifrid (Ψωμί, Παιδεία, Ελευθερία) sì de slogàn de studanis de Politekniki Skoli ruvolten gon de Junta Kolonoris. Tri od da fori studane, num un intranemor, u profesor universitadi id u varkunionìst vid murden…

In Title fendi, de epilòg (Τίτλοι Τέλους, ο επίλογος) asèm de estremi dest Gori Alb wej mimbore agrìp Katerina id droz Kharitos som, trawàn usvèn vari murde ruklamen pa u grup nomen "Grece de jaris 50"

Alten romàne ki Kharitos: Noci telenovar Nυχτερινό δελτίο, Zonu difèns Άμυνα ζώνης, De Tce av siamurden Ο Τσε αυτοκτόνησε, Cevi aksionor Βασικός Μέτοχος, Longim, longim for Παλιά, πολύ παλιά…

Petros Markaris se naturim ne de uni autor krimiromanis odia in Grecia. Je ste os Petros Martinidis, Andreas Apostolidis, Panajotis Agapitos, Arjiris Pavliotis…i.s.p. (Ane voko naturim ov Janis Maris we skrivì samole krimiromàne for de diktatorad ki hi komisor Bekas, we somiv a un alten Maigret, ba we potenì a un alten generad id genar).

Tramìd da autore, mi prigusen skrivora se Marlena Politopoulou.

★ ★ ★

MarlenaPolitopoulou

Marlena Politopoulou

★ ★ ★

Marlena Politopoulou genì in Atina in 1950, studì politiki siense id vidì ʒurnalista ki de novare Η ΑΥΓΗ (de Alb), ΤΑ ΝΕΑ (de Nove), id be radiò (ERA). Ce dictì os komunikad id medias be universitad.

Is de romàne Markarisi del ov de Greci sosiad odia, daze Politopoulou dut na in de noven històr de landi. Pos de fend de Nazi okupad we sì partikulim krual in Grecia ki vari martiren vike wim Oradour in Francia, Grece findì ne ru de glajade paci wim altia. Davos inizì u civil wer ο Εμφύλιος intra de komunisti partizane id de governadi trupe superen pa Englane id Amerikane, we durì od December 1944 a Oktober 1949; da sì u veri trauma po Grece, wej vune av ne jok kotalim rukluzen. 18 jare dapòs inizì de diktatorad de Kolonoris, "de Junta" (1967 - 1974).

De Memòr de polaroidi

In di romàn, de protagonìst Paulos Georgoulas, arkitektor id kovarkor de polizi diskròv in u seni vaizèl, tramìd de folare eke ansluzen inkestis pa hi pater we sì de direktor de Atinu polizi, un anuslucen murd in un ernivaji tunèl in Peliòn. Paulos becìz inkesto ov de kaz id he ve kogono persone we painì in li karn od de civil wer id we av nevos oblasen…disbreken famile, inviolten ʒinas, apkeben mane, orfane gresan ki soine vrengadi, traitade, aplànd, hais, karseni kampe su de isle ner Trikeri… par, wim dez u kritikor: "de civil wer proìt hanto ni prosàn id mojse os ni neri futùr…"

★ ★ ★

civWe1

"Εκδίκηση", "Vrengad" u grafiti ov de civil wer su de mure Atinu

★ ★ ★

De Penelopa trenis

Opran de folar un anuslucen kazi hi patri, Paulos G. it in de mold de Greci usmigradi in Doskia pos de wer. Be de dia wan de famos santor Stelios Kazantzidis, venen po davo u konsèrt, vid procepen pa suntade Greci inmigrane be de stasia Munceni, u Greci varkor vid finden mori in un udepàs de stasiu. De moren sì Stratis Kokkinidis, u varkunionìst we avì u kida id u maʒa, de bel Penelopa, "De Penelopa trenis" (par ce nitizì de vagone de Doski trenis). Tale da personore avì od u històr tra de Doski okupad id de civil wer in Grecia. For maʒo Stratis, Penelopa avì un alten liamor, Odisseas (Odise, naturim) we sì partizan in de civil wer, id pos doʒì aplando sia… dapòs he os itì a Doskia… Sì de murd u pasioni krim, u politiki murd, u vrengad o u traitad ?

Po usluco de misterij, Paulos G. ve faro tis Naoussa in Makedonia po kogono de dota Penelopu we vark num in u viniprodutan intranemad…

★ ★ ★

Naoussa

Naoussa

★ ★ ★

Ki de romàne Marlenu Politopoulou, un diskròv u novi dismèz de Europan krimiromàni, wen un mozì ʒa vizo in eke bibe M.V Montalbàni, id naturim in daze Arturo Pérez Reverte, de histori dismèz we se, wim nu ve vizo, os mol vezi in de romàne de Franci autoru Fred Vargas.

Ni prosàn se de frut paseni, id in regione moldi wim Europa, històr se un insani protagonìst, par nu traʒivì in 20i suntjàr sule tragedije id traumas te li vune av ne jok skaren… wa ni genore o ni forgenore detì o detì ne, wa usvenì lo… Ni prosàn se ne solem "prosàn", je se polnen ki ni noven pasen… po de bunes id po de pejes…

★ ★ ★

Le polar européen

★ ★ ★

blukamar

De blu kamar pa Simenon in un Espàni adaptad

★ ★ ★

J'ai toujours aimé les romans policiers: comme beaucoup, j'ai lu dans ma jeunesse tous les romans d'Agatha Christie, de Georges Simenon et d'Exbrayat. J'ai lu ensuite John Le Carré, James Hadley Chase et des auteurs américains comme, Raymond Chandler, Dashiel Hammet, et plus tard Mary Higgins Clark.

