★ ★ ★

* Uropi Nove 98 * Uropi Nove 98* Uropi Nove 98 *

★ ★ ★

marsart

★ ★ ★

Toulouse 2016 : u heroji forum

★ ★ ★

Be Soldia 29i Maj, wim jaki jar dod 2010 nu partinemì a de Forum de Lingus Moldi su Plaz de kapitoli in Tulùz.

Nu zavì in forad te nu mojev avo probleme: prim po findo benzin po faro niz a Tulùz id ru, par de rafinorias vidì bloken pa straikore protestan gon de simnomen "Labòri Leg". Nu mojev os avo probleme ki trene: frame od Nordifrancia doʒì veno trenim id ernivaji varkunione avì os drozen straiko.

Suprizim, je stì nun truble ki trene id ni frame mozì aveno be de regi forvizen hor. Nu mozì os polno ni bak for de apfàr, obte de prefet avì limiten a 20 litre de kamolad benzini wen jaki vagor mozì nemo. Su de autoràd, je stì nun anlezid po findo benzin id polno de bak, id os ne unvos avenen in Tulùz. Sim nu avì sat benzin po faro ru dom. I men te de medias avì grosim uvedezen ov de mank benzini, id deten liente paniko.

De forum tale katastrofis

Un alten forvizen trubel sì de verem. In de ses fori jare un avì aven u magibèl soli dia po de Forum. Di jar, de veremi forvize anonsì tormade po de Sabadiu vespen id os po de slogan noc, wa usvenì; pur nu invartì sol id nolbe ki eke rari liuvifale po de Soldia. Nu avì aperen plastiki tolde po protego de stand, de pictitable, de bibe id dokumente.

Be oc hore be Soldia, nu inizì instalo de stand ude u nolbi hel, ba felicim ane liuv, speran te maj posen sol mozev truporo de nolbe. Fendim u poj sol asemì id nu sperì te je mozev vikto de nolbe id davo no u bel dia. Davos nu vizì ki prijad ni fram Anoev aveno od de Parisi regiòn. Ba plozim nar nolbe avenì racim, invadan hel sube de plaz Kapitoli, id u violti liuv inizì falo, suflujan de stande. Nu racì us po stalo ni plastiki tolde id fisto la ki vacikleme a de gride po protego de pictitable. Wajim da liuvifale venì sam ki u krati vint, flan tormim intra de Kapitòl id de stande, we aprisì de tolde. Varkan febricim in de liuv, nu probì fisto de plastike maj sikurim, ba ni sfore sì vani: de vacikleme vidì aprisen - id os de spesial kleme po fisto tabitece su tabe - de tolde vidì flen ap.

Vod sì flujan id gopan talia, partikulim intra du juten stande wo nu avì opregen de gride ki pictitable. De bod sì talim suflujen, u veri lagit in wen nu sì plopan; de situasiòn sì ne bunes in de Polski stand bezàt, id jok pejes in de Vietnami stand pro na, we avì apsolutim nun protegad id vidì ataken pa vint id liuv su tri zate.

★ ★ ★

plastik

De Uropi stand in vinte id liuve

★ ★ ★

De doje se irgen

Da semì tipiki Midimari liuvifale: violti id kurtiduri, id indèt, kurtim dapòs, hel vidì azuli id sol cijì. Suprù su de skenia dansore inizì danso id santore santo, Marsi-arti spektade vidì predizen su de Oksitani Kros. Laj, di trapàc sì kurtiʒivi: hel vidì nolbi revos id violti liuvifale reinizì. Nu avì pen aven tem po nemo ap id peldo de tolde te nu doʒì seto la ru. Di altenivad soli id liuvi periodis durì tis de vespen wan felicim nu avì solicìj po dimonto de stand id aprano tal ni aredad id dokumente.

De kosloge sì katastrofi. Mole pictitable id plakade vidì damen id os eke od ni bibe id dokumente.

Naturim nu avì mol min vizitore te siudim; wim u visemajor od de Tuluzi polihàl we venì vizo na dezì: "De doje se irgen". "Aj," nu ruvokì ho "Aguirre o de irgad dojis", tranoman u Doski film pa Werner Herzog ki Klaus Kinski, wa prijì ho mol.

Kalitad instà kamolad

Obte de vizitore sì mol min numari - nu vizì ne mole od de siudi pasitore id "turiste" - daze we venì, gon vint id torme sì mol maj motiven id interesan, pragan de regi keste, ane a priori ʒudade we kozev polemike, ba priʒe verfelim gurnovi, simpatic id inkarʒan. De majsan od la se pasionen pa lingas, oʒe is li tradi aktivide se alten, id naturim de kontakte sì maj neri wan nu probasì lo ito in de stand po tego sia od liuv.

