★ ★ ★

* Uropi Nove 112 * Uropi Nove 112 * Uropi Nove 112 *

★ ★ ★

kapitòl1

★ ★ ★

Forum 2018

« Naturim nu avì tormade… » dezì u sant pa Jacques Brel.
Tali Francia sì ude tormade; dask a Doj in Tulùz, nu mozì apìto la. Be Soldia 27i Maj, su Plaz Kapitoli, hel sì mij nolbi, mij soli be oc hore wan nu montì de stand.
De morna sì mol tici for de vizitore inizì aveno, sim nu mozì vado aron de Forum id halto be vari stande, po samp de Hindi stand, talvos belim dekoren, de Thai stand…i.s.p. I haltì os be de Wolofi stand: de man id hi kopanora venì od Thies wo i avì ʒiven in Senegàl. I dezì ho te i avì leren Wolofi za, ba te i avì oblasen nerim tal usim salutade. Nu intrametì rumene ov ‘ni pol’. I vokì os u poj Rusi be un od de 2 Rusi stande wo lu davì mo konfìte; i vokì os ki ni nersan be de Swedi stand bezàt (Vz ude), id itì a de Cini stand, we sì ne dal od na, po provero de usvòk eke Cini vordis wen i volì davo wim sampe.
Davos avenì ni fram Gérard od Parìs, we eldì na mol, maj posen, po usklaro Uropi a de numari vizitore, id nu avì os de prijad vizo ni fram Henrìk od de Casal Català.
Be posmidià, al vidì mol caj id stufi, felicim u lej vint sì flan po africo na u poj. Davos inizì de aflùj vizitoris. In fakt, je sì ne u fluj, priʒe u tsunamì: nu zavì nemaj ko viro keb, id avì pen tem po fleso. Nu mozì ne ruvoko a tale: eki vizitore doʒì so satizen ki skuco wa nu dezì a altene, id nemo ni interneti adrese.

★ ★ ★

stand3

De Uropi stand

★ ★ ★

Ke sì ni vizitore ?
Lu sì subetàl june: studane, pratikane o jun profesionore, id subetàl ʒinas id jun pare… Je stì os maj alden persone, eke od wen avì studen Esperanto.

Sosiologiste
U man we avì u mastorad in sosiologij sì pasionen ov Indeuropan. He menì te jaki linga dav u moldivizad (i zav ne is he partinemì in de posmidiù debàt we sì puntim ov di tema). He menì te Engli (viden Globic) mozì ne so de linga universi komunikadi. U studan in ekonomij id sosiologij findì te Uropi mozev so u midel komunikadi we replasev ne de alten lingas.

Ingeniore
Nu vizì un eki numar ingenioris id ingeniori studanis. Un od la avì deten u varkipratik 4 monis in Rusia. He felì de nud u lingu komunikadi par, he dezì, Ruse vok ne Engli (o mol poj). Tulùz se de avispasi kebipòl, sim je ste mole intrametade ki Rusia: Rusi ingeniore ven varko za o deto varkipratike id France it a Rusia.

Ruse
Di jar, nu kogonì mole Ruse be de Forum (tramìd altene daze varkan po Aérospatiale). Jürgen E., u Rusidoski ingenior sì mol interesen ov Uropi: he sì bun informen ov Indeuropan id vokì no ov de genetiki procekade we doʒev pomozo findo procizim de rutas Indeuropan migradis. Hi frama, os Rusa, sì mol intogen vizo de tradutad Дама с собачкой (De Dama ki de kunit) pa Tcekhov in Uropi.

★ ★ ★

wolof

De Wolofi stand

★ ★ ★

Italine
Mole june, molvos in pare, venì od Italia… A id G venì od Sicilia id avì u nostalgij ov li land: nu vokì sam ov Camilleri id hi komisor Montalbano wen nu obe gusì ʒe mol… pos u jun Sarda od Cagliari kovaden pa u Kolombiana… pos u grup Italinus.
Tale vidì udeseten a de usvoki test: un pragì lo usvoko u fraz in Uropi, generalim de titel un od ni bibis. Ne solem li usvòk sì perfeti, ba lu setì spontanim de aksènt be de regi sta: je sì u veri prijad oro la id lu vidì aploden.
I dezì lo te is nu sev ric, nu invarkev la po registo tekste id dialoge in Uropi. Un od de jun Italinas ruvokì mo:
« Nes jar vu ve so ric id vu ve mozo invarko ma! »
Un doʒ dezo te anvàrk plag 33% od jun Italine, oʒe in Norditalia, wim u ʒika od Novara dezì no; sim mole od la doʒì uspatrijo, po samp a Tulùz, po findo vark. Di uspatrijen Italine findì problème komunikadi; lu frajì os de livad nasionismus in Europa. Un Italivoki Franca sì mol skuran ov de situasiòn in Italia; ce averì te Europa ve ne vido saven ane u komùn linga. Naturim, nu gondezì ne ca.

