★ ★ ★

* Uropi Nove 105 * Uropi Nove 105 * Uropi Nove 105 *

★ ★ ★

rojfol2

★ ★ ★

Otemi poème

★ ★ ★

1) Romantic poète

★ ★ ★

Zis je, otèm se za. Pos u frij id muj verna id u frijes id mujes soma intrakoten pa eke anusperli volne kunicajadi, otèm av avenen ane vido bemarken.

Poète av talvos liamen otèm; otèm av talvos inspirten poète. Mojse prim par ji belad, da artifoj brij kloris, od de blices ʒel a de duves roj id tale nuànse brani. Glodi solifale udelinen pa de aranʒi, violen, dum-blu vele nolbis.

Ba siurim os par otèm se de prokamar vimu, da se de prokamar mori. Pardà mojse av otèm, da forsìg mori, sa facinen poète. Wim skrivì Hermann Hesse:

«Bald… sind wir Moder un Staub                               (Beprù… nu ve so slam id puv

Übermorgen, Morgen, vielleicht noch Heute »          Posdomòr, domòr, mojse ʒa odia)

id

« Ewiges ist nicht auf Erden                                        (Su ter se nit evi

Als der Wandel, als die Flucht»                                  solem valgad, solem flig)

Flaubert skrivì:

« I liam otèm, da tristi sezòn sied a rumene. Wan dreve av nemaj fole, wan hel se garan jok be duskad u roʒ tint agoran de wisten graz, je se swaj glado tal vidan sticen, wa foram sì brenan in va.»

Di tristid id belad otèmi prodàv a de Romantic poète u melankolij:

« Melankolij se u duskad. Za pain se tojan in u murki glajad. Melankolij se de felij so tristi.» skrivì Victor Hugo in "De varkore mari".

Po Romantice: «Otèm id falan sole vid sim imaʒe ni disklinan ʒivis, trawàn de jaman vint id de sofan roske simboliz de inmuvade de poèti som. »

Se otèm po Rainer Maria Rilke u « Mor o u metamorfòz ? » prag sio Béatrice Jongy 

Je se «un invokad mori we se valgan in de strade u poli in putad. Otèm po Rilke pomèn otèm in de "spleen" Baudelairi. Je se de sezòn disperi, morenis, noci id angosti…

Otèm inspìrt de nostalgij ov alten sezòne, alten teme… de poèt invòk aplasen pole, oblasen gardine.

Rilke santì os de belad otèmi… de swaj melankolij "otèmi in boske"… u fest kloris po de pictor.»

De Romantic muvad suflujì tal Europa id davì no da partikuli vizad ov otèm we se jok ʒivi odia. je se disemi, po samp, od Japoni haikus o Cini poeme vokan ov otèm, obte lu os se trapiven ki un eki melankolij; mojse par in Azian filosofij, mor se ne u fend, ba u novi inìz.

★ ★ ★

diskol1

★ ★ ★

Poèmes d'automne

★ ★ ★

1) Poètes romantiques

★ ★ ★

Ça y est, l'automne est là. Après un printemps froid et humide suivi d'un été encore plus froid et plus humide, entrecoupé de quelques vagues de canicule insupportable, l'automne est arrivé sans se faire remarquer.

Les poètes ont toujours aimé l'automne; l'automne a toujours inspiré les poètes. Peut être d'abord en raison de sa beauté, ce feu d'artifice de couleurs vives, du jaune le plus pâle au rouge le plus profond en passant par toutes les nuances de brun. Couchers de soleil sanglants, soulignés de l'orange, du violet, du bleu sombre des voiles nuageux.

Mais sans doute aussi parce que l'automne est l'antichambre de l'hiver, l'antichambre de la mort. C'est pour cela, peut être, pour ce présage de la mort, que l'automne a tant fasciné les poètes. Comme l'écrit Hermann Hesse:

«Bald… sind wir Moder un Staub                                (Bientôt… nous serons boue et poussière

Übermorgen, Morgen, vielleicht noch Heute »  Après-demain, demain, peut être aujourd'hui même)

et

« Ewiges ist nicht auf Erden                                         (Rien sur terre n'est éternel 

Als der Wandel, als die Flucht»                                   Il n'est qu'errance et fuite)

Flaubert écrit:

"J’aime l’automne, cette triste saison va bien aux souvenirs. Quand les arbres n’ont plus de feuilles, quand le ciel conserve encore au crépuscule la teinte rousse qui dore l’herbe fanée, il est doux de regarder s’éteindre tout ce qui naguère brûlait encore en vous.»

