★ ★ ★

* Uropi Nove 138 * Uropi Nove 138 * Uropi Nove 138 *

★ ★ ★

Impression copie

Trasen pa Sonia Landais

★ ★ ★

Alrond id de maʒiki vols

★ ★ ★

Fable, sage, mitas nur sia od unaltem. In jak od la un ve findo elemente we sì ʒa prosan in altene. Po samp de Disliùv ov wen nu lis in Bibel sì ʒa tranomen in de veti Babiloni Epik Gilgameci. Je ste koruvoke in tale Indeuropan mitologije, wim dikì no Georges Dumézil. La Fontaine renemì de Greci fable Esopis wim de Vulp id de Ovnit, de Haz id de Skeldan, de Krob id de Vols… i.s.p. De frate Grimm renemì eke sage pa Perrault wim De Sopan Bela, Roj Kapucita, Jacirela…, simte vokan ov la, France ve nomo la Sage pa Perrault, id Doske Sage pa Grimm.

Je se os de kaz ov Alrond id de maʒiki Vols pa Evgenij Khvalkov, u Rusi profesor od Peterburg, we pragì mo traduto ja in Uropi. Induto beste ki maʒiki mogade se ne rari in sage. De maʒiki vols detì ma meno ov de Boten Kat we perì « bote sep legus » id os eldì hi mastor, u pavri jun man, de junes od tri sone, we becepì solem de kat in erdad. Wan avenì de raj ki hi kort, id hi bel dota, obe beste, de kat id de vols, findì u magibèl kastèl we potenì a un ogor, wen lu tudì po davo ja a li fram. Naturim in obe kaze de pavri jun man maʒì de prinsa, par he sì de bunes id maj bravi. Di s’u klasiki elemènt in sage.

Un alten elemènt se wan Alrond id de vols doʒ skiro ovine ki u gori vilad. Naturim je det na meno ov de Greci mita ov Jasòn id Argonaute we navì ap po findo de Gori Vilad. Id de bundavi pavri jun man we av nerim nit a jedo, ba nedamin kopàrt ja ki de vols pomenì mo ov u Greci storij, daz ov Filemòn id Baucis we sì du pavri senine we, un vespen, vizì du vizitore aveno be la. Lu avì ʒe mol poj po jedo, ba lu kopartì ja ki de straniore, id vitì la tranoco in li hut slogan de lege gostiframadi. De vizitore sì Zeus som id Hermes, travesten in pavri mane, id lu ruprizì la traforman li hut in u magibèl tempel wo lu ʒivì tis li mor.

Sim Alrond id de maʒiki Vols se ne solem u Rusi sag, un moz dezo te je se os un Europan sag, wim un ve vizo in de slogan tradutade.

★ ★ ★

boten kat

De Boten Kat

★ ★ ★

Alrond et le Renard magique

★ ★ ★

Les fables, les contes et les mythes se nourrissent les uns les autres. Dans chacun d’entre eux, on retrouve des éléments présents ailleurs. Par exemple le Déluge raconté dans la Bible est déjà mentionné dans l’épopée paléo-babylonienne de Gilgamesh. On trouve des correspondances dans toutes les mythologies indo-européennes, comme l’a montré Georges Dumézil. La Fontaine a repris les fables grecques d’Ésope comme Le Loup et l’Agneau, Le Lièvre et la Tortue, Le Corbeau et le Renard… etc. Les frères Grimm ont repris certains contes de Perrault comme La Belle au bois dormant, Le Petit Chaperon Rouge, Cendrillon…, si bien qu’en France, on parle des Contes de Perrault, et en Allemagne des Contes de Grimm.

C’est également le cas d’Alrond et le Renard magique d’Evguéni Khvalkov, un professeur russe de St.Petersbourg, qui m’a demandé de le traduire en Uropi. Introduire des animaux dotés de pouvoirs magiques n’est pas rare dans les contes. Le Renard magique m’a fait penser au Chat Botté qui portait « des bottes de sept lieues » et qui, lui aussi aidait son maître, un pauvre jeune homme, le cadet de trois fils, qui n’avait reçu que le chat en héritage. Au moment où arrive le roi avec sa cour, et la jolie princesse, les deux animaux, le chat et le renard, vont procurer à leur ami un magnifique château appartenant auparavant à un ogre qu’ils ont éliminé. Bien entendu, dans les deux cas, le jeune homme pauvre épouse la princesse, parce qu’il est le meilleur et le plus courageux. C’est là une composante classique des contes.

L’épreuve consistant à tondre des moutons à toison d’or rappelle bien sûr l’expédition de Jason et des Argonautes à la recherche de la Toison d’Or. Et le pauvre jeune homme généreux qui n’a presque rien à manger, mais néanmoins le partage avec le renard, m’a rappelé l’histoire grecque de Philémon et Baucis, deux pauvres vieillards qui, un soir, voient arriver chez eux deux visiteurs. Ils avaient très peu de nourriture, mais vont la partager avec les étrangers, et les prier de passer la nuit dans leur cabane selon les lois de l’hospitalité. Les visiteurs étaient Zeus et Hermès, travestis en pauves hères, qui vont les récompenser en transformant leur hutte en un magnifique temple où ils vivront jusqu’à leur mort.

Alrond et le Renard magique n’est pas seulement un conte russe, c’est aussi un conte pan-européen, comme on pourra le voir dans les traductions qui suivent.