Aziane
U Cin od Hââng Kââng, ki wen nu disvokì in Engli (i nudì ek tem, traspekan mentim tale Cini provinse, po incepo te je delì ov Hong Kong) sì un od de rari difensore Engli wim intranasioni linga. Nu vizì os u Vietnamin od Saigon (Ho Chi Minh Ville) kovaden pa u Rus, u Japonin ki wen nu vokì ov ‘pan-ya’ (panoria) in Japoni we se mol somi a Uropi ‘pan-or-ia’: i usklarì ho te, in Uropi, je sì ne de ‘sta pani’, ba de ‘sta wo vark u panor’.
Nu usklarì os de somid intra de verbi prosàn in Mandorini id Uropi: obe lingas uz de anvarizli verbibaz be tale persone, po samp: wǒ, nǐ, tā, wǒmen, nǐmen, tāmen shuō = Ur. i, tu, he, nu, vu, lu vok. Id os de somi struad koseten vordis wim in dēngtǎ  (lamp + tor) = Ur. lucitòr (luc + tor).

★ ★ ★

thai

Thailànd, de land smijis

★ ★ ★

Espanivokore
U dictor Espàni od Bolivian odvenad pragì no kim Uropi vidì struen. Nu vizì os mole Espàne.

Germanivokore
Doske od Muncen id Heidelberg vidì interesen ov de struad vordis in Uropi. U jun Amerikan par kestì no ov de gramatik: lu sì mol satizen bestalo te je stì nun subjuntìv, id te adjetìve sì anvarizli…, ba mol min satizen ov de prosàd femini.
Ki ni Swedi nersan, nu vokì u poj ov de Swedi usvòk id ov de semlid intra Uropi id Swedi infinitìve: skriva / skrivo, bränna / breno, falla / falo, koka / koko, läsa / liso, sätta / seto…He skriv poème uzan vorde vari lingus. Nu doʒì revizo unaltem, po disvoko maj, ba wajim de aflùj vizitoris lasì ne no tem po da.

Bulgare
venì os vizito na. Prim u man solen, pos u tali famìl ki mata formata id kide, pos du june… Lu vidì subetàl atrajen pa de plakàt « I liam ta » id de Bulgari eglivàlt: « Obitcham te…obitcham te… »

Esperantiste, de Toki-Ponìst id de dictor Kastijani, Oksitàni.
Lu sì poj numari: 3 o 4 maksimim. Nu nomì la ‘celic’ Esperantiste; parkà ? Par lu vadì pro masken: lu dezì ne no klarim te lu sì Esperantiste, ba virtì wim u kat aròn de bruj. Parkà ne jego ki opren karte ? Nu av nevos apnegen disvoko ki Esperantiste. Un usnemad sì un Esperantista we prosetì sia sim; ce sì gurnovi ov de mod in wen Uropi vidì struen.
Eke alden persone dezì no: « I studì Esperanto in mi junad, ba je funsionì ne id i apdavì. »

★ ★ ★

afluj

Doski vizitore

★ ★ ★

De Toki-Ponìst venì vizito na par he avì vizen ni invitad su Internet. He averì te eke 100 vorde sat, wim in Toki Pona, po un intranasioni eldilinga (IEL). Andubim je sat po pivo, jedo id sopo… ba is un vol ito dales ? Moz un traduto po samp, M. Yourcenar, George Orwell o Alisa in Mirvizilànd, de poème pa Baudelaire o Hermann Hesse ki 100 vorde ?
Nu ruvokì ho te « we moz de maj, moz de min », id te, od de 20 000 Uropi vorde, un moj ʒe so satizen ki lero eke sunte.

De dictor Oksitàni, Kastijani adoptì de puntim ruvirten prostàp: he apnegì de idea som intranasioni lingu. He dezì no te he avì apnegen lero Engli o Globic. Po ha jaki linga se u kultùr id jakun doʒ lero de linga de landi wen he vizìt. Nu detì ha bemarko te eniun moz ne lero samole lingas, id te mole persone av ʒa gren anlezide po lero solem Engli. He vidì ne kovikten: po ha je se slim u kest voladi; po lero eni linga, je sat becizo ja.

De asosiade
U Baski asosiad Euzkal Babel od Bajona volì disvolpo de lingu varid id promuvo lingulerad id intrametade.

In de asosiad Elles marchent 64, M-J A. sì kovikten te u komùn linga po Europa se apsolutim nudi po proteno de Europan Uniòn. « De interès o de liam po liente se stritim vigen a de interès id liam po lingas. » Po ca vado aròn de Forum se vaizo aròn mold.

France
U jun Alzasi par od Strasbùrg findì te Uropi sì un interesan prostàp id pragì mo
« Fel vu va maj Franci o maj Europan ? »
I usklarì lo davos te nu tale av u molipli identid (De Unitas multiplex pa Edgar Morin) id te nu moz ʒe bun felo na somtemim Alzasi, Franci, Europan… id, parkà ne, moldi politan ?

★ ★ ★

longiTab

Eke Uropi publizade be de Forum

★ ★ ★

De Dama od St-Cipriàn  
Foram ce ʒivì su u seilibat ki ci maʒ id vaizì ʒe mol; sim ce sì in kontàkt ki mole lingas id vizì de nudid Uropi wim linga komunikadi.