Cette tristesse et cette beauté éveille chez les poètes romantiques une mélancolie:

« La mélancolie est un crépuscule. La souffrance s'y fond dans une sombre joie. La mélancolie, c'est le bonheur d'être triste. » écrit Hugo dans Les Travailleurs de la mer.

Pour les Romantiques: « l'automne et les soleils couchants deviennent dès lors des images du déclin de nos vies, alors que le vent qui gémit et le roseau qui soupire symbolisent les émotions du poète lui-même. »

★ ★ ★

banc

★ ★ ★

L'automne pour Rainer Maria Rilke est-il une « Mort ou une métamorphose ?» se demande Béatrice Jongy

C'est « une évocation de la mort qui rôde dans les rues d'une ville en putréfaction… L'automne rilkéen rappelle celui… de Baudelaire. C'est la saison du désespoir, des morts, de la nuit et de l'angoisse …

L'automne inspire la nostalgie d'autres saisons, d'autres temps… le poète évoque les villes abandonnées, les jardins oubliés.

Rilke a aussi chanté la beauté de l'automne… la douce mélancolie de "l'automne des bosquets"; une fête des couleurs pour le peintre…

La vague romantique a balayé l'Europe entière en nous donnant cette vision de l'automne qui a cours aujourd'hui encore. Différents me semblent, par exemple, les haïkus japonais ou les poèmes chinois qui parlent de l'automne, bien qu'ils soient eux aussi imprégnés d'une certaine mélancolie; peut être parce qu'en Asie, la mort n'est pas une fin, mais un commencement.

★ ★ ★

Poems in autumn

★ ★ ★

1) Romantic poets

★ ★ ★

Here we are again, autumn has come. After a wet and cold spring and a wetter still and colder summer, interrupted by a few spells of unbearable heat, autumn has come without even being noticed.

Poets have always loved autumn; autumn has always inspired poets. First perhaps because of its beauty, that feast of bright colours, from the palest yellow to the deepest red, through all the shades of brown. Gorgeous blood-red sunsets, enhanced by the orange, violet, dark-blue veils of clouds.

But undoubtedly also because autumn is the antechamber of winter, the antechamber of death. This is perhaps why, as a foreboding of death, autumn has so much fascinated poets. As Hermann Hesse writes:

«Bald… sind wir Moder un Staub                                 (Soon… we shall be mud and dust

Übermorgen, Morgen, vielleicht noch Heute »              In a week, tomorrow, maybe even today)

and

« Ewiges ist nicht auf Erden                                            (Nothing on earth is eternal 

Als der Wandel, als die Flucht»                                       all is fickle, all is fleeting)

★ ★ ★

ginko2

★ ★ ★

Flaubert wrote:

"I love autumn, that sad season goes well with memories. When trees have lost their leaves, when the sky, at dusk, still retains that reddish hue that tinges the withered grass with gold, it is pleasant to watch everything that was once burning inside you fade away.»

That sadness and beauty give birth to the Romantic poets' melancholy:

« Melancholy is like dusk. There, suffering merges into a dark joy. Melancholy is the pleasure of being sad. » Writes Victor Hugo in Les Travailleurs de la mer.

For the Romantics: «Autumn and sunsets thus become images of the decay of our lives, while the wailing wind and sighing rushes symbolize the emotions of the poet himself. »

Is autumn for Rainer Maria Rilke a « Death or a metamorphosis?» wonders Béatrice Jongy

It « evokes Death lurking about in the streets of a putrefying city… Rilke's autumn recalls that of  Baudelaire's "spleen". It is the season of despair, of the dead, of the night and of anguish …

Autumn conveys the nostalgia of other seasons, of other times… the poet evokes abandoned towns, forgotten gardens.

Rilke also celebrated the beauty of autumn … the sweet melancholy of "autumn in copses"; a feast of colors for the painter…

The Romantic wave swept all over Europe and gave us a particular vision of autumn which is still prevailing today. It is different from what we find in Japanse haikus, for example, or Chiness poems on autumn, although they are also permeated with a certain melancholy; perhaps because in Asian philosophy, death is not the end, but a new beginning.

★ ★ ★

jelpad

★ ★ ★

De pri poèm wen i av uscepen se Rusi, pa de historìst id skrivor Nikolaj Karamzin (1766 - 1826), id vidì skriven in 1789, da se longim for de Romantic muvad.

Le premier poème que j'ai choisi est russe, de l'historien et écrivain Nikolaï Karamzine (1766 - 1826), et a été écrit en 1789, donc bien avant le mouvement romantique.