Mais je voudrais aujourd'hui vous parler d'un autre type de policier plus récent que j'ai baptisé le polar européen. Ces auteurs sont apparus un peu partout au sud comme au nord de l'Europe, et la plupart d'entre eux écrivent encore aujourd'hui. Bien qu'ils soient, sans l'ombre d'un doute, les héritiers d'Agatha Christie et de Simenon, leurs romans sont très différents, et, comme l'écrit un journaliste allemand à propos Petros Markaris, "ils sont à la fois policiers et sociaux".

 ★ ★ ★

misM

★ ★ ★

Cet article sera donc divisé en deux parties principales: la première concernant l'Europe du sud: Du sang sur le sable, la seconde,  l'Europe du nord: Du sang sur la neige.

★ ★ ★

1e partie:……………………… Du sang sur le sable…………… (Europe du Sud)

★ ★ ★

Je dirais que tout a commencé avec Manuel Vazquez Montalbàn et la série des Pepe Carvalho. Contrairement aux polars américains classiques, les héros ne sont pas des détectives privés, un peu cyniques, assis les pieds sur le bureau en sirotant leur whisky, grands séducteurs à la James Bond; ce sont plutôt des anti-héros, des humanistes désabusés. Leurs rapports avec les femmes sont plutôt complexes: "Une étude sur les relations des héros de polar avec leurs moitiés, reste à écrire. Beaucoup d'entre eux ne sont pas mariés, ou sont divorcés, ou bien dotés d'une petite amie intermittente" écrit Isabelle Tloupas, traductrice et professeur de grec moderne (Revue Desmos (Le lien), N° 30, 2009, La Grèce et le polar). Le lien entre les deux genres est indubitablement Pepe Carvalho qui, après avoir été communiste, puis agent de la CIA, est devenu détective privé à Barcelone. Ces nouveaux anti-héros ont perdu toutes leurs illusions sur la société dans laquelle ils vivent.

Cette disillusion est-elle un phénomène général en Europe? Après avoir perdu l'enthousiasme dû au retour à la paix, à la prospérité des 30 Glorieuses et l'espoir suscité par la construction européenne - l'Europe étant durement touchée par la crise financière de 2009 et les mesures d'austérité qui ont suivi - les Européens ont-ils sombré dans le pessismisme ?

★ ★ ★

vazmont

Manuel Vazquez Montalbán

★ ★ ★

L'ESPAGNE et Pepe Carvalho

Pepe Carvalho, le détective des romans de Manuel Vazquez Montalbàn est le prototype du héros désabusé: il brûle tous les livres qu'il a lu, ou pas, pour allumer sa cheminée, il regrette toutes les transformations qui défigurent sa chère ville de Barcelone.

Manuel Vazquez Montalbán est le fils d'une famille anti-franquiste et a étudié les lettres, la philosophie et le journalisme à Barcelone. Il a lui même adhéré au PSUC (Parti Socialiste Unifié de Catalogne) et a été emprisonné en 1962 à Lleida. Il est ensuite devenu journaliste, poète et romancier; en 1972 il crée son célèbre personnage: Pepe Carvalho. Montalbàn est décédé d'un infarctus à l'aéroport de Bangkok en octobre 2003.

A travers Pepe Carvalho Montalbàn a pu écrire une chronique de l'Espagne post-franquiste, une société en pleine mutation, une démocratie capitaliste corrompue qui ne correspond en rien aux espoirs nés de la mort de Franco. "Je te dis que la société est pourrie. Elle ne croit plus en rien" déclare Carvalho à Biscuter, son assistant. Pepe Carvalho habite à Vallvidrera, sur une colline qui domine Barcelone, et a son bureau dans les vieux quartiers de la ville, où il travaille avec Biscuter qu'il a rencontré en prison à Lleida, et avec lequel il concocte de bons petits plats.

★ ★ ★

Charo

Charo

★ ★ ★

Comme pour beaucoup d'autres anti-héros du polar européen, ses rapports avec les femmes sont loin d'être simples: son amie régulière, Charo, est une prostituée indépendante, mais elle part vivre à Andorre; Carvalho a aussi, de temps à autre, des aventures féminines. Un des premiers livres brûlés par Carvalho est Trente poèmes d'amour et une chanson désespérée de Pablo Neruda, ce qui en dit long. Brûler des livres est pour lui une thérapie ou une sorte de vengeance à l'encontre de lectures qui "ne lui ont pas appris à vivre".

La seule note d'optimisme, c'est sa passion pour la bonne cuisine, pour la gastronomie et le bon vin qu'il partage avec Biscuter, mais aussi avec d'autres protagonistes des polars du "sud": le Sicilien Salvo Montalbano, le Vénitien Guido Brunetti et le Grec Kostas Kharitos.

Manuel Vazquez Montalbàn a même publié Les recettes de Pepe Carvalho.

La rose d'Alexandrie

"C'est le roman le plus littéraire du cycle Pepe Carvalho, le plus proche de la perfection" déclare un critique espagnol. "C'est plus un roman d'amour qu'un roman noir". C'est le voyage d'un marin, loin de Barcelone où il a vécu une histoire d'amour, l'amour de sa vie. Montalbán nous parle des hommes et des femmes qui ne peuvent pas s'aimer librement dans une société et une culture qui empêchent l'épanouissement normal des sentiments, du désir, de l'amour. Parce que le passé et les rêves du passé sont pure illusion quand ils sont confrontés à la vérité fugace du présent. Et de la frustration, de la désillusion à la destruction et au crime, il n'y a qu'un pas.