Un alten dama wen nu konì ne dafòr setì pro tale argumente we se siudim nìas:
Uropi semì co un obvizid: ce tranomì de nudid id de urʒad unizo de polke Europu; u komùn linga sev de cemènt. Un doʒì apìto de subevàld u solen nasioni lingu: de uniòn Europan polkis doʒì vido bazen su de ruspèk a tale polke, idsim a li lingas, pardà se nudi u komùn linga neman in kont di varid. De struad som Uropi rupìct de varid lingus voken in Europa; di se obvizi. Un mozev ne soino ov u bunes ambasadora po Uropi.

Do 19h nu avì de prijad kogono Marion G. we ʒiv in Novi Jork id se de fundora de Barden Project id Barden Linguistics inkargen ov promuvo lingu intrametade. Ce volì ajuto Uropi a ci list lingus. Nu avì wajim ne de tem disvoko ki ca, par nu doʒì obvigim aprano de stand. Ba nu ve stajo in kontàkt.

De interès
Maj id maj numari se daze we av ʒa oren ov Uropi, tramìd altene su Internet o zi in Tulùz, wim da neti forpater ki u lati smij id stijan oje we som usklarì Uropi a hi possòn.
De majsan vizitore vidì inpresen pa de kamolad id kalitad de varki. « Samòl vark ! » sì de usklàj wen nu orì molvos. Maj id maj liente fel de nud po u struen linga wim u midel intranasioni komunikadi.

Nu mozì bestalo u gresan disinterès po intranasioni Engli o Globic (Se di kovigen a Brexit id a de avenad Trumpi in de Bij Has ?) U studan kospekì te Engli se ne u linga komunikadi is te nu nudì u maj slimi linga. Ingeniori studane dezì no te Engli vidì lo inforsen in eki kurse wo lu vidì oʒe obvigen komuniko intra la in Engli, wa detì la ruakto ki u rujetad. Po la de Engli uzen sim sì u plati, anklori id angusti linga.
Solem du od ni vizitore difensì Engli: de Cin od Hâng Kâng id u Tuluzi dama we davì no nun argumènt.

★ ★ ★

stand4

★ ★ ★

Ni majsan vizitore avì nevos oren ov Indeuropan dafòr, id de komùn odvenad ni lingus facinì la, partikulim de ‘vordar’ resuman de Etimologic vordar we pomozì lo slogo de usvolpad rodis od PIE tis odia in tale kotogen lingas. Lu vidì os interesen ov de kovige intra Uropi id de alten I-E lingas, id spekì de liste semli vordis ki 25 lingas (od Albàni a Lituvi, od Bretàni a Hindi, od Espàni a Tceki, od Greci a Kurdi, od Doski a Persi, od Rusi a Oksitàni…)

De keste… de usklarade
Prim ov de genìz Uropi: « Kim genì Uropi ? Ka davì vo de idea ? »
Naturim i vokì ov mi kogonad, be ald 16 jaris, ki de Vordar de rodis Europan lingus pa R. Grandsaignes d’Hauterive. Nu doʒì usklaro ka sì de komùn rode par mole od la avì nevos oren ov Indeuropan. Neman eke sampe wim ‘mata’ o ‘sol’, nu dikì lo wim de I-E rode *méhₐtēr o *séhₐul vid finden odia jok in de majsan I-E lingas.
« Sim, kim dez un ‘soleil’ in Uropi ?
Vu som ve dezo mo
sol’ ?
Bravo, vu av vingen ! »

Nu instajì su de moderni id slimi aspèk Uropi vordis koeglen ki de koplizen forme Indeuropan rodis (ki laringale… i.s.p., Vz sube id ude). Proto-Indeuropan se ekwim, po Uropi, u seni forpater (Ur-Opi in Doski sin forforpater), u forgèn polen ki visad we tradàv jo gradim hi misteric konade, de Indeuropan rode. In fakt, ‘Uropi’ sinì ‘Europan’ dafòr, id je sin da in Maori odia: ūropi.

Nu usklarì os te Uropi se u mol demokratic linga: … de majsad ving.
Po samp je ste bemìn 2 Indeuropan rode po ‘vod’: *hₐekʷehₐ- (we davì ‘aqua’ in Romaniki lingas) id *wódr̩- wen un moz findo in tale Slavi (voda), Balti (vanduo) id Germàni lingas (water, vatten, vand…), in Veti Greci (hudôr) id os in Romaniki lingas (onda, onde), da se beròn 30 lingas gon 6 lingas po ‘aqua’.