The first poem I have chosen is Russian, by the historian and writer Nikolai Karamzin (1766 - 1826), and was written in 1789, that is long before the Romantic movement.

★ ★ ★

                                                        OTÈM

                                                        Otemi vinte se flan

                                                        Tra de murki erke;

                                                        Za su ter se falan

                                                        Ki ruis de ʒel fole.

 

                                                        Gardin id pold se vusten

                                                        Kolne se jaman;

                                                        Sante in buce av silen

                                                        Ovle sia celan.

 

                                                        U posen banda gosis

                                                        Do sud se hastan,

                                                        In u lej fluj flevan

                                                        Pas de kible boris.

 

                                                        Gris miste se virban

                                                        In de tici val;

                                                        Ki viki fume sia mican,

                                                        Livan op in hel.

 

                                                        Su de koln u pelgrìn,

                                                        Ki glad melankolic

                                                        Se spekan otèm blic,

                                                        Sofan tanim.

 

                                                        Tristi pelgrìn tu doʒ usdolo:

                                                        Kurti s' de tem wan

                                                        Natùr se wistan;

                                                        Tal ve reʒivo,

 

                                                        Tal in verna ve renovo;

                                                        Ki stolad in smije

                                                        Revos natùr ve opsuzo

                                                        In vedadi veste.

 

                                                        Morlin, laj! Ti wistad s' evi!

                                                        Senin in verna

                                                        Fel de frij vima

                                                        Hi veti ʒivi.

★ ★ ★

jelfol1

★ ★ ★

ОСЕНЬ

Веют осенные ветры

В мрачной дубраве;

С шумом на землю валятся

Жёлтые листья.

 

Поле и сад опустели;

Сетуют холмы;

Пение в рощах умолкло -

Скрылися птички.

 

Поздные гусы станицей

К югу стремяся,

Плавным полетои несяся

В горних пределах.

 

Вьются седые туманы

В тихой долине;

С дымом в деревне мешаясь,

К небу восходят.

 

Странник стоящий на холме,

Взорои унылым

Смотрит на бледную осень,

Томно вздыхая.

 

Странник печальный, утешься:

Вянет природа

Только на малое время;

Всё оживится,

 

Всё обновится весною;

С гордой улыбкой

Снова природа восстанет

В брачной одежде.

 

Смертный, ах! вянет навеки !

Старец весною

Чувствует хладную зиму

Ветхия жизни.

КАРАМЗИН Николай Михайлович

★ ★ ★ 

rojfol1

★ ★ ★

L'AUTOMNE

Tous les vents de l'automne agitent

La chênaie obscure

Sur le sol les feuilles jaunies

Tombent en bruissant.

 

Campagne et jardin sont déserts;

La colline geint;

Les chants des fourrés se sont tus,

Les oiseaux enfuits.

 

Un vol attardé d'oies sauvages,

D'une ailes égale

Se hâtant vers le sud, passe

Au plus haut du ciel

 

Les brumes grises tourbillonnent

Dans le val muet,

Et montent, mêlées aux fumées

Des hameaux voisins.

 

Un pèlerin sur la colline,

Mélancolique,

Comtemple l'automne pâle

En soupirant.

 

Homme triste, sois consolé:

Si bref est le temps

Où la nature va dépérir,

Car tout revivra,

 

Tout sera neuf au printemps;

Fière et souriante

Cette nature va ressurgir

En parure de noces.

 

Mais le mortel, c'est pour toujours,

Hélas! qu'il périt.

Au printemps, le vieillard sent mieux

L'hiver de sa vie.

★ ★ ★

folriv

★ ★ ★

Alphonse de Lamartine (1790 -01869) sì de mastor Romantic lirismu id santì ov liam, natùr id mor. Hi Poetic Tramenade inizì andubim u revolusiòn in Franci poetid.

Wikipedia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Alphonse_de_Lamartine#Regards_sur_l.E2.80.99.C5.93uvre

Alphonse de Lamartine (1790 -01869) fut le maître du lyrisme romantique et le chantre de la nature et de la mort. Ses Méditations poétiques marquent incontestablement le point de départ d'une revolution dans la poésie française

Alphonse de Lamartine (1790 -01869) was the master of Romantic lyricism. He sang of love, nature and death. His Méditations poétiques were undoubtedly the starting point of a revolution in French poetry.