★ ★ ★

pepeCar

Pepe Carvalho in de televizi serij

★ ★ ★

Les mers du sud

La fin des rêves, brutale et sordide, se retrouve également dans Les Mers du sud, où Carvalho est chargé de retrouver le meurtrier de Stuart Pedrell, riche industriel et promoteur. Celui-ci avait disparu depuis une année entière, sans donner de nouvelles, ayant déclaré qu'il voulait, sur les traces de Gauguin, aller vivre dans les mers du sud; mais on retrouve son cadavre poignardé dans un terrain vague de Barcelone. Le seul indice que possède Carvalho est l'unique vers d'un poème dans un carnet de la victime: « Désormais personne ne m'emmènera vers le sud ».

Parmi les autres romans de la série Pepe Carvalho, citons: Tatouage, Les Oiseaux de Bangkok, Les Thermes, Le Labyrinthe grec, Roldan, ni mort, ni vif, Le Quintette de Buenos Aires, L'Homme de ma vie

Arturo Pérez-Reverte

Après des études en science politique et journalisme, Arturo Pérez Reverte devient correspondant de guerre à Chypre, au Liban, au Tchad, au Soudan, au Nicaragua, en Angola, dans la première guerre du Golfe et les guerres de Yougoslavie, d'abord  pour le journal Pueblo, puis pour la televison espagnole TVE. Ses romans sont très différents de ceux de Montalban parce que son oeuvre est à mi-chemin entre le roman policier et le roman historique. Il voue une véritable passion à Alexandre Dumas et écrit les Aventures du capitaine Alatriste, romans de cape et d'épée à la manière de Dumas. Je préfère cependant ses policiers: Le Tableau du maître flamand, La Peau du tambour, Le Cimetière des bateaux sans nom, mais surtout La reine du sud.

★ ★ ★

ArPéRev

Arturo Pérez Reverte

★ ★ ★

La Reine du sud

Teresa Mendosa, une jeune Mexicaine doit fuir son pays parce que son amant, pilote au service des narcotrafiquants a été assassiné par ses "amis". Craignant pour sa vie, elle se réfugie dans le sud de l'Espagne, d'abord à Melilla au Maroc où elle vit avec Santiago, un passeur de haschisch en Espagne. Mais leur hors-bord est pris en chasse par la police et s'écrase sur les rochers: Santiago est tué sur le coup et Teresa est emprisonnée. En détention, elle rencontre Pati, une jeune bourgoise qui va la faire lire et se cultiver. A leur sortie de prison, elles vont créer ensemble une société écran pour pouvoir blanchir l'argent de la drogue; en dix ans, elle va mettre sur pied la plus vaste entreprise de narcotrafic en Europe: elle va devenir la "Reine du sud".

C'est pour moi le meilleur roman d'Arturo Pérez Reverte que j'ai lu: le superbe portrait d'une jeune femme, à la fois fragile et féroce, durement éprouvée par le destin, mais qui va devenir intrépide et dangereuse, impitoyable. Chaque fois que j'aperçois, sur les plages d'Andalousie, les hélicoptères de la police longeant la côte pour tenter de repérer les vedettes rapides des narcotrafiquants, je ne peux m'empêcher de penser à Teresa Mendoza, La Reine du sud.

★ ★ ★

marinel

De has Montalbano su de plaʒ in Marinella (Punta Secca, Sicilia)

★ ★ ★

ITALIE, des polars profondément enracinés dans les régions

Le fils spirituel de Manuel Vazquez Montalbán en Italie est sans aucun doute Andrea Camilleri, l'auteur sicilien. Il admirait tant Montalbán qu'il a appelé son célèbre commissaire Salvo Montalbano.

Andrea Camilleri

Poète et metteur en scène, né à Porto Empedocle en Sicile en 1925, il fait ses études à Palerme, puis à l'Academie Nationale d'Art Dramatique à Rome. Il adapte en Italie les enquêtes du Commissaire Maigret de Simenon. Parallèlement, il écrit des nouvelles, mais aucun roman malgré les encouragements de son ami, l'écrivain sicilien Leonardo Sciascia. C'est à 57 ans qu'il écrira son premier roman et 12 ans plus tard qu'il crée le commissaire Montalbano dans son premier policier La forme de l'eau (La forma dell' acqua).

★ ★ ★

kamil

Andrea camilleri

★ ★ ★

La langue de Camilleri,

est particulière, un savoureux mélange d'italien et de sicilien. En sicilien, le double L italien devient un double D, par exemple: bella (belle) > bedda, et même ddr dans le dialecte de Camilleri: beddra. Une poule, en italien gallina devient gaddrinaetc. Dans l'Antiquité, la Sicile était une colonie grecque qui, par la suite, a été conquise par les Romains, puis les Arabes, puis les Normands, puis les Espagnols, etc., qui ont tous laissé des traces dans la langue. Par exemple apresso = français après, addrumari = fr. allumer, autru = fr autre, armuàr = fr. armoire; gana vient de l'espagnol ganas (envie), rina de l'esp. arena (sable)… etc.. Mais le sicilien a aussi ses mots bien à lui comme, par exemple: susirisi (de su = sur, italien alzarsi) = se lever, spiari = demander (it. domandare, chiedere), trasiri (du latin transire) = entrer (it. entrare), nisciri = sortir (it. uscire), taliare = regarder (it. guardare)