★ ★ ★

vod copie

Vod in Europan lingas

★ ★ ★

De gramatik
Je somiv a u slimizen Engli gramatik. De verb in prosàn se somi a un Cini verb (Vz sube). Adjetìve id participe se anvarizli. Je ste ne subjuntìv. Od de ric I-E disklinade, Uropi wim Engli id Skandinavi lingas av garen solem u genitìv we vid os uzen po formo adjetìve id koseten vorde; po samp: sol > soli, u soli dia, > soliflòr.
« Ka longim dur je po lero Uropi ? » Je s’anlezi a dezo wan un ler solen su Internet, ba de spelikurse dik no te pos 60 hore (2 sedias 30 horis), un vok nerim flujim, avan mastoren tal gramatik id u list eke 1600 vordis (wa koruvòk a de 20 lesione de leribibi Vokem Uropi).

Esperanto
Eke vizitore pragì no: « Sim je se wim Esperanto ? » o « Je se wim Esperanza ? » (sic). « Ka se de disemid ki Esperanto ? »
Nu avì ne partikulim u zel voko ov Esperanto, ba nu mozì os ne apnego ruvoko lo. Nu usklarì te de pri disemid sì in de mod in wen vorde vidì uscepen. Uropi uscèp de maj komùn vorde in I-E lingas wim ‘vod’ (Vz sube) o ‘sol’ (od Espàni o Swedi sol a Greci hêlios, od Rusi solntse, a Hindi sūraj, od Lituvi saulė a Bretàni heol…).

Begòn Esperanto sem uscepo ji vorde usfalim in Europan lingas, wim po samp birdo (od Engli bird, ba we esìst in nun alten linga id wej odvenad se priʒe murki), o knabo (inlesten solem od Doski Knabe we vid nemaj uzen in moderni Doski), o pomo (od Franci pomme, we esìst solem os in Katalàni, par in Itali pomo sin ‘frut’ wim in Latini pomus). Gonim de Indeuropan komùn rod: *h₂ebōl dav ‘apel’ in 29 lingas. Naturim un moz ne blamo Zamenhof po avo ne konen Indeuropan we vidì seten in luc maj posen.

★ ★ ★

snevMat

★ ★ ★

Ba sim, pragì no u dama od d’assosiad Euzkal Babel, kim dez un ‘oiseau’ in Uropi ?
U trapikest.
De Indeuropan rod *hₐewei- vid finden in poje moderni lingas: Latini avis davì ave in Espàni id Portugi, au in Katalàni, id vorde wim avicole, avion in Franci; de minizi form de Latini vordi: avicellus davì It. uccello, Kat. ocell, Oks. aucèl, Fr. oiseau (od veti Fr. oisel). De I-E rod davì os Bretàni houad, Kimri hwyad (and), wim os Armèni hav (gala); di se poj.

Altenzatim eki Indeuropaniste find u vig intra di rod id de nom ‘ovi’:  *hₐō(w)i-om in PIE, we davì Uropi ‘ov’ (de evi kest ov ovel id ov). Nu av sim struen ‘ovel’ od de nom ‘ovi’ id od Latini avicellus: de prodèl se te de zone di vordi: -o-el koruvòk ne solem a uccello, ocell, aucèl, oisel… ba os a de zone de Germàni vordis: Do Vogel, Nl vogel, Sw fågel.


Ba i rusikurì ni vizitore: de etimologij Uropi vordis se rarim os koplizen.

Po kokluzo,
nu moz dezo te nu felì u metad in de atmosfèr de Forumi: de keste wen un pragì no, id koslogim ni usklarade, sì maj konkreti, min teoric, min ideologic, mojse min tekniki, ba siurim min polemiki. De nud findo u konkreti sluz po intranasioni komunikad tra u struen linga vidì maj id maj uspresen. Vari intravokore dezì no ov Uropi « Ba je s’obvizi ! » Strani te je s’ne obvizi os in Brusèl !

Ekune felì u poj tristid po ne dezo angòst pro da Europa we sem so disluzan, id menì ja urʒan findo u cemènt po unizo Europan polke: « Solem u komùn linga moz deto ja » dezì no un intravokora.
Un felì do Uropi id de ideas wen je se peran u maj feladi, u maj inmuvadi, min intelektal interès, u nud a sperad, po ne dezo a ‘esperanza’.

Pos 19h, be de momènt wan nu doʒì aprano ni zoce, nu vidì bloken in u trafiki obtòp in de parkia, ba felicim nu ustelì kargo tal in de vag for de pri liuvigope inizì falo. Nu sì ustanen ba felic ov de ricad id verfelid ni intrametadis ki ‘mold in miniatùr’. Nu sì bun tegen in de vag wan u disliùv falì su de pol.


★ ★ ★

Vizstrande

★ ★ ★

Forom 2018
« Bien sûr nous eûmes des orages… » chantait Jacques Brel.
En cette fin de mai toute la France est sous l’orage; mais Dieu merci, à Toulouse, nous y échappons. Ce dimanche 27 mai, sur la Place du Capitole, le ciel se partage entre soleil et nuages, à huit heures, quand nous installons notre stand.