★ ★ ★

Salut! boske kronen ki restan glenade

Ʒelivan folade su rarivan grazias

Adoj posni bel dias! De trurad naturi

Prij a mi paine id sied a mi glade

 

I vad su de vusti pad ki soini stape

I liam revizo jok ʒe po de posni vos

Da sole blicivan wej flabi rale

Pen trupòr be mi pode de dumad boskis

 

Aj, in otemi dias wan natùr se moran

I find ʒe maj carme a ji glade velen

Je se de posni smij, un adòj a u fram, 

Mi libis po evim pa mor vidan kluzen

 

Sim, predi po laso de horizòn ʒivi

Plojan mi longi dius de usvanen spere

I volt ma revos id ki u glad invidi

I mir ji belade wen i inglajì ne!

 

Tere, sole, vale, bel id sovi natùr

I deb ʒe vo u ploj su bere mi grubi;

Al se sa parfumen! de luc se sa puri!

Sa bel se sol in de glade u morani!

★ ★ ★ 

ʒelfol1

★ ★ ★

I volev num vuzo tis atogo de bond

Da kalìz wo nektar id gel se micen!

Wo i sì pivan ʒiv, be de bond di kupi

Mojse av jok resten u posni gop mieli ?

 

Mojse za futùr sì jok po ma begaran

U ruvenan felij wej sper se perlasen

Mojse je ste in de trob un alm ankonen

We incepev mi alm id sev mo ruvokan ?

 

De flor fal aplasan ji parfùm a brize

A ʒiv, a sol, je se ji posni adoje;

I som se moran; id mi alm wan usvanan,

U tristi melodij id sant se usalan.

★ ★ ★

Salut ! bois couronnés d'un reste de verdure!

Feuillages jaunissants sur les gazons épars!

Salut, derniers beaux jours ! Le deuil de la nature

Convient à la douleur et plaît à mes regards!

 

Je suis d'un pas rêveur le sentier solitaire,

J'aime à revoir encor, pour la dernière fois,

Ce soleil pâlissant, dont la faible lumière

Perce à peine à mes pieds l'obscurité des bois!

 

Oui, dans ces jours d'automne où la nature expire,

A ses regards voilés, je trouve plus d'attraits,

C'est l'adieu d'un ami, c'est le dernier sourire

Des lèvres que la mort va fermer pour jamais!

★ ★ ★

ginko

★ ★ ★

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie,

Pleurant de mes longs jours l'espoir évanoui,

Je me retourne encore, et d'un regard d'envie

Je contemple ses biens dont je n'ai pas joui !

 

Terre, soleil, vallons, belle et douce nature,

Je vous dois une larme aux bords de mon tombeau;

L'air est si parfumé! la lumière est si pure!

Aux regards d'un mourant le soleil est si beau!

 

Je voudrais maintenant vider jusqu'à la lie

Ce calice mêlé de nectar et de fiel!

Au fond de cette coupe où je buvais la vie,

Peut-être restait-il une goutte de miel?

 

Peut-être l'avenir me gardait-il encore

Un retour de bonheur dont l'espoir est perdu?

Peut-être dans la foule, une âme que j'ignore

Aurait compris mon âme, et m'aurait répondu?

 

La fleur tombe en livrant ses parfums au zéphire;

A la vie, au soleil, ce sont là ses adieux;

Moi, je meurs; et mon âme, au moment qu'elle expire,

S'exhale comme un son triste et mélodieux.                                               Alphonse de Lamartine

★ ★ ★

grubKeats

De grub Keatsi in Roma, in de grubia Fuori delle mura

★ ★ ★

John Keats (1795 - 1821)

Oda a otèm

Sezòn ki miste id mel frutipolnid

Meli frama de mavrizan soli

Kocuran ki ja po kargo id bundezo

Ki frute de vina su ber calmitagi,

Po bojo ki aple de mosi campidreve,

Polno tale frute tis karʒe ki mavrid,

Aswelo de kurb, inflò kozli kocle

Ki u swaj nukel; po deto boco maj

id jok maj po beje posen flore,

Tis lu kred te evi s' de varmi dias,

Par soma av sa polnen li klevic kele…

★ ★ ★ 

Ode to Autumn                                                                                                             

Season of mists and mellow fruitfulness

Close bosom-friend of the maturing sun

Conspiring with him how to load and bless

With fruit the vines that round the thatch-eves run;

To bend with apples the moss'd cottage-trees,

And fill all fruit with ripeness to the core;

To swell the gourd, and plump the hazel shells

With a sweet kernel; to set budding more,

And still more, later flowers for the bees,

Until they think warm days will never cease,

For Summer has o'er-brimm'd their clammy cells…

★ ★ ★

hadifrut2

★ ★ ★

Ode à l'automne

Saison de brume et de profonde plénitude,

Tendre soeur du soleil mûrissant toutes choses,

Qui te fais sa complice afin de surcharger

De fruits la treille errant au bord des toits de chaume,

De ployer dans les clos les arbres sous les pommes

Et d'emplir tous les fruits, les mûrir jusqu'au coeur ;

Gonfler la courge, enfler la coque des noisettes

D'une délicieuse amande et aux abeilles

Multiplier les promesses des fleurs tardives,

À ce point qu'elles croient la chaleur éternelle

Car l'été a gorgé leurs ruches sirupeuses.

★ ★ ★

Victor Hugo (1802 - 1885)

Min klar se alb…

Min klar se alb, min varmi al, min puri hel;

De misti vespen atùc in azùl de stel.

Pasen de longi dias, carmi mone s' fendan. 

Laj! Zi se ʒa de dreve ʒelivan !

Kim tem it ap ki sa raci stape !

Je sem te ni oje, pa de soma blizen,

Av pen aven de tem vizo de fole glen.

 

Po wen se ʒivan wim i, ki fente opren,

Tristi se otèm ki ji mist id frij vinte,

Id de soma we flig se u fram we it ap.

Adòj dez da voc we s'in ni alme plojan,

Adòj blu hel, pa u tepi flad ustrofen !

 

Volùst opren ali, rum flelis in boske,

Vade, ruvine polen ki dali voce,

Flore, ankulpi felij d'almis apacen,

Adòj, vu ralade ! albe ! sante ! rose !

 

Pos laisim un ajùt: oh swaj bundezen dias !

Vu ve ruveno ! Laj ! Ve vu findo ma ru ?

★ ★ ★

jelfol

★ ★ ★

L'aube est moins claire...

L'aube est moins claire, l'air moins chaud, le ciel moins pur ;
Le soir brumeux ternit les astres de l'azur.
Les longs jours sont passés ; les mois charmants finissent.
Hélas ! voici déjà les arbres qui jaunissent !
Comme le temps s'en va d'un pas précipité !
Il semble que nos yeux, qu'éblouissait l'été,
Ont à peine eu le temps de voir les feuilles vertes.

Pour qui vit comme moi les fenêtres ouvertes,
L'automne est triste avec sa bise et son brouillard,
Et l'été qui s'enfuit est un ami qui part.
Adieu, dit cette voix qui dans notre âme pleure,
Adieu, ciel bleu ! beau ciel qu'un souffle tiède effleure !
Voluptés du grand air, bruit d'ailes dans les bois,
Promenades, ravins pleins de lointaines voix,
Fleurs, bonheur innocent des âmes apaisées,
Adieu, rayonnements ! aubes ! chansons ! rosées !

Puis tout bas on ajoute : ô jours bénis et doux !
Hélas ! vous reviendrez ! me retrouverez-vous ?

★ ★ ★

Mi intelad se ne voko solem ov Romantic poete - Franci, Doski, Engli… we skrivì ov otèm: de list se tio longi, de poème tio numari… i vol ne uscepo, id maj i gus ne mol da longi poèti rivone, spelan niz de bore wim inraci strome… i prigùs maj intimi, kurti poème, mojse min liric, ba maj intensi.

Pardà i ve voko, in de duj part, ov mi prigusen poète, maj moderni, ba we vidì nedamin influjen pa da Romantic tema ov Otem id Mor.

Mon intention n'est pas l'évoquer les seuls poètes romantiques, français, allemands, anglais… qui ont chanté l'automne: la liste est trop longue, les poésies trop nombreuses… je ne veux pas choisir, d'ailleurs, je n'aime pas trop ces longs fleuves poétiques, qui dévalent la montagne en torrents impétueux… je préfère une poésie plus intime, plus dense, certes moins lyrique, mais plus intense.

C'est pourquoi, dans une deuxième partie, j'évoquerai mes poètes préférés, plus modernes, mais néanmoins influencés par ce thème romantique de L'automne et de la Mort.

I do not intend to dedicate this article only to Romantic poets (whether French, or English or German…) who sang of autumn: the list is too long, the poems too numerous… I do not want to choose and at any rate I am not very fond of those poetic streams rushing down the mountain slopes like raging torrents… I prefer more intimate, denser poetry which may not be so lyrical, but more intense.

This is why the second part will deal with my favourite poets, who, although they were more modern were nevertheless influenced by this romantic theme of Autumn and death.

★ ★ ★

  Je ve proìto … à suivre … to be continued … continuará … Fortsetzung folgt … continua … συνεχίζεται … продолжение следует …