★ ★ ★

novosi

U skrit od Novosibirsk

★ ★ ★

Tramìd la u mol simpatic medikor id hi maʒa venì do na smijan. He dezì te he avì studen medik po prijo a hi pater, os u medikor, ba te he som prigusì lingas id avì os proben kreato hi siavi linga be ald oc jaris. He pragì mo, wim mole altene dapòs, kim Uropi genì: "Ka davì vo de idea kreato da linga ?" I usklarì ho mi diskrovad de vordar Indeuropan rodis id slogim de genad Uropi. U varmi momènt. Nu vizì os vari ingeniore, tramìd wen u Galisian ingenior vokan Itali, Franci, Engli, Espàni, id naturim Galisi, id os u Franci ingenior-procekor in fizik we doʒì faro ap a Rusia id ʒivo in Novosibirsk po deto procekade. He dezì no te zadàl, Engli sev ho poj uzi, par Ruse vok ne Engli, o vol ne voko ja: un intranasioni eldilinga sev ʒe nudi.

Nu vizì os mole Espàne: Galisiane, lingu dictore in Narbòn, du pare od Madrìd, id mole alten studane. Eke od la sì od Valensa, id os od Andalusia id sì mol suprizen vizo de Andalusi flag su ni stand; i doʒì usklaro lo in Espàni (felicim ne in Andalusi) ov mi personi kovige ki Andalusia.

Mole od ni vizitore sì os dictore id profesore, tramìd wen u profesor Itali be Universitad Paris III, id u dictora Franci a wen i lisì de Uropi tradutad Ponti Mirabò. Pur, de grenes numar vizitoris sì andubim studane - cevim lingu studane, bemìn liente vokan vari lingas - od mole nasionide: Galisia, Haitia, Senegàl, Espania, Polskia, Ʒordania, USA… u jun Franc we avì ʒiven id dicten Franci in Brazìl id subetàl du carmi jun Malesianas. Lu sì studanas in Tulùz id incepì suprù wim Uropi vidì formen: u komùn linga bazen su de Indeuropan komùn rode, id de numari semlide - obe leksiki id gramatiki - esistan intra Europan lingas. Uvedà, lu vidì partikulim sensivi ov de fakt te Uropi, tra ji formad, davev un "Unid in de varid" Europan lingus id mozev verim "kreato u vig intra polke". Idmàj, lu incepì te Uropi sì os un oprad su alten lingas, te kono ja pomòz a liente we se ne lingu spesialiste, diskrovo, vido interesen ov alten lingas, id mojse lero la. Lu sì mol entusiasti id ve proseto Uropi in li universitad; wim un od la sì studan de Miki Prins in Franci, ce sì mol glaj findo ja in Uropi. Da sì u mol bel kogonad.

★ ★ ★

for1

★ ★ ★

Eke Esperantiste, o fori Esperantiste venì vizo na id disvoko in u mol opren id pozitivi mod: "I som lerì Esperanti foram…" "Ka se de disemid ki Esperanti?"o "Parkà kreato u novi linga wan je ste ʒa Esperanti?" Nu usklarì lo de disemide intra Uropi id Esperanti id de disemi provàd. Lu intelì apsolutim ne polemiko, ba priʒe disvoko seriosim, id lu semì verim interesen ov Uropi: semim lu volì nemaj laso ni stand po mozo proìto disvoko.

Nu vizì os "siudore", liente wen nu avì ʒa vizen in de fori jare, id we revenì po zavo maj, tramìd wen nu avì de prijad revizo ni fram S. Id, po fendo belim, de visemajor inkargen ki Varid be de Tuluzi polihàl venì vizito na. Nu vokì ov lingas id usklarì ho wim Uropi vidì formen id te je sinì un "Unid in Varid"; he sì mol interesen. He vokì os ov Semiti lingas id nu dezì ho te, obte Uropi se nun Semiti linga, je av komùn punte ki Arabi, po samp femin ki de fendad -a, id adjetive in -i.

Obte de liuv id de dame, da sì po na u bun dia ki bel kogonade.