La matinée est plutôt tranquille avant l’arrivée des visiteurs, ce qui nous permet de faire le tour du Forom, en s’arrêtant à différents stands: le stand hindi, toujours très coloré, le stand thaï… etc. Je fais halte aussi au stand wolof où je discute avec un Sénégalais de Thiès et sa compagne. Thiès est la ville où j’ai vécu là-bas. Je lui dis que j’avais appris le wolof, mais que j’ai presque tout oublié, à part les salutations. Nous échangeons des souvenirs sur ‘notre ville’.
Je parle aussi avec des Russes à l’un des 2 stands russes, où l’on me donne des bonbons, et avec notre voisin suédois du stand d’à côté (voir ci-dessous). Je fais un saut au stand chinois tout proche pour vérifier la prononciation de certains mots mandarins que je vais donner comme exemples.

C’est alors qu’arrive de Paris notre ami Gérard qui va bien nous aider plus tard pour expliquer l’Uropi quand nous serons débordés par le flot de visiteurs, et nous avons également le plaisir de revoir notre ami Henrìk du Casal Català.

L’après-midi, l’air devient très chaud et étouffant; heureusement que souffle un petit vent qui nous rafraîchit un peu. C’est alors que commence l’afflux des visiteurs; plus qu’un flot, c’est un véritable tsunami: nous ne savons plus où donner de la tête, et nous avons à peine le temps de respirer. Nous ne pouvons pas répondre à tout le monde: certains doivent se contenter d’écouter ce que nous disons aux autres et de prendre nos adresses internet.

★ ★ ★

CasCatal

★ ★ ★

Qui sont nos visiteurs ?
Enormément de jeunes: étudiants, stagiaires ou jeunes professionnels, une majorité de femmes… et des personnes plus âgées, dont certaines ont étudié l’espéranto…

Les sociologues
Le détenteur d’une maîtrise de sociologie est passionné par l’indo-européen. Il pense que la langue conditionne une vision du monde (je ne sais pas s’il a participé au débat de l’après-midi portant sur cette question). Il considère également que l’anglais (devenu Globish) ne peut pas être la langue de communication universelle.
Un étudiant en économie et sociologie trouve que l’Uropi peut être un moyen de communiquer sans supplanter les autres langues.

Les ingénieurs
Nous rencontrons un certain nombre d’étudiants-ingénieurs (voir ci-dessous).
Un étudiant ingénieur a effectué un stage de 4 mois en Russie; il est convaincu de la nécessité d’une langue de communication: les Russes ne parlent pas anglais (ou très peu)
Toulouse étant la capitale de l’aérospatial il y a beaucoup d’échanges avec la Russie: des ingénieurs russes viennent y travailler ou en stage et des Français vont en Russie.
Les Russes
cette année, nous avons rencontré beaucoup de Russes au forum (notamment ceux de l’Aérospatiale). Jürgen E., ingénieur russo-allemand est très intéressé par l’Uropi: il est bien informé sur l’indo-européen et nous parle des recherches génétiques qui devraient permettre de reconstituer avec davantage de précision l'itinéraire des migrations indo-européennes. Sa compagne, russe également est très touchée par la traduction de Дама с собачкой (la Dame au petit chien) de Tchékhov en Uropi.

★ ★ ★

stand00

De Uropi stand

★ ★ ★

Les Italiens
Beaucoup de jeunes, souvent en couple, viennent d’Italie… de Sicile (A. et G.) et ont la nostalgie du pays…nous parlons de Camilleri et du commissaire Montalbano, dont nous sommes tous deux inconditionnels… une jeune Sarde de Cagliari accompagnée d’une Colombienne… puis un groupe d’Italiennes…
Tous ont droit au test de prononciation: on leur demande de prononcer une phrase Uropi, généralement le titre d’une de nos publications: non seulement leur prononciation est parfaite, mais ils mettent spontanément l’accent au bon endroit: c’est un véritable plaisir, et nous les applaudissons.
Je leur dis que si nous étions riches, nous les embaucherions pour enregistrer des textes et des dialogues en Uropi; une des jeunes Italiennes me répond que l’an prochain nous serons riches et nous pourrons l’embaucher.

Il faut dire que le chômage touche 33% des jeunes Italiens, même en Italie du nord comme nous le déclare une jeune fille de Novara: beaucoup doivent s’expatrier, notamment à Toulouse pour trouver du travail. Ces Italiens expatriés rencontrent des problèmes de communication; ils ont peur de la montée des nationalismes en Europe. Une Française italophone est très préoccupée par la situation en Italie; elle affirme que l’Europe ne sera pas sauvée sans une langue commune. Ce n’est pas nous qui dirons le contraire.
 
Les Asiatiques
Un Chinois de Hââng Kââng avec lequel nous discutons en anglais. (j’ai mis un certain temps, faisant mentalement le tour des provinces chinoises, avant de comprendre qu’il s’agissait de Hong Kong) est un des rares à défendre l’anglais comme langue internationale. Nous rencontrons un Vietnamien de Saïgon (Ho Chi Minh Ville) accompagné d’un Russe. Un Japonais avec qui nous parlons de « pan-ya » (boulangerie en japonais) ce qui donne « pan-or-ia » en Uropi: je lui explique que ce n’est pas ‘le lieu du pain’: ‘pan’, mais le lieu où travaille le boulanger: 'panor'.