Le commissaire Montalbano

Salvo Montalbano a de nombreux points commun avec Pepe Carvalho. C'est aussi un solitaire: ils ont tous deux des relations difficiles et compliquées avec des femmes qui sont elles-mêmes compliquées. Livia, l'amie de Montalbano n'est pas une prostituée comme Charo, mais elle vit à l'autre bout de l'Italie, à Bocadasse près de Gênes. Montalbano a une relation amicale, sans ambigüité, avec une belle Suédoise Ingrid, et, de temps à autre des aventures sans lendemain avec d'autres femmes. Il est commissaire à Vigàta, petite ville en bord de mer, mais, comme Carvalho, il a des méthodes souvent peu orthodoxes pour résoudre les affaires, qui entraînent parfois des conflits avec le "quêteur", "u signuri e guistori" (chef régional de la police), Bonetti-Alderighi, un "étranger" de Milan. Si Montalbano ne vit pas sur une colline, il habite aussi loin du centre, sur la plage à Marinella. Et comme Carvalho c'est un fin gourmet, bien qu'il ne cuisine pas lui-même, mais déguste les plats savoureux que lui prépare sa gouvernante Adelina, ou ceux de la trattoria da Enzo sur la plage à Vigàta.

★ ★ ★

DaEnzo

Trattoria Da Enzo

★ ★ ★

Il est à la fois ronchon, surtout le matin avant d'avoir ingurgité ses deux cafetières, espiègle, un peu séducteur, rusé, impatient, colérique (mais pas très longtemps), généreux, gourmand, mais avant tout profondément humain. Dans chaque enquête ou presque il se voit confronté aux grands maux de notre société, les bateaux surpeuplés qui débarquent dans le port, pratiquement tous les jours, une foule de réfugiés de Lybie, de Syrie…

Dans le dernier roman, A l'autre bout du fil  (L'altro capo del filo) qui n'est pas encore traduit en français, Montalbano, après avoir déjeuné chez Enzo, s'adresse à un crabe sur les rochers et lui parle de l'Europe:

"Tu en penses quoi, toi, de l'Europe ?… Tu préfères ne pas te mouiller ? Alors je me mouille, moi. Je pense qu'après le grand rêve de cette Europe unie, nous avons fait tout notre possible et même l'impossible pour en détruire les fondements mêmes. Nous avons envoyé paître l'histoire, la politique, l'économie en commun. La seule chose qui restait peut-être intacte c'était l'idée de paix. Parce, après nous être massacrés les uns, les autres pendant des siècles, nous n'en pouvions plus. Mais maintenant, nous avons oublié ça aussi, et donc nous avons trouvé la belle excuse de ces migrants pour remettre des barbelés sur les vieilles et les nouvelles frontières. On nous dit que parmi ces migrants se cachent des terroristes au lieu de nous dire que ces pauvres bougres essaient eux-mêmes d'échapper aux terroristes." p. 85

★ ★ ★

montalba

De simpatic aktor Luca Zingaretti we jeg de rola Montalbano in de televizi serij

★ ★ ★

Mais Montalbano ne serait Montalbano sans sa fine équipe: le fidèle et efficace Fazio, Mimì Augello, le coureur de jupons, qui connait toutes les belles jeunes femmes et filles de la ville et de la province, et bien sûr la note comique que nous apporte Catarella, un peu bêta, mais si touchant, qui parle un jargon impossible: "di pirsuna pirsunalminti"… "u signuri e guistori", déforme tous les noms et ouvre souvent les portes si brusquement qu'il tombe et se blesse …

Montalbano est profondément humain parce que, nourrie par des lectures, des films et la réalité, son expérience a développé en lui des sentiments de compassion et de mansuétude; il ne juge pas les autres, mais il s'efforce toujours de préserver la dignité humaine lorsqu'elle est bafouée au delà des limites. Peu d'enquêtes concernent directement la mafia, mais en toile de fond, il y a toujours la zone d'ombre où un pouvoir politique corrompu cohabite et se mêle à des spéculateurs plus ou moins mafieux. En réalité la mafia est toujours présente, à travers les deux familles locales, les Cuffaro et les Sinagra, qui tentent parfois d'égarer Montalbano et de l'aiguiller sur de fausses pistes, mais il est lui-même parfaitement conscient que la société est "une pyramide de boue" (pour reprendre le titre d'un des derniers romans la piramide di fango), dont on doit percer le mur si l'on veut pouvoir la décapiter. Cependant, de ces "aventures" Montalbano ne s'en sort pas indemne: dans Une lame de lumière (Una lama di luce), il arrête deux trafiquants d'armes tunisiens et retrouve le troisième, mort dans un cercueil abandonné dans un champ; il constate alors que le cadavre n'est autre que celui de François, le garçon tunisien que lui et Livia considéraient comme leur fils et voulaient adopter.

Le dernier livre de Camilleri avec Montalbano: A l'autre bout du fil (L'altro capo del filo) est le 100 ème roman publié par l'auteur. Autres romans célèbres: Un nid de vipères (Un covo di vipere), Jeu de miroirs (Il gioco degli specchi), La Chasse au trésor (La caccia al tesoro), La Danse de la mouette (La danza del gabbiano), L'Âge du doute (L'età del dubbio), Le Champ du potier (Il campo del vasaio), La Piste de sable (La pista di sabbia), Les Ailes du sphinx (Le ali della sfinge), Un Été ardent  (La vampa d'agosto), La Lune de papier (La luna di carta), La Voix du violon (La voce del violino)… etc.