Aventùr se aventùr

Be de Lundia, faran ru dom, je liuvì revos - u fin proìtan liuv we sì ʒe anprijan. Avenen intra Brive id Limòʒ je usvenì ekwa strani a mi vag: i mozì nemaj aspelo; wan i presì de aspeli pedàl, nit uspasì, id be som tem, nu orì u strani sisad venan od de motòr. Nu haltì po glado de motòr, ba vizì ʒe nit annormal. I mozì jok faro be 30 kme be hor, ba ne maj, id sim i mozì laso de autoràd id aveno a de miki pol Uzerce. Uzerce se u lovi griskami polit ki midievi tore, ba nu sì cevim interesen ov findo u garàʒ. Lu gladì vari zoce in de vag, wim de alifilter, id kokluzì fendim te je sì versemim de turbò (turbokopresèl), da se u mol serios avarij. I telefonì a mi asikuradi asistad we sendì u karvàg po transporto mi vag a de cevi VW garàʒ in Limòʒ; za lu koverì te je sì verim de turbò, id te lu doʒì meto ja. De asistad litì u vag po na pote nu mozì faro ru dom.

★ ★ ★

viet

De Vietnami stand

★ ★ ★

Ba de aventùr fendì ne za. Ni frame od nord avì meten li biliete po mozo faro ap trenim be de slogan dia. Be de morna in de stasia nu orì te vari trene po Parìs sì stopen par je sì probleme su de railivaje. Plozim ernivajore dezì te tale pasadore po Parìs mozì stepo in tren; lu farì ap, ba lu farì ne dal: lu vidì bloken id doʒì varto du hore in u neri stasia. Je avì liuven anstopim dod de Soldiu morna, mole arias sì suflujen id u terislìz avì damen de railivaj. Un dezì lo te buse venev po transporto la a de stasia Ri od wo trene sì jok faran a Parìs; i probasì lo duto la za vagim. Koduto intra de du stasias sì ne lezi par mole rade sì ʒa suflujen. Avenan a de stasia Ri nu menì te de truble sì fenden, ba da sì u gren irad: nun tren farì od za a Parìs, id mi frame doʒì varto de buse, mole od wen sì ʒa uvepolen, po vido duten a un alten stasia, in de Parisi regiòn wo trene funsionì. Fendim lu mozì nemo u holspeli tren po Lil id avenì a dom be 18h 30 - u vaiz 9 id mij horis, we normalim dur tri hore.

Pur i vol dezo te, obte ni trible, nu sì cansi: nu avì solem un avarij, mekaniki probleme, nè ni vage, nè ni trene vidì peren ap pa sufluje, ni rade vidì ne koten pa vode, obvigan na sopo in sportihale, ni hase vidì ne suflujen wim daze mole pavri lientis in de Orleànsi aria, id altia, we perlasì tale li posedade.

Di forum lingus sì pur u gren aventùr.

★ ★ ★

dépan

Ni vag vid transporten a de VW garàʒ

★ ★ ★

Toulouse 2016 : un forum héroïque

★ ★ ★ 

Dimanche 29 mai, comme chaque année depuis 2010, nous participons au Forom des Langues du Monde sur la Place du Capitole à Toulouse.

Nous savions à l'avance que nous pouvions rencontrer des difficultés pour trouver de l'essence pour descendre à Toulouse en raison du blocage des raffineries par les grévistes qui protestaient contre la "Loi Travail". Nous pouvions également avoir des problèmes de trains: des amis du nord de la France devaient utiliser ce moyen de transport, et les syndicats de cheminots avaient annoncé des grèves. A notre grande surprise, ils n'eurent aucun ennui et arrivèrent à l'heure prévue. Nous avons également pu faire le plein avant le départ bien que l'arrêté préfectoral limite la quantité d'essence à vingt litres par automobiliste; aucune difficuté non plus pour trouver de l'essence sur l'autoroute, ni à notre arrivée à Toulouse: nous avions donc le plein pour rentrer.

Je crois que les médias ont largement exagéré la pénurie d'essence, provoquant la panique chez les usagers.

Le forum de toutes les catastrophes

D'autres ennuis prévus étaient d'ordre météorologique. Les 6 années précédentes, nous avions eu un soleil magnifique le jour du Forom. Cette année, en revanche, on annonçait des orages pour le samedi soir et la nuit suivante, ce qui se produisit. Mais nous espérions une alternance de soleil et de nuages avec de rares averses pour le lendemain. Nous avions prévu des bâches plastiques pour protéger le stand, les panneaux et tous les documents.

★ ★ ★

urostand

Pos de liuv

★ ★ ★ 

A huit heures, dimanche, nous commençons à installer le stand sous un ciel couvert, mais heureusement sans pluie, en croisant nos doigts pour que le soleil réussisse à percer les nuages. Effectivement quelques trouées apparaissent dans le ciel, et nous prions pour que le soleil puisse en sortir vainqueur et nous offrir une belle journée. C'est alors que nous voyons avec plaisir arriver notre