★ ★ ★

 

Jason2

Jasòn id de Gori Vilad
★ ★ ★

Alrond and the magic fox

★ ★ ★

Fables, tales and myths feed on each other. In each of them, you can find elements that are present elsewhere. For example the Flood that is told in the Bible was already mentioned in the old Babylonian epic of Gilgamesh. There are correspondences in all the Indo-European mythologies, as Georges Dumézil showed. La Fontaine took up Aesop's Greek fables like The Wolf and the Lamb, The Hare and the Tortoise, The Crow and the Fox… etc. The Grimm brothers took up some of Perrault’s tales like the Sleeping Beauty, Little Red Riding Hood, Cinderella…, and thus French people call them Perrault’s tales, whereas Germans call them Grimm’s tales.

This is also the case with Alrond and the magic Fox by Evgeny Khvalkov, a Russian professor in St.Petersburg, who asked me to translate it into Uropi. Introducing animals with magical powers is not rare in tales. The magic Fox made me think of Puss in Boots, wearing « seven-league boots » who also helped his master, a poor young man, the youngest of three sons, who only inherited a cat. When the king arrived with his court, and his beautiful daughter, both animals, the cat and the fox, gave their friend a splendid castle that was previously owned by an ogre whom they had killed. Of course, in both cases, the poor young man married the princess, because he was the best and the bravest. This is a classical constituent of tales.

The test in which Alrond and the Fox have to shear the sheep with a golden fleece of course recalls the expedition of Jason and the Argonauts in search of the Golden Fleece. And the poor generous young man who has hardly anything to eat, but nevertheless shares it with the fox, reminded me of the Greek story of Baucis and Philemon, a poor old couple who, one evening, saw two visitors come to their home. They had very little food but shared it with the strangers, and invited them to spend the night in their cabin, according to the laws of hospitality. The visitors were Zeus and Hermes, disguised as poor men, who rewarded them by transforming their hut into a beautiful temple where they lived for the rest of their life.

Thus Alrond and the magic Fox is not only a Russian tale, we could say it is also a pan-European tale, as the following translations  show.

★ ★ ★

Peter_Paul_Rubens_-_Jupiter_und_Merkur_bei_Philemon_und_Baucis_-_(MeisterDrucke-684375)

Filemòn id Baucis pa Rubens

★ ★ ★

Alrond id de maʒiki vols

★ ★ ★

Av vu oren de storij ov Alrond id de maʒiki vols ? Ne ? I ve retalo ja.

Verim, maʒiki volse ʒiv jok odia zi id za in mold. Cepo la se nerim anmozli par lu se mol krati in maʒik. Id ekvos, wan u sul vols ren tra de fost, togan de raste id buce ki hi koj, ap de koj flev op stije in hel, id pos fal ru su ter; liente nom da stije falan stele. Pur, ekvos maʒiki volse asèm in de sosiad humanis. Ov da ve so ni sag.

  Unvos ʒivì be Kep Bertoari u seni kwalor we avì tri sone. Wan he morì, slogan de kosiùd, de senies son erdì de kastèl id tale tere, de midi son erdì de paroja id vidì prist de viki, id de junes, Alrond, becepì solem de spad hi patri id u seni kwal. De senies frat davì a Alrond u pezon pani id u canka id ordezì ho raito ap po ceko hi felij altia bedàl.

  Predizan sia, Alrond menì: parkà ne ito a Adtiarn a de kort raji Taravon ? Da raj, un dez, paj bravi id baldi noble mol bundavim. Sim he itì do pol Adtiarn.

  Wim tem itì pas, Alrond tanivì id famì, id sedì niz po jedo be liz u fosti. Id glade ! od berù u buc viburnu, uspuntì de muzel u volsi. De vols spekì Alrond, id Alrond de vols. Id de vols dezì ho:

- Bun dia to, jun man ! U leki canka tu av zi. Vol tu deto mo de favòr koparto u pez ?

Id obte Alrond avì nun alten jede usim da pan id canka, he sì u bunkarʒi man, sim he davì a de vols u pez canku id somtemim retalì ho wim hi frate avì treten ha id te he itì a a Adtiarn, a de kort raji Taravon.

  - Skuc, dezì de vols, moz i os veno ki ta po probo mi cans ? Tu se u bun man, i viz, ba mol slimimenti, id i se mol usperijen in tale sorte trikis, id mojse i moz servo ta. Wan nu v’aveno in Adtiarn, tu ve inìto in de gardad raji Taravon, id i ve vido tradezor po kanselor Berengar. I kon ʒe mole lingas: Garegini, Adelnini, id oʒe de linga Igeruldis.

★ ★ ★

vols-fost (1) copie

★ ★ ★

  - Voj, dezì Alrond, sam su de vaj ve so glajes. Ven ki ma !

Sim lu itì a pol Adtiarn. Lu avenì za, id raj Taravon nemì ni Alrond in hi personi gardad, par de kapitan gardis sì dod longim u fram de moren patri de juni, id Alrond, in fas, karʒad id inteligad somivì mol a hi pater. Id de vols stalì sia in de kanseloria id suprizì tale ki hi konad lingus: de skribe, de koradore, de kanselor id de raj som vidì stonen id stumen ov de visad de volsi.

De raj avì u dota po maʒo. Osprù te ce vizì Alrond, ce inliamì matim ki ha; id de jun man sì os ne eglifeli do de prinsa. Pur je stì in de rainia da kosiùd, te ne solem de prinsa som mozì ne uscepo u vedan slogan ci karʒ, ba te oʒe de raj, ci pater, mozì ne findo u maʒ po hi dota slogan hi siavi menad, wim je se de kaz in nerim tale rainias. Ba je doʒì sto u gren korèn, id he we vid de vingor ve becepo de mand de prinsu. Id wim de prinsa sì po maʒo, id sì de uni dota raji Taravon, id de raj som sì ʒa in hi seni jare, de kanselor id koradore inizì intrubo ha pote he organiz u korèn beprù, id dav hi dota a maʒo.

  - Nu vol, lu dezì, u siedi posslogor po va - u glori, valtan, inteligan prins o kwalor, valti in tale mode; nu nud ne un alten sort raji.

De raj doʒì apdavo id organizo u korèn. Alrond ruvenì od hi servìz ʒe tristi, id de vols pragì ho:

  - Parkà se tu tristi, mi fram, parkà sem tu sa disperen ?

  -  Kim ne so disperen ? ruvokì Alrond. De raj av anonsen u korèn, id de vingor ve becepo de mand de prinsu id mi liama ve ito a un uslandi prins.

  - Id tu, parkà partinèm tu ne in de korèn ? pragì de vols. Obte ti pater sì u pavri kwalor, id tu se jok maj pavri, ti famìl se pur nobli id os veti te daz alten rajis. Idmàj tu se polen ki krat id ingenij.

★ ★ ★

prinsa (1)

★ ★ ★

  - Sim je se, dezì Alrond, ba i fel te de usprobe ve so disemi a wa i se siuden: nè kambo ki spike, nè stiro ki bogel, nè fugo spadim.

  - Ba se i ne ki ta ? pragì de vols. I ve eldo ta po kofaso de raji usprobe.

Alrond tramenì u poj, id pos kovenì. Id de vols vegì hi koj id su de jun man falì gori stije. Id obte Alrond avì sen bel dafòr, id baldi wim poje, num he sì tal cijan ki u maʒiki luc, id he avì de krat trides krati manis.

  Wan venì de tem de koreni, in Adtiarn avenì raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore od tal de Westi Kust, id eke oʒe od de isle d’Arkipelu ! De tri pri dias pasì in turnire, cage id festijede, id in tal Alrond subepasì tale alten straniore id kwalore: in spikikambe, spadikambe, bogli id krosibogli stire, he dansì os bunes te tale id bedutì sa korticim - wim u veri vedan u prinsu ! Ba de raji usprobe sì maj anlezi te kortidanse.

  Je vidì de tem de pri usprobi. Id de raj dezì:

  Fori jar duk Larhelm od Moremont kodavì mo mirvizi sieme, we dav u krop pinsunte suntalis, id de pan od da gorn av sule mirvizi siavide te u miki pezit sat po nuro u gresen man. Mi campore siemì di mirakli grin in polde, id verim de mesad sì polni wim nevos dafòr. Pur, je ste solem u problèm: ekun ven nocim id jed de gorn. Id wan i send garde po cepo de ankonen robor, lu tale insòp. Ke od va, glori kwalore, ve protego mi polde mirakli gorni, id somtemim cepo id apero mo de misteric robor ?

  Tale raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore sì pervirten, id pervirten sì os Alrond. He itì ru dom id retalì a de vols ov de raji misiòn. Id de vols dezì:

- I zav ke rob de gorn - je s’de trombi monstor. Skuc ma, it sopo bun id nocim nu ve ito vato de robor. Solem, oblàs ne obtopo ti ore.

★ ★ ★

raj

★ ★ ★

Sim lu detì. Id wan nocim tale raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore itì us po gardo de polde, de trombi monstor anerì lo id zonì hi tromb - davos tale insopì. Ba Alrond avì obtopen hi ore, wim de vols avì dezen ho, sim he insopì ne. Osprù te de robor inizì pastijo su de raji polde, de vols dezì a Alrond « num, cepem de trombi monstor ! » Longim lu mozì ne subevaldo ha, tis de vols spritì su ha id basì u kord aròn ha.

Be de morna, Alrond aperì de trombi monstor a de raj; de raj sì suprizen id lobì id daskì Alrond. De uslandi raje, prinse, duke, grefe baròne id kwalore vidì malim invidi, par lu sopì be tal noc trawàn Alrond id de vols cepì de monstor. Id lu komplotì malim gon Alrond, ane pur diko ja.

De tem venì po de duj uspròb. Id de raj dezì:

- Fori jar, raj Etelstan od Damiria kodavì mo u herd goriviladi ovinis. Num je se tem skiro la. Li vuln se puri gor, ba i doʒ dezo te da ovine se mol apfrajic id tis num nekun av ustelen skiro la. Ke od va, glori kwalore, ve mozo skiro de ovine, kosamo de gori vuln id apero ja mo ?

Tale raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore sì pervirten, id pervirten sì os Alrond. He itì ru dom id retalì a de vols ov de raji misiòn. Id de vols dezì:

- Di se ne anlezi, Alrond, mi fram. Skuc ma, sop bun di noc id domòr nu ve ito skiro de ovine ki gori vilad.

De morna venì, de protensore a de mand de prinsu probì cepo de goriviladi ovine, ba wim de ovine sì mol apfrajic id speli, nekun ustelì koto oʒe u tuf gori vulni od la. Befènd venì de vos Alrondi. Davos de vols, hi feden fram, sedì niz su de koln wo de ovine sì pastijan, nemì us u flut id inizì jego. Oh, is vu mozev solem imaʒino ka bel sì da muzik ! Tale ovine insamì aròn de vols id skucì wim asaren pa de maʒiki muzik, id num je sì lezi po Alrond skiro la.

★ ★ ★

flutiVols copie

★ ★ ★

Id ne solem de ovine vidì insaren! De klar, puri zone da muziki insarì os de raj, de kortisane, de swita, id tale we sì za. tale vidì silan id skucì wim stumen. Vilgi fosti tiere venì us li pore id tanias po skuco de mirvizi muzik de volsi. Liov, de raj tale bestis, vozì ne gromo od fraj intrabreko de magibèl muzik, vulp oblasì hi jule id uròks hi rauge. Oʒe seni Greta, we ʒivì be Brek-in-de-Grovia id sì famos po avo de maj mali karaktir (ce mozì ne stajo un minùt ki altene ane bramo la), sim oʒe seni Greta som venì us in de klaria id skucì inmuven. De melodij wen de vols trajì us hi flut travirì tal aròn sia in u tempel muziki.

De raj sì entusiasti te Alrond avì apolnen de duj task id duplim entusiasti od avo oren u sul maʒiki muzik. He daskì verfelim Alrond id de vols, ba de uslandi raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore nerim skaltì od invìd id irgad. Id un od la, raj Gerneb od Lothirod, dezì- Is da kwalor ving os de trij uspròb, he ve becepo de prinsa, id nu ve ito ap ki nit id oʒe skanden par ek pavri soldàt ve diko sia holes te nu, kronen kebe ! Nu ve inbuco ha domòri morna for de trij

uspròb id tudo ha, id sim nu ve ne udìto dihonòr.

Lu becizì deto da. Ba lu zavì ne te de vols sì stan berù u kortin be da tem id orì ʒe tal. He itì ru dom id retalì a Alrond ov de traitic plane de uslandoris.

- Ka ʒe deto ? pragì de jun man.

- Fed ma, ruvokì de vols, ba solem rumèn te domòr nu ve nudo obe vikto ni fense id vingo de posni uspròb !

De tem venì po de trij, posni uspròb. Id de raj dezì:

- I vol te mi futuri maʒisòn invìt ma a u luksi festijed in hi siavi kastèl. Las solem de procepad so raji ! I ve ne davo mi dota a u bedigor.

De uslandi raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore vidì alarmen. Naturim in li lande lu avì magibèl palaze id kastele, ba lu mozì nè duto de raj za in un dia, nè apero de palaze id kastele a Adtiarn, enikà dar sev li sfore ! Pur de kwer rices raje innemì jakun sunte murore id ordezì lo struo ʒe suprù kastele ner de kebipol, ba verim moz un struo u kastèl in un dia ? Alrond sì os tristi, ba de vols alkodì ha id dezì:

- I v’ito findo to u kastèl po de raji fest, id tu, pocèr wan tu it cago num, id staj dal od uslandore !

★ ★ ★

Ogor copie

★ ★ ★

Id de vols renì do Kastèl Kromorgan. Un doʒ dezo te da kastèl sì poseden pa u stragi trol, mali-uvemali, krual-uvekrual. Mole itan pas kastèl Kromorgan fendì li ʒive intra de dante da ankopaini ogori. Ba de trol jedì liente, ne volse, pardà ni lusin avì nit a frajo; idmàj be da tem de trol sì ne be dom: he avì iten cago. Prim od tal, de vols becizì deto ap ki de servane de troli, gardan de kastèl: gnol Graw, gobol Grow, id gremlin Grahaham. He arenì a de vort id klajì:

- Sav sia we moz! Zi ven de raj ki hi armid id he adùt ki sia sunte sarane: lu ve usbreno va ki flize!

De servane de troli vidì alarmen. Ka ʒe deto ? Id de vols dezì lo:

- Cele va spel: mojse de raj id hi armid id hi sarane ve ne bemarko va !

De servane de troli sì kuvardi, pardà, ane varto un minùt, lu lasì li gardipostas. Gnol Graw celì sia    in u biri but, gobol Grow in u vini but, id gremlin Grahaham celì sia in u kalvadosi but (de trol gusì ʒe mol kalvados). Davos ni vols kluzì la tale, rolì la us su de mur de forti id basì la in de grovia - las lu sniv za !

Midwàn ruvenì de mali trol, de domimastor, id vidì ne poj suprizen vizan te hi servane avì disvanen, id jok te u strani vols avì asemen od nekia in hi siavi kastèl. Ba ni vols sì, be de holes punt, u kortic id bun-maniren sior, sim je sì ne ho anlezi insaro de trol. Zavan te de trol gusì ʒe mol flatad, de vols inizì beskrivo in tale mozli mode de beservade de troli id de glor wen he avì in tale beronan rainias.

Un doʒ dezo te di trol avì du kebe, we grelì molvos ki unaltem. Id di se wa de vols usmenì: he davì anstopim maj id maj floric komplimente a un, pos a d’alten keb, tis fendim lu grelì samòl te lu grabì unaltem in u morli kamb. Davos de vols slizì sia sovim za, wo de trol garì skerpi kurvi sable, wim daze uzen pa kamelore po kambo in vustia, id ki u destic plag he kotì ap obe grimic kebe de mali troli. Dod davos nekun maj kaptì id tudì vaizore in de aria.

Midwàn raj Taravon sì cagan ki hi kortisane, hi swita id de uslandi raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore we, wim vu rumèn, intelì tudo Alrond. Proslogan de cirv, Alrond brekì ap tal de swita id stajì solen; davos de uslandore inizì proslogo ha. Lu avì trajen us li spade, kargen li krosibogle, id je avev sen de fend de jun mani… ane de vols !

★ ★ ★

28629087

★ ★ ★

De vols, pos avo nemen vald de magibel kasteli de mali troli, id ordezen predizo u verim raji festijed za, hastì a de fost wo de cag sì proìtan. In da tem je stì u mol seni, krumic pont in de fost. Sim, wan de fense sì ʒa rutogan Alrond id inizì stiro su ha ki krosibogle, de vols - id he sì ʒe u maʒiki vols ! - travirì tratemim hi fram in de form u volsi id celì ha in u por, id de vols som virì sia in u jun man, sa somi a Alrond te un mozì ne dissigo la ! De uslandi raje, prinse, duke, grefe, baròne id kwalore racì pos ha, id de vols in de form Alrondi spritì niz hi kwal id renì tra de seni pont a de alten ber. De uslandore, menan te li viktìm sì in li mande, racì pos ha su de krumic pont id de pont disfalì, sim tale peritì.

Midwàn de raj famì id vartì hi jedad. De vols travirì ru Alrond in hi human form, id sia som in hi volsi form, id lu ruvenì a de raj.

- Vi Magistad, dezì de vols ceremonicim, mi Sir Alrond av de honòr invito va po jedo in hi kastèl.

- Kim, Alrond ? pragì de raj suprizen, de kastèl ti patri se des dias raitadi ap zi, idmàj je potèn, pa reg prigenadi, a ti senies frat.

- I asiùr Vo, Vi Magistad, de vols hastì dezo, te Sir Alrond av u kastèl, id de maj magibèl !

Id de vols dutì Alrond, de raj, id tal de raji swita a Kastèl Kromorgan, we jok kurtim for potenì a de mali trol, id num potenì a de fram de volsi, kwalor Alrond. Wan lu atogì de kastèl, de raj sì uveglàj par kastèl Kromorgan sì os bel te u raji palàz; id de festijed wen de vols id Alrond provitì a de raj id hi swita sì os geniverim raji. De raj sì kopolem insaren id be de som jedad anonsì de nuvad Alrondi ki de prinsa, id os nomizì Alrond erdor de troni.

Id ka ov de maʒiki vols ? Wan de vedad sì fenden, de vols nemì apcìz id renì ap a de fost, pos tal he sì jok u vilgi best, obte maj posen he venì ekvos vizito hi fram.

Sim je se, mi frame! Alrond dispartì hi posni nure ki de vols, id fendim he vidì u raj.

★ ★ ★

Kastèl

★ ★ ★

Alrond et le Renard magique

★ ★ ★

Connaissez-vous l’histoire d’Alrond et du renard magique ? Non ? Eh bien je vais vous la raconter.

Il se trouve que des renards magiques vivent encore aujourd’hui ici et là dans le monde. Il est presque impossible de les attraper car leur magie est très puissante. Et quelquefois, quand un de ces renards court dans la forêt, et que sa queue touche au passage des branches et des buissons, elle envoie dans l’air des étincelles qui montent jusqu’au ciel, et retombent ensuite sur terre. Les gens appellent ça des étoiles filantes Cependant, les renards magiques font parfois leur apparition dans les sociétés humaines. C’est là l’objet de notre conte.

Il était une fois un vieux chevalier qui vivait au Cap Bertoari avec ses trois fils. Quand il mourut, selon la coutume, le fils aîné hérita du château et de toutes les terres, le deuxième hérita de la paroisse et devint curé du village, et le cadet, Alrond, ne reçut que l’épée de son père ainsi qu’un vieux cheval. Le frère aîné donna à Alrond un jambon et une miche de pain et le pria d’aller tenter sa chance ailleurs, loin d’ici.

Tout en se préparant à partir, Alrond pensa qu’il pourrait se rendre à Adtiarn à la cour du roi Taravon. Celui-ci, dit-on, engage de braves et vaillants chevaliers qu’il paie bien. Et il partit donc pour la cité d’Adtiarn.

En cours de route, Alrond commença à ressentir la fatigue et la faim; il s’arrêta et s’assit à la lisière de la forêt pour manger un morceau. Et voilà que, de derrière un buisson de viorne, apparait le museau d’un renard. Le renard regarde Alrond, et Alrond le renard. Celui-ci lui dit:

- Bonjour à toi, jeune homme ! Tu as là un bien bon jambon! Ne voudrais tu pas en partager un morceau avec moi ?

Et bien qu’Alrond n’ait rien d’autre à manger que ce pain et ce jambon, il les partagea avec le renard, car il avait bon coeur, et en même temps il lui raconta comment ses frères l’avaient traité, et lui dit qu’il allait à Adtiarn, à la cour du roi Taravon.

- Ecoute, dit le renard, je pourrais peut être venir avec toi et tenter ma chance moi aussi ? Je vois bien que tu es un jeune homme bon, mais un peu naïf, et moi j’ai beaucoup d’expérience et connais toutes sortes de ruses qui pourront t’être utiles. Quand nous arriverons à Adtiarn, engage-toi dans la garde du roi Taravon; moi je serai interprète auprès du chancelier Berengar, car je connais toutes sortes de langues: le garegin, l’adelnien, et même la langue des Igerulds.

★ ★ ★

vols-fost (1) copie

★ ★ ★

- Pourquoi pas ? répondit Alrond, faire la route ensemble, ce sera plus amusant. Viens avec moi !

Ils partirent donc pour la cité d’Adtiarn. Peu après leur arrivée, le roi Taravon prit notre Alrond dans sa garde personnelle, car le capitaine des gardes était un vieil ami de feu le père du jeune homme, et celui-ci tenait de son père aussi bien par les traits de son visage que par son courage et son intelligence. Quant au renard, il s’installa à la chancellerie où il surprit tout le monde par sa connaissance des langues: les scribes, les conseillers, le chancelier et le roi lui-même furent étonnés et émerveillés par sa sagesse.

Or le roi avait une fille en âge de se marier. Dès que celle-ci vit Alrond, elle en tomba éperdument amoureuse; quant au jeune homme, la princesse ne lui était pas indifférente non plus. Cependant il existait dans le royaume une coutume, selon laquelle, non seulement la princesse ne pouvait pas choisir un fiancé selon son coeur, mais que même le roi son père, ne pouvait pas marier sa fille à sa guise, comme c’est presque toujours le cas dans la plupart des royaumes. Il fallait organiser un grand concours, et le vainqueur obtiendrait la main de la princesse. Et comme la princesse était en âge de se marier, qu’elle était la fille unique du roi Taravon, et que le roi lui-même était déjà très âgé, le chancelier et les conseillers se mirent à le presser pour qu’il organise au plus vite ce concours afin de donner à la princesse un mari.

- Nous voulons, dirent-ils, que te succède un prince ou un chevalier qui soit couvert de gloire, plein de vaillance et d’intelligence, digne de toi à tous points de vue; il ne nous faut pas un roi différent.

Le roi dut céder et organiser le concours. Alrond quitta son service et rentra bien triste à la maison, où le renard lui demanda:

- Pourquoi es-tu si triste, mon ami, Pourquoi fais-tu la tête ?

- Comment ne pas faire la tête ? répondit Alrond. Le roi a annoncé la tenue d’un concours, et le vainqueur obtiendra la main de la princesse: ma bien-aimée épousera un prince étranger.

- Et toi, pourquoi ne participes-tu pas au concours ? demanda le renard. Certes ton père n’était pas bien riche comme chevalier, et tu es encore plus pauvre que lui, mais ta famille est noble et ta lignée aussi ancienne que celle de bien des rois. De plus, tu ne manques ni de force ni d’ingéniosité.

★ ★ ★

prinsa (1)

★ ★ ★

- Soit, dit Alrond, mais j’ai le sentiment que les épreuves seront bien différentes de celles auxquelles nous sommes habitués: combattre à l’épieu, tirer à l’arc, se battre à l’épée.

- N’oublies pas que je suis avec toi ! dit le renard. Je t’aiderai à affronter les épreuves royales.

Alrond réfléchit un instant, puis accepta. Le renard agita la queue et sur le jeune homme se répandit une pluie d’étincelles d’or. Alrond qui était déjà bien de sa personne, et plus hardi que la plupart des chevaliers, brillait maintenant d’une lumière magique, et avait la force de trente hommes robustes.

Quand vint le temps du concours, arrivèrent à Adtiarn des rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers de toute la Côte Ouest, et même quelques uns des îles de l’Archipel ! Les trois premiers jours se passèrent en tournois, chasses et festins, et en toutes choses Alrond surpassa les autres chevaliers et étrangers: au combat à l’épieu, et à l’épée, au tir à l’arc et à l’arbalète; ile dansait mieux que tous et avait de si bonnes manières - un vrai fiancé digne d’une princesse ! Mais passer les épreuves royales était bien plus difficile que de danser à la cour.

Quand vint l’heure de la première épreuve, le roi dit:

Le duc Larhelm de Moremont m’a donné l’an dernier des graines miraculeuses, qui produisent une récolte de cinq cents quintaux, et le pain fait à partir de ce blé a des propriétés si merveilleuses qu’un tout petit morceau suffit à nourrir un homme dans la force de l’âge. Mes paysans ont semé cette graine miraculeuse dans nos champs, et la récolte a été d’une abondance jamais vue auparavant. Seulement, il y a un problème: quelqu’un vient la nuit manger le blé. Et quand j’envoie les gardes pour capturer ce voleur inconnu, ils s’endorment tous sur place. Lequel d’entre vous, preux chevaliers,  protègera mes champs de blé miraculeux, et en profitera pour attraper et m’amener ce mystérieux voleur?

Tous les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étaient déconcertés, et Alrond également. De retour à la maison il raconta au renard quelle était l’épreuve royale, et le renard dit:

- Je sais qui vole le blé - c’est le monstre à la trompe. Ecoute-moi bien, va dormir un peu et cette nuit nous irons guetter le voleur. Seulement, n’oublie pas de te boucher les oreilles.

★ ★ ★

raj

★ ★ ★

Ainsi fut fait. Et la nuit, quand tous les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers sortirent pour surveiller les champs, le monstre à la trompe s’approcha d’eux et souffla dans sa trompe - aussitôt tout le monde s’endormit…sauf Alrond qui s’était bouché les oreilles, comme le renard le lui avait conseillé. Dès que le voleur se mit à paître dans les champs du roi, Alrond et le renard se précipitèrent pout capturer le monstre à la trompe. Pendant longtemps ils ne purent avoir le dessus, jusqu’à ce que le renard saute sur le monstre et l’attache avec une corde.

Le matin suivant, Alrond livra au roi le monstre à la trompe; le roi fut surpris: il félicita et remercia Alrond. Les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étrangers furent remplis d’envie et de méchanceté à son égard: ils avaient dormi toute la nuit, pendant qu’Alrond et le renard capturaient le monstre. Ils se mirent à comploter contre Alrond, tout en se dissimulant.

Quand vint l’heure de la seconde épreuve, le roi dit:

- L’an dernier, le roi Aethelstan de Damirie m’a offert un troupeau de moutons à toison d’or. Le temps de la tonte est venu. Leur laine est en or pur, mais je dois dire que ces moutons sont très farouches et que jusqu’à présent personne n’a réussi à les tondre. Lequel d’entre vous, preux chevaliers, parviendra à tondre ces moutons, recueillir la toison d’or et me l’apporter ?

Tous les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étaient déconcertés, et Alrond également. De retour à la maison il raconta au renard en quoi consistait la deuxième épreuve et le renard dit:

- Ce n’est pas difficile, Alrond, mon ami. Écoute-moi bien: passe une bonne nuit de sommeil, et demain nous irons tondre les moutons à toison d’or.

Quand vint le matin, tous les prétendants à la main de la princesse tentèrent d’attraper les moutons à toison d’or, mais ceux-ci étaient si farouches et si rapides que personne ne réussit à couper ne serait-ce qu’une touffe de laine d’or. Ce fut enfin le tour d’Alrond. C’est alors que le renard, son fidèle ami, s’assit sur la colline où paissaient les moutons, sortit une flûte et se mit à jouer. Oh, si vous aviez pu entendre comme cette musique était belle! Tous les moutons se rassemblèrent autour du renard et écoutèrent, comme ensorcelés par cette musique magique; ce fut alors facile pour Alrond de les tondre.

Et les moutons ne furent pas les seuls! Les sons clairs et purs de cette mélodie enchantèrent aussi le roi, les courtisans, la suite royale, et tous ceux qui étaient là. Tous se taisaient et écoutaient comme pétrifiés. Les bêtes sauvages de la forêt sortirent de leurs trous et de leurs tanières pour écouter la musique merveilleuse du renard. Le lion, roi de tous les animaux n’osait pas rugir de peur d’interrompre cette magnifique musique, le loup en oubliait d’hurler et l’auroch de beugler. Même la vieille Greta, qui habite à la Brèche-dans-les-Douves et se vante d’avoir le plus mauvais caractère (elle ne peut pas rester une minute avec d’autres personnes sans se quereller), donc même la vieille Greta sortit sur la clairière pour écouter attendrie. La mélodie que le renard tirait de sa flûte métamorphosait toute chose alentour  en un temple de musique.

★ ★ ★

flutiVols copie

★ ★ ★

Le roi était ravi qu’Alrond ait réussi la deuxième épreuve et doublement ravi d’avoir entendu une musique aussi magique. Il remercia sincèrement Alrond et le renard, mais les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étrangers faillirent éclater d’envie et de dépit. L’un d’eux, le roij Gerneb de Lothirod, leur dit:

Si ce chevalier remporte aussi la troisième épreuve, il obtiendra la princesse, id nous rentrerons les mains vides avec la honte, pour nous, têtes couronnées, d’avoir été battus par un pauvre soldat ! Il faut lui tendre une embuscade demain matin avant la troisième épreuve et le tuer, ainsi nous éviterons le déshonneur.

Il en fut décidé ainsi. Mais ils ne savaient pas que le renard se tenait à ce moment-là derrière un rideau et avait entendu toute la conversation. De retour à la maison, il raconta à Alrond le plan perfide des étrangers.

- Que peut-on faire ? demanda le jeune homme.

- Fais-moi confiance, répondit le renard, mais souviens-toi bien que demain il nous faut à la fois vaincre nos ennemis et remporter la dernière épreuve !

Quand vint l’heure de la troisième et dernière épreuve, le roi dit:

- Je veux que mon futur gendre m’invite à un luxueux festin dans son propre château. Que la réception soit digne d’un roi ! Je ne donnerai pas ma fille à un mendiant.

Les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étrangers furent atterrés. Bien sûr dans leur pays ils avaient de magnifiques palais et châteaux, mais ils ne pouvaient ni y conduire le roi en une journée, ni apporter les palais et châteaux à Adtiarn, quels que soient leurs efforts ! Cependant le quatre rois les plus riches embauchèrent chacun une centaine de maçons et leur ordonnèrent de construire sur le champ des châteaux près de la capitale; mais peut-on vraiment construire un château en un jour ? Alrond aussi était triste, mais le renard le poussa du coude et dit:

- Je vais te trouver un château pour la réception du roi; toi, fais bien attention maintenant en allant à la chasse, et tiens-toi à l’écart des étrangers !

Et le renard courut jusqu’au château de Cromorgan. Il faut dire que ce château appartenait à un horrible troll, d’une méchanceté et d’une cruauté sans égales. De nombreux voyageurs qui passaient à proximité du château avaient perdu la vie sous les dents de cet ogre sans pitié. Mais le troll mangeait les humains, pas les renards, si bien que notre rusé compère n’avait rien à craindre; de plus, à ce moment-là le troll était absent, parti à la chasse.

★ ★ ★

Ogor copie

★ ★ ★

Avant tout, le renard décida de se débarrasser des serviteurs du troll, qui gardaient le château: le gnoll Graou, le goblin Grow, et le gremlin Grahaham. Il se présenta au portail et s’écria:

- Alerte ! Sauve qui peut! Voici le roi qui arrive avec son armée et il amène avec lui une centaine de sorciers: avec leur foudres ils vont vous réduire en cendres!

Les serviteurs du troll étaient pris de panique. Que faire ? Le renard leur dit:

- Cachez-vous vite!: Peut être que le roi, son armée et ses sorciers ne vous découvriront pas !

Les serviteurs du troll étaient lâches, et à la minute même, ils quittèrent leur poste de garde. Le gnoll Graou se cacha dans un baril de bière, le goblin Grow dans un tonneau de vin, et le gremlin Grahaham dans un tonneau de calvados (le troll aimait beaucoup le calvados). Alors notre renard referma soigneusement les tonneaux, les roula à l’extérieur sur le mur de la forteresse et les jeta dans les douves - Qu’ils y nagent, maintenant !

Pendant ce temps le maître de maison, le troll cruel était de retour. Quelle ne fut pas sa surprise en constatant que ses serviteurs avaient disparu, et qu’un étrange renard avait surgi de nulle part dans son château. Mais notre renard était un monsieur bien élevé, courtois au plus haut degré, si bien qu’il n’eut aucune difficulté à charmer le troll. Sachant que celui-ci était très sensible à la flatterie, le renard se mit à dépeindre, de toutes les façons possibles, les mérites du troll et la gloire qui était la sienne dans tous les royaumes alentour.

Il faut dire que ce troll avait deux têtes, qui se querellaient souvent entre elles. Et voici ce que le renard avait imaginé: il fit de plus en plus de compliments fleuris, tantôt à l’une, tantôt à l’autre tête, jusqu’à ce qu’elles finissent par se quereller à un tel point qu’elles s’empoignèrent dans un combat mortel. Alors le renard se faufila dans la salle où le troll gardait ses sabres courbes et tranchants, comme ceux qu’utilisent les chameliers pour se battre dans le désert, et d’un seul coup d’une grande dextérité, il trancha les deux têtes hargneuses du vilain troll. Depuis lors plus personne ne captura ni ne tua les voyageurs dans la région.

Pendant ce temps, le roi Taravon chassait avec ses courtisans, sa suite et les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étrangers qui, souvenez-vous, avaient l’intention de tuer Alrond. A la poursuite du cerf, Alrond se détacha de la suite et se retrouva seul; c’est alors que les étrangers se mirent à le traquer. Ils avaient tiré l’épée, chargé leurs arbalètes, et c’eut été la fin du jeune homme… s’il n’y avait pas eu le renard !

★ ★ ★

vakilipont

★ ★ ★

Le renard, après avoir pris possession du magnifique château de l’horrible troll, et ordonné qu’on prépare un vrai festin de roi, se hâta vers la forêt où se déroulait la chasse. Il y avait, en ce temps-là, dans la forêt un très vieux pont délabré. Et voilà que, alors que les ennemis allaient rejoindre Alrond et qu’ils commençaient à lui tirer dessus avec leurs arbalètes, le renard - et c’était bien un renard magique ! - il transforma provisoirement son ami en renard et le cacha dans un trou, et lui-même se métamorphosa en un jeune homme si semblable à Alrond qu’on ne pouvait les distinguer ! Les rois, princes, ducs, comtes, barons et chevaliers étrangers se précipitèrent vers lui, et le renard sous la forme d’Alrond sauta à bas de son cheval et traversa le vieux pont en courant jusqu’à l’autre rive. Les étrangers, qui voyaient déjà leur victime à leur merci s’engouffrèrent après lui sur le pont vétuste qui s’écroula, et tous périrent.

Pendant ce temps le roi commençait à avoir faim, et attendait son festin. Le renard redonna à Alrond sa forme humaine, et reprit sa forme de renard, puis ils rejoignirent le roi.

- Votre Majesté, dit le renard avec cérémonie, messire Alrond a l’honneur de vous inviter à festoyer dans son château.Comment, Alrond ? demanda le roi fort surpris, mais le château de ton père est à dix jours de cheval d’ici, et de toute façon, il appartient, par droit d’aînesse, à ton grand frère.

- Je Vous assure, Votre Majesté, s’empressa d’ajouter le renard, que le seigneur Alrond a un château, un château des plus magnifiques!

Et le renard conduisit Alrond, le roi, et toute la suite royale au château de Cromorgan, qui peu de temps auparavant appartenait au vilain troll, et maintenant à l’ami du renard, le chevalier Alrond. Quand ils atteignirent le château, le roi fut ravi car le château de Cromorgan était aussi beau qu’un palais royal; et le festin que le renard et Alrond offrirent au roi et à sa suite était vraiment somptueux. Le roi était entièrement sous le charme et annonça au cours du repas les fiançailles d’Alrond et de la princesse; il désigna aussi Alrond comme héritier du trône.

Que devint notre renard magique ? Après la noce, le renard prit congé et courut vers la forêt - après tout c’était toujours un animal sauvage, même si plus tard il revint quelquefois rendre visite à son ami.

Voilà, mes amis l’histoire d’Alrond qui n’hésita pas à partager le peu de nourriture qui lui restait avec le renard, et qui finalement devint roi.

★ ★ ★

Kastèl

 ★ ★ ★

Je ve proìto … à suivre … to be continued … continuará … Fortsetzung folgt … continua … συνεχίζεται … продолжение следует …

You will find the English version of Alrond and the magic Fox, as well as the original Russian version in the next message

В следующем сообщении вы найдете английскую версию Алронда и Волшебного Лиса, а также оригинальную русскую версию.