Nous développons également la parenté qui existe entre le présent du verbe en mandarin et en Uropi: dans les 2 langues, on utilise la base verbale invariable à toutes les personnes, comme dans ‘parler’: wǒ, nǐ, tā, wǒmen, nǐmen, tāmen shuō = Ur. i, tu, he, nu, vu, lu vok, ainsi que la formation similaire des mots composés, comme dēngtǎ  (lampe-tour) = Ur. lucitòr (lumière-tour) = phare.

★ ★ ★

debat

De debàt "Av jaki linga u siavi moldivizad ?"

★ ★ ★

Les hispanophones
Un prof d’espagnol originaire de Bolivie nous dermande comment a été créé l’Uropi. Les espagnols sont très nombreux.

Les germanophones
Des Allemands de Munich et de Heidelberg s’intéressent à la construction des mots en Uropi et un couple de jeunes Américains nous interrogent sur la grammaire: ils sont ravis de l’absence de subjonctif, mais déplorent la présence d’un féminin.
Avec notre voisin suédois, nous parlons un peu du suédois et de la similitude entre les infinitifs suédois et Uropi: skriva / skrivo, bränna / breno, falla / falo, koka / koko, läsa / liso, sätta / seto… Il écrit des poèmes avec des mots de différentes langues. Nous devons nous revoir pour poursuivre la discussion, mais l’afflux de visiteurs ne nous en laisse pas le temps.

Les Bulgares
Un homme seul, puis une famille avec mère, grand-mère et petits enfants, puis deux jeunes. Ils sont surtout attirés par l’affiche I liam ta (je t’aime) et l’équivalent bulgare: Obitcham te… obitcham te !

Les crypto-espérantistes, le Toki-poniste et le prof. d’occitan-castillan
Ils sont très peu nombreux: 3 ou 4 au maximum. Pourquoi cette appellation ? Parce qu’ils avancent ‘masqués’: ils n’annoncent pas de but en blanc qu’ils sont espérantistes, mais tournent autour du pot. Pourquoi ne pas jouer cartes sur table ? Nous n’avons jamais refusé la discussion avec les espérantistes.
Une espérantiste qui se présente comme telle est curieuse de la façon dont s’est formé l’Uropi.
Quelques personnes âgées nous disent: « J’ai étudié l’espéranto dans ma jeunesse; mais ça n’a pas marché; j’ai laissé tomber. »

Le Toki-Poniste, qui a vu notre invitation sur Internet, nous affirme qu’une centaine de mots suffisent, comme en Toki Pona, pour une LAI (langue auxiliaire internationale). Sûrement pour boire, manger, dormir… mais si l’on veut aller plus loin ? Peut-on traduire M. Yourcenar, George Orwell ou Alice au Pays des Merveilles, les poèmes de Baudelaire ou de Hermann Hesse avec 100 mots ?
Nous lui répondons que "qui peut le plus, peut le moins"… et que, sur les 20 000 mots de l’Uropi, on peut très bien se contenter d’en apprendre une centaine.

★ ★ ★

stand1

★ ★ ★

Le professeur d’occitan-castillan adopte la démarche exactement inverse: il rejette l’idée même de langue internationale; il nous dit qu’il a d’ailleurs refusé d’apprendre l’anglais ou le Globish. Pour lui, toute langue est culture, et chacun doit apprendre la langue du pays qu’il visite. Nous lui faisons remarquer que ce n’est pas donné à tout le monde d’apprendre autant de langues, et que certaines personnes ont bien du mal avec le seul anglais. Cela ne le convainc pas: pour lui, c’est une question de volonté: pour apprendre n’importe quelle langue, il suffit de le décider.

Les associations
Une association basque de Bayonne: Euzkal Babel veut développer la pluralité linguistique et promouvoir l’apprentissage des langues et des échanges.
Dans l’association Elles marchent 64: M.J.A est convaincue qu’une langue commune pour l’Europe est une nécessité absolue pour pérenniser l’Union Européenne. "L’intérêt pour ou l’amour des gens passe par l’intérêt pour ou l’amour des langues". Le tour du Forom des Langues est pour elle son « tour du monde ».

Les Français
Un couple de jeunes Alsaciens de Strasbourg qui trouvent la démarche intéressante et me demandent:
« Vous sentez-vous plus français ou plus européen ? »
Je leur explique alors que nous avons tous une identité multiple (L’Unitas multiplex d’Edgar Morin) et que nous pouvons très bien nous sentir à la fois alsacien, français, européen… et, pourquoi pas, citoyen du monde ?

La Dame de St-Cyprien  
Elle a vécu sur un voilier avec son mari et beaucoup voyagé; elle a donc été en contact avec beaucoup de langues et voit la nécessité de l’Uropi comme langue de communication.