★ ★ ★

montamar

★ ★ ★

Des polars enracinés dans les régions 

Comme la Sicile, chaque région d'Italie a ses auteurs de policiers. Ils utilisent tous des expressions et formes régionales de l'italien, sans pour autant atteindre la saveur de la langue de Camilleri. La caractérisque commune à tous les protagonistes c'est leur solitude: il ne partagent pas la vie d'une femme (ou d'un homme): ils ont soit perdu leur compagne, soit ils ne l'ont pas encore rencontrée; mais ce sont tous des anti-héros.

A Bari dans les Pouilles, nous pouvons apprécier les policiers de Gianrico Carofiglio avec son héros l'avocat Guido Guerrieri: Témoin involontaire (Testimone inconsapevole), Les Yeux fermés (Ad occhi chiusi), Les Raisons du doute (Ragionevoli dubbi), Silence pour preuve (Le perfezioni provisorie).

A Naples, surprenants sont les romans de Maurizio de Giovanni, avec le commissaire Ricciardi, qui évoquent le Naples des années 30 sous le fascisme; Ricciardi est un jeune et beau commissaire, assisté par son fidèle brigadier Maione et le médecin légiste anti-fasciste le dottor Modo. Sa vie sentimentale est plutôt vide, bien qu'il soit amoureux de sa timide voisine Enrica et soit ouvertement courtisé par une riche et belle chanteuse lyrique Livia. J'ai lu deux de ses romans, non traduits en français: Per mano mia. Il Natale del commissario Ricciardi (Par ma main. Le Noël du commissaire Ricciardi), Vipera. Nessuna resurrezione per il commissario Ricciardi (Vipère. Pas de résurrection pour le commissaire Ricciardi)

A Aoste est envoyé pour des raisons disciplinaires le vicequestore ("vice-quêteur", grade au dessus du commissaire) Rocco Schiavone, qui est né et a grandi à Rome, comme son auteur Antonio Manzini. Après la mort de sa femme Marina dans un attentat, il tue un violeur en série, le fils d'un politicien qui va user de toute son influence pour le punir en le transférant loin de la capitale. S'adapter aux neiges d'Aoste, quand on vient de Rome, c'est plutôt difficile. Les différents romans avec Rocco Schiavone sont: Piste noire (Pista nera), Froid comme la mort (la costola di Adamo), et, non traduits en français: Non è stagione (Ce n'est pas la saison), Era di maggio (C'était en mai).

Deux écrivaines

Bien que la plupart des auteurs de policiers en Italie soient des hommes, les femmes sont aussi présentes.

En Ligurie, se distingue Cristina Rava, née à Albenga, non loin de la frontière française. Son commissaire Bartolomeo Rebaudengo n'est pas ligure mais piémontais; lui aussi a quelques difficultés à se faire accepter par les Ligures, et il songe avec nostalgie aux neiges de ses montagnes. Ses relations avec les femmes ne sont pas simples non plus: il a une "fiancée" régulière, la médecin légiste Ardelia Spinola, mais dans Capon magro per il commissario ("Chapon maigre pour le commissaire), il tombe amoureux d'une belle aide-ménagère ukrainienne soupçonnée du meurtre d'une vieille dame, sa patronne. Là encore, la langue de Christina Rava est truffée d'expressions régionales, (même si je ne sais pas très bien s'il s'agit de ligure ou de piémontais), comme "boia faus" ou "belin". Autres romans avec Rebaudengo: Se son rose moriranno (Si ce sont des roses, elles mourront), Tre trifole per Rebaudengo (Trois trèfles pour Rebaudengo). Dans les romans les plus récents, la protagoniste est Ardelia Spinola, la médecin légiste: Quando finiscono le ombre (Quand finissent les ombres), Dopo il nero della notte (Après le noir de la nuit), Un mare di silenzio (Une mer de silence).

★ ★ ★

D

Donna Leon

★ ★ ★

Donna Leon

La seconde écrivaine est un cas à part: Donna Leon est américaine, mais a vécu 30 ans à Venise; l'action de tous ses romans se déroule dans cette ville, et on peut dire que Venise partage, avec le commissaire Guido Brunetti, le rôle de héros principal, Brunetti n'est pas un détective américain "libertin, non-conformiste, solitaire, en marge de la société"bien au contraire, c'est un commissaire typiquement européen, dépourvu de tout cynisme, et, comme Montalbano, profondément humain.

On pourrait même dire que Brunetti est un Montalbano à l'envers: il habite dans un palais au centre de Venise, il est bien installé dans la société, marié avec deux enfants. Sa femme Paola est professeure d'université et vient d'une vieille famille de nobles vénitiens, les Falier, qui a donné des doges à la République. Brunetti a de fort préjugés contre les Italiens du sud, tout comme Montalbano contre les Italiens du nord; il est amusant de voir que le vice-questeur Patta, le chef de Brunetti, un Sicilien incompétent qui s'intéresse davantage à ses relations sociales avec les "personnalités" de la ville qu'aux enquêtes en cours, est pratiquement, en négatif, la copie conforme du questeur Bonetti-Alderighi, le supérieur de Montalbano, qui, lui, vient de Milan.

★ ★ ★

bruteras

Brunetti id hi maʒa Paola su li teràs in de Doski televizi serij

★ ★ ★

Cependant les deux commissaires, qui sont tous deux de fins gourmets, portent le même regard sur la société et en affrontent les pires maux: la corruption des politiciens dans les hautes sphères, la pollution, le trafic de déchets toxiques, la prostitution, le racisme et la xénophobie à l'encontre des immigrés d'Afrique et d'Europe de l'est … etc. Comme dit Donna Leon, Brunetti est "someone who is simpatico. He is, in a way, the summation of the qualities that I love in the Italians" (quelqu'un de simpatico, en un sens il rassemble toutes les qualités que j'aime chez les Italiens). Donna Leon apprécie les romans de Camilleri, et surtout sa façon d'utiliser le dialecte sicilien. De même que Montalbano parle sicilien, Brunetti emploie le dialecte vénitien, mais, celui-ci n'apparaît pas dans l'écriture de Donna Leon en anglais.

Autre particularité: bien que ses romans soient traduits dans de nombreuses langues, Donna Leon refuse d'être traduite en italien. Elle affirme que les Italiens n'apprécieraient pas qu'une étrangère les voie comme ils se voient eux-mêmes. Ils seraient offensés, peut-être à juste titre, de voir une non-Italienne parler d'eux de cette manière. Elle ajoute qu'elle n'aimerait pas non plus entendre des étrangers dire des Américains ce qu'elle en dit elle-même.

Brunetti a également sa petite équipe qui, en dehors du vice-questeur Patta, comprend la très séduisante signora Elettra, la secrétaire de Patta, qui n'est pas qu'une "belle plante", mais aussi un petit génie de l'informatique, capable de craquer n'importe quel mot de passe et d'effectuer des recherches pour le commissaire à la limite de la légalité; le fidèle sergent Vianello toujours prêt à soutenir et à épauler son chef.

★ ★ ★

brubat

Vianello id Brunetti su de kanale Venezu in de televizi serij

★ ★ ★

Quelques romans avec Brunetti: Mort à la Fenice (Death at la Fenice), Entre deux eaux (Acqua alta), Des amis haut placés (Friends in High Places), Mortes-eaux (A Sea of Troubles), Le Meilleur de nos fils (Uniform Justice), De sang et d'ébène (Blood from a stone), La Petite Fille de ses rêves (The Girl of his Dreams) etc.

GRECE, des crimes dans la crise

Le polar grec, florissant dans les années 50 et 60 où il était publié dans des revues et dans des éditions bon-marché disparaît pendant la dictature des Colonnels (1967 - 1974), mais renaît dans les années 80, et surtout après 1995, où il se caractérise par un changement total. Il n'est plus publié dans des revues et vendu dans les kiosques, mais il intéresse désormais un public plus "sérieux", se vend en librairie et est publié par des maisons d'édition "sérieuses", elles aussi, comme dans le reste de l'Europe. "Ce nouveau policier grec est beaucoup plus littéraire et beaucoup moins naïf…" (Henri Tonnet, revue Desmos Nr 30, 2009, op.cit).

Petros Markaris, (Πέτρος Μάρκαρης en grec),

est né en 1937 à Istamboul, Turquie, d'un père arménien et d'une mère grecque. Il étudie l'économie à Vienne et à Stuttgart, il parle et écrit en grec, turc, allemand, et traduit des oeuvres dramatiques de Goethe et de Brecht en grec. Il s'installe à Athènes en 1964 et prend la nationalité grecque en 1974. Il collabore avec le célèbre réalisateur Theo Angelopoulos (Le pas suspendu de la cigogne, Le regard d'Ulysse, L'éternité et un jour…)

★ ★ ★

marka3

Petros Markaris

★ ★ ★

A l'âge de 57 ans, il commence à écrire des romans policiers, qui mettent en scène la Grèce contemporaine et Athènes avec sa chaleur insupportable et ses éternels bouchons.

Son commissaire Kostas Kharitos n'est pas un anti-héros comme Pepe Carvalho, bien qu'il soit aussi désabusé et ronchon que Salvo Montalbano. C'est plutôt un Athénien ordinaire, "comme quelqu'un de ma famille" dit Markaris. Il a épousé Adriani, une petite bourgoise conformiste à la forte personalité et à la langue bien pendue, qui sort un proverbe approprié dans chaque situation difficile, mais qui est aussi une excellente cuisinière, surtout lorsqu'elle prépare le plat préféré du commissaire: les yémista (poivrons et tomates farcis). Ils ont une fille, Katerina, qui a étudié le droit à Thessalonique et est devenue avocate; elle a épousé Phanis, un médecin sympathique. Cependant, le cercle familial ne serait pas complet sans Ambros Zisis, ancien communiste, torturé dans les geôles de la Junte, et que Kharitos, alors jeune policier, avait laissé sortir quelques instants de sa cellule et auquel il avait offert des cigarettes. Avec les années, il sont devenus amis et Zisis est maintenant membre de la famille, comme un second père pour Katerina, toujours prêt à donner au commissaire de bons conseils.

Au commissariat, Kharitos qui n'est pas toujours d'accord avec les ordres "venues d'en haut", et préfère parfois prendre ses propres initiatives, bénéficie souvent du soutien de son chef Guikas, il a, en outre, d'excellents rapports avec la secrétaire Koula (une autre signora Elettra ?) qui va bientôt faire partie de son équipe.

★ ★ ★

likav

De koln Likavitos in Atina

★ ★ ★

Comment est né Kharitos ?

Markaris écrit dans son autobiographie (cf Desmos Nr 30, 2009, op.cit):

Kharitos "a surgi devant moi à l'automne 1993… Soudain, un matin, est apparue devant mon bureau une famille formée de trois membres: le père, la mère et l'enfant. Une famille grecque typique comme on en rencontre dans n'importe quel quartier petit-bourgeois d'Athènes… Ma première pensée fut de l'envoyer au diable pour retrouver la paix… Dès que j'entrais dans mon bureau, je le (Kharitos) trouvais qui m'attendait, prêt à me tarauder le cerveau. Au bout d'un mois, sa présence s'était transformée en un supplice quotidien … Un matin, tandis que je m'efforçais une nouvelle fois désespérément de l'envoyer au diable, une idée fulgurante surgit dans ma tête: ce type, pour me torturer ainsi, ne pouvait être que dentiste ou flic.

Ce fut la première fois que je pensai que Kharitos était peut-être un policier…

…Cependant mon expérience, acquise essentiellement en étudiant comme traducteur les oeuvres d'autres écrivains, m'a appris que les personnages sans faille ne sont pas entièrement convaincants… Autrement dit, même le protagoniste le plus incolore et inodore a besoin quelque part d'une "fissure", d'un trait différent, qui le fera se distinguer. Chez Kharitos, il y en a deux. Tout d'abord, sa voiture, la fameuse Fiat 131 Mirafiori…

La deuxième faiblesse (sa "faille", appelez cela comme vous voudrez) de Kharitos est le dictionnaire. Un policier qui se détend en lisant le dictionnaire, et rien d'autre que le dictionnaire." (Tout mon contraire, en somme, moi qui travaille toute la journée avec des dictionnaires, et me détends en lisant des policiers).

"La plupart des lecteurs trouvent cela très amusant. Je me demande pourquoi. Dans la littérature policière il existe des héros avec des penchants beaucoup plus inhabituels… Adam Dalgliesh, le héros de P.D. James est policier, mais aussi poète… un poète policier n'est pas chose courante…

Encore plus curieux est l'inspecteur Brunetti, de Donna Leon. Il a étudié la littérature grecque ancienne et latine et il est marié à une professeure d'université qui, de surcroît, descend d'une très ancienne famille de nobles vénitiens…"

★ ★ ★

marka4

★ ★ ★

Dans une conférence à Parìs (Parisnoir, 13-11- 2010) Petros Markaris déclare: "Pour moi le roman policier ne m'intéresse que si je peux m'exprimer sur la situation sociale et politique en Grèce." il ajoute "J'ai un problème avec le concept de patrie: je ne comprends pas le mot. Je suis Stambouliote, Istamboul est pour moi une identité…"

Kharitos (et Markaris lui-même) sont confrontés aux grandes transformations des sociétés européennes au cours des vingt dernières années, le tournant étant la chute du communisme à l'est et l'ouvertue des frontières.

"Ce qui a changé le roman policier européen c'est la criminalité financière - il y a une criminalité globalisée dans le monde entier, et les gouvernements préfèrent fermer les yeux. Le blanchiment d'argent sale, puis l'afflux de cet argent blanchi dans le système financier légal, est si important que personne n'ose y toucher…"

C'est ce à quoi on assiste dans son dernier roman Off shore, où d'énormes sommes d'argent sont investies dans l'économie grecque, et où plusieurs grands armateurs décident de rapatrier leur siège à Athènes. Mais Ouli, un jeune Allemand, l'ami d'une amie de Katerina pose à plusieurs reprises la question essentielle: "D'où vient l'argent ?"

La crise grecque

Kharitos lui-même est indigné par les mesures d'austérité draconiennes - qu'il considère comme économiquement irrationnelles - que l'Union Européenne impose à une Grèce criblée de dettes et à d'autres pays du sud de l'Europe. Cette austérité a des conséquences dramatiques sur l'économie grecque et sur la vie du peuple grec: le salaire des fonctionnaires (y compris les policiers) a été réduit jusqu'à 40%, de nombreux magasins ont fermé dans le centre d'Athènes, le nombre de suicides a augmenté dans un pays où ils n'existaient pratiquement pas, les malades ne peuvent plus se faire soigner car il n'y a plus de médicaments, ou que ceux-ci sont trop chers. Même lorsqu'il s'agit de maladies graves comme le cancer, les patients sont renvoyés chez eux …

★ ★ ★

demoAtin

Demostrad in Atina, 2015

★ ★ ★

Dans tous ses romans, Markaris aborde les grands maux de la société européenne: la corruption, la bureaucratie, le racisme, le terrorisme, le fascisme…et, bien entendu la crise grecque, surtout dans ses derniers romans: La trilogie de la crise…

Dans Liquidations à la grecque (Ληξιπρόθεσμα Δάνεια), on retrouve plusieurs banquiers et financiers décapités à l'épée par un mystérieux assassin…

Dans Le justicier d'Athènes (Περαίωση), un cadavre empoisonné à la cigüe, comme Socrate, est retrouvé dans un site archéologique. Un courriel adressé à la victime explique qu'elle a fraudé le fisc et que vont suivre d'autres assassinats de ceux qui ne paient pas leurs impôts. Le "percepteur" devient un héros national et des millions d'euros affluent dans les caisses de l'état…

Pain, Education et Liberté (Ψωμί, Παιδεία, Ελευθερία) était le slogan des étudiants de l'Ecole Polytechnique en révolte contre le régime des Colonnels. Trois de ces anciens étudiants, un entrepreneur, un professeur d'université et un syndicaliste sont assassinés…

Dans Epilogue meurtrier (Τίτλοι Τέλους, ο επίλογος) apparaît l'extrême droite Aube Dorée dont des membres agressent Katerina et menacent Kharitos lui-même, alors que surviennent différents assassinats revendiqués par un groupe qui se nomme "Les Grecs des années 50"

Autres romans avec Kharitos: Journal de la nuit Nυχτερινό δελτίο, Une défensse béton Άμυνα ζώνης, Le Che s'est suicidé Ο Τσε αυτοκτόνησε, Actionnaire principal Βασικός Μέτοχος, L'empoisonneuse d'Istambul Παλιά, πολύ παλιά…

Petros Markaris n'est, bien entendu, pas le seul auteur de romans policiers aujourd'hui en Grèce. Citons encore: Petros Martinidis, Andreas Apostolidis, Panayotis Agapitos, Aryiris Pavliotisetc.*

(* Sans oublier bien sûr Yannis Maris qui a écrit de nombreux policiers avant la dictature, avec son commissaire Bekas, qui ressemble à un autre Maigret; mais Maris appartient à une autre génération et je serais tenté de dire à un autre genre).

★ ★ ★

 

politopu

Marlena Politopoulou

★ ★ ★

Parmi ces auteurs, mon écrivaine préférée est Marlena Politopoulou.

Marlena Politopoulou (en grec: Μαρλένα Πολιτοπούλου), est née à Athènes en 1950, elle étudie les sciences politiques et devient journaliste à Η ΑΥΓΗ (l'Aube), ΤΑ ΝΕΑ (Les Nouvelles), et à la radio (ERA). Elle enseigne également la communication et les médias à l'université.

Si les romans de Markaris traitent de la société grecque d'aujourd'hui, ceux de Politopoulou nous plongent dans l'histoire récente du pays. Après la fin de l'occupation Nazie, particulièrement cruelle en Grèce comme peuvent en témoigner plusieurs villages martyrs, véritables Oradour grecs, le pays ne retrouve pas les joies de la paix comme ailleurs. Car une guerre civile, ο Εμφύλιος, éclate entre les résistants communistes et les troupes gouvernementales soutenues par les Anglais et les Américains et va durer de décembre 1944 à octobre 1949; c'est, pour les Grecs, un véritable traumatisme dont les blessures ne sont pas encore complètement refermées. 18 ans après commence la dictature des Colonnels, "la Junte", comme on dit en Grèce (1967-1974).

★ ★ ★

CivWe

Sken de civil weri

★ ★ ★

La Mémoire du polaroïde

Dans ce roman, le protagoniste Paulos Georgoulas, architecte et collaborateur de la police, découvre dans une vieille valise, certaines affaires non résolues, parmi les dossiers de son père, ancien directeur de la police d'Athènes: un meurtre non-élucidé dans un tunnel ferroviaire du Pélion. Paulos décìde de reprendre l'enquête, et ceux qu'il va rencontrer ont souffert dans leur chair de la guerre civile et n'ont jamais oublié… des familles détruites, des femmes violées, des hommes décapités, des orphelins qui ont grandi avec des rêves de vengeance, des trahisons, l'exil, la haine, les camps de prisonniers sur les îles près de Trikeri… car, comme dit un critique: "la guerre civile continue à hanter notre présent et peut-être aussi notre futur proche…"

La Pénélope des trains

En ouvrant le dossier d'une affaire non-élucidée de son père, Paulos G. pénètre dans le monde de l'émigration grecque en Allemagne après la guerre. Le jour où le célèbre chanteur Stelios Kazantzidis, venu donner un concert, est accueilli par des centaines d'immigrés grecs à la gare de Munich, on retrouve un ouvrier mort dans un souterrain de la gare. La victime est Stratis Kokkinidis, syndicaliste, qui a une fille et une épouse, la belle Pénélope, surnommée "La Pénélope des trains" car elle nettoie les wagons des trains allemands. Tous ces personnages ont une histoire qui traverse l'occupation et la guerre civile en Grèce. Avant d'épouser Stratis, Pénélope avait un amant, Odisseas (Ulysse, cela va sans dire), partisan pendant la guerre civile, et qui a dû ensuite s'exiler… on le retrouve également en Allemagne… S'agit-il d'un crime passionnel, d'un assassinat politique, d'une vengeance ou d'une trahison… ?

★ ★ ★

Nausa

Naoussa

★ ★ ★

Pour élucider ce mystère, Paulos G. se rend à Naoussa, en Macédoine, pour rencontrer la fille de Pénélope qui travaille maintenant dans une entreprise vinicole…

Avec les romans de Marlena Politopoulou, on découvre une nouvelle dimension du roman policier européen, qui existait déjà dans certains livres de M.V Montalbán, et bien entendu, dans ceux d'Arturo Pérez Reverte, la dimension historique, et qui, comme nous le verrons, culmine dans les romans de l'auteure française Fred Vargas.

Notre présent est le fruit du passé, et dans des régions du monde comme l'Europe, l'histoire revient toujours au premier plan, c'est un protagoniste capital, car nous avons vécu au 20e siècle de telles tragédies, de tels traumatismes que leurs plaies ne sont pas encore cicatrisées… ce qu'ont fait, ou n'ont pas fait nos parents ou nos grands-parents, ce qui leur est arrivé… Notre présent n'est pas seulement "présent ", il est imprégné de notre passé récent… pour le meilleur et pour le pire…

★ ★ ★