★ ★ ★

Bun dia

★ ★ ★

Une autre dame que nous ne connaissions pas auparavant avance tous les arguments qui sont habituellement les nôtres:
L’Uropi lui semble une évidence: elle évoque la nécessité et l’urgence de réunir les peuples d’Europe; une langue commune en serait le ciment. Il faut éviter l’hégémonie d’une seule langue nationale: l’union des peuples européens doit se faire sur le respect de tous les peuples, donc de leur langue, d’où la nécessité d’une langue commune qui prend en compte cette diversité. La construction même de l’Uropi est le reflet de la diversité des langues parlées en Europe; c’est une évidence. On ne saurait rêver d’une meilleure ambassadrice pour l’Uropi.

Vers 19h nous avons le plaisir de rencontrer Marion G. qui vit à New York et est la fondatrice de The Barden Project et de Barden Linguistics chargés de promouvoir les échanges linguistiques. Elle souhaite ajouter l’Uropi à sa liste de langues. Nous n’avons malheureusement pas le loisir de discuter, car il nous faut impérativement démonter le stand. Mais nous restons en contact.

L’intérêt
De plus en plus nombreux sont ceux qui ont déjà entendu parler de l’Uropi, notamment sur internet, ou à Toulouse même comme ce gentil grand-père au large sourire et aux yeux malicieux qui explique tout seul l’Uropi à son petit-fils.
La plupart des visiteurs sont impressionnés par la quantité et la qualité du travail: « Quel travail ! » est l’exclamation qui revient sans cesse.

De plus en plus de gens ressentent le besoin d’une langue construite comme moyen de communication internationale. Nous constatons un désintérêt croissant pour l’anglais international ou le Globish (y-a-t-il un rapport avec le Brexit et l’arrivée de Trump à la Maison Blanche ?) Des étudiants-ingénieurs nous disent que l’anglais leur est imposé dans certains cours où ils doivent même communiquer entre eux en anglais, ce qui aboutit à un phénomène de rejet (l’anglais utilisé est une langue plate et sans saveur). Un étudiant considère que l’anglais n’est pas une langue de communication: il nous faut une langue plus simple.

Seuls 2 de nos visiteurs ont défendu l’anglais: le Chinois de Hâng Kâng et une dame toulousaine qui ne nous a donné aucun argument.

★ ★ ★

parkà

★ ★ ★

La plupart de nos visiteurs n’ont jamais entendu parler de l’indo-européen auparavant et c’est cette origine commune de nos langues qui les fascine, en particulier le condensé du dictionnaire étymologique qui leur permet de suivre l’évolution d’une racine du PIE à nos jours dans toutes les langues concernées. Ils s’intéressent également aux rapports qui existent entre l’Uropi et les autres langues i-e et consultent les listes de mots semblables entre l’Uropi et 25 langues (de l’albanais au lituanien, du breton au hindi, de l’espagnol au tchèque, du grec au kurde, de l’allemand au persan, du russe à l’occitan…)

Les questions… les explications
La genèse de l’Uropi: "Comment l’Uropi est-il né ? Qu’est-ce qui vous a donné l’idée ?"

Evidemment, je réponds ma découverte à 16 ans du Dictionnaire des racines des langues européennes de R. Grandsaignes d’Hauterive. Il faut expliquer ce que sont les racines communes car beaucoup n’ont jamais entendu parler d’indo-européen: à partir d’exemples comme mata (mère) ou sol (soleil) on montre comment des racines i-e *méhₐtēr ou *séhₐul se retrouvent aujourd’hui encore dans la plupart des langues i-e.
"Alors, comment dit-on ‘soleil’ en Uropi ?
- C’est vous qui allez me le dire
- ‘Sol’ ?
- Bravo, vous avez gagné."

On insiste sur l’aspect moderne et simple des mots Uropi par rapport à la complexité des racines indo-européennes (laryngales… etc, voir ci-dessus et ci-dessous). Le proto-indo-européen est en quelque sorte, pour l’Uropi un vieux grand-père (en allemand Ur-Opi = arrière grand-père), ancêtre plein de sagesse qui lui transmet peu à peu ses connaissances mystérieuses: les racines indo-européennes. En fait, Uropi signifiait ‘européen’ en Uropi ancien, ce qui est le cas aujourd’hui en maori: ūropi.

On explique aussi que l’Uropi est une langue très démocratique: … le choix majoritaire s’impose.
Par exemple, il existe au moins 2 racines i-e pour l’eau: *hₐekʷehₐ- (qui a donné ‘aqua’ dans les langues romanes) et *wódr̩- que l’on retrouve dans toutes les langues slaves (‘voda’), baltes (vanduo), germaniques (water, vatten, vand), en grec ancien ‘hudôr’, dans les langues romanes: ‘onde’, ‘onda’ (environ 30 langues), contre 6 pour ‘aqua’) d’où l’Uropi ‘vod’.

Seuls 2 de nos visiteurs ont défendu l’anglais: le Chinois de Hâng Kâng et une dame toulousaine qui ne nous a donné aucun argument.

★ ★ ★

sol1 copie

Sol in Europan lingas

★ ★ ★

La Grammaire
Ressemble à une grammaire anglaise simplifiée: le verbe au présent est pareil à un verbe chinois (voir ci-dessus). Les adjectifs et participes sont invariables. Il n’y a pas de subjonctif. Des riches déclinaisons i-e, l’Uropi, comme l’anglais et les langues scandinaves n’a conservé qu’un cas: le génitif qui s’utilise pour former des adjectifs et des noms composés, par ex. sol (soleil) > soli = du soleil, solaire > soliflòr = tournesol ‘fleur de soleil’.

« Combien de temps faut-il pour apprendre l’Uropi ? » Difficile à dire quand on apprend tout seul sur internet. Mais les stages intensifs nous montrent qu’au bout de 60h (2 semaines de 30 h) on parle presque couramment, ayant maîtrisé la totalité de la grammaire et un lexique de 1600 mots (ce qui correspond aux 20 leçons de la méthode Vokem Uropi.

L’espéranto
Certains visiteurs nous demandent: « Alors, c’est comme l’espéranto ? » ou bien « c’est comme l’espéranza ? » (sic), « Quelle est la différence avec l’espéranto ? »
Ce n’est pas que nous ayons une envie particulière de parler de l’espéranto, mais nous ne pouvons pas refuser d’y répondre.
On explique que la différence essentielle se situe d’abord dans le choix du lexique: l’Uropi va choisir le terme le plus commun aux langues i-e, comme vod (l’eau: voir ci-dessus) ou sol (le soleil: de l’espagnol ou du suédois sol au grec hêlios, du russe solntsé, au hindi sūraj, du lituanien saulė au breton heol). On a l’impression au contraire que l’espéranto choisit ses mots au hasard dans les langues européennes, comme, par exemple birdo (de l’anglais bird, mais qui n’existe dans aucune autre langue et dont l’origine est plutôt obscure) ou knabo (emprunté au seul allemand Knabe, mais qui ne s’emploie plus en allemand moderne) ou pomo (pomme, qui n’existe qu’en fr. et en catalan, alors que l’it. pomo, comme le latin pomus = fruit, et que la racine i-e commune: *h₂ebōl se retrouve dans 29 langues).

Bien entendu, on ne peut reprocher à Zamenhof d’avoir ignoré l’indo-européen, mis en lumière par des recherches ultérieures.


★ ★ ★

grece

De Greci stand

★ ★ ★

Mais alors, nous demande une Bayonnaise de l’Association Euzkal Babel, comment dit-on ‘oiseau’  en Uropi?
Question piège.
La racine i-e *hₐewei- se retrouve dans peu de langues modernes: le latin avis a donné ave en espagnol et portugais, au en catalan et des mots comme avicole, avion en fr.; son diminutif avicellus a donné it. uccello, cat. ocell, occ aucèl, fr. oiseau. La racine i-e a également donné le breton houad et le gallois hwyad (canard), ainsi que l’arménien hav (poule); c’est peu.

Par ailleurs, certains indo-européanistes rapprochent le nom de l’oiseau de celui de l’oeuf: *hₐō(w)i-om qui donne l’Uropi ov = oeuf, (l’éternelle question de la poule et de l’oeuf). Nous avons donc formé ovel = oiseau à partir à la fois du nom de l’oeuf: ov et du latin avicellus. L’avantage est que le vocalisme de ovel correspond à celui de uccello, ocell, aucèl… mais aussi à celui des termes germaniques: al Vogel, nl vogel, sué fågel
Mais je rassure nos visiteurs: l’étymologie des mots Uropi est rarement aussi complexe.

Pour conclure,
nous pouvons dire que nous avons ressenti un changement dans l’ambiance du Forom: les questions qui nous ont été posées et, par conséquent nos explications ont été plus concrètes, moins théoriques, moins idéologiques, peut être même moins techniques et surtout moins polémiques. Le besoin de trouver une solution concrète à la communication internationale par le biais d’une langue construite se fait de plus en plus sentir. Plusieurs de nos interlocuteurs nous ont dit à propos de l’Uropi: « Mais c’est une évidence! » C’est curieux que ça ne soit pas aussi une évidence à Bruxelles !

Certains ont manifesté un sentiment de tristesse, sinon d’angoisse face à cette Europe qui se délite, d’où l’urgence de trouver un ciment qui unirait les peuples d’Europe: seule une langue commune peut jouer ce rôle nous dit une interlocutrice. On a senti envers l’Uropi et les idées qu’il véhicule un intérêt plus sentimental, plus émotionnel, moins intellectuel; un besoin d’espérance pour ne pas dire d’ 'esperanza'.

Après 19h. au moment de ranger, nous nous retrouvons bloqués dans un embouteillage dans le parking, mais heureusement nous réussissons quand même à charger notre matériel avant que les premières gouttes ne commencent à tomber. Nous sommes fourbus, mais heureux de la richesse et de la sincérité des échanges avec ce ‘monde en miniature’. Nous sommes bien à l’abri dans la voiture quand le déluge s’abat sur la ville.

★ ★ ★

muzea

"Uropi muzea": de pri "bibe" in veti Uropi

★ ★ ★

I do apologize to our Englishspeaking readers, but the English version is not availble yet; it will be in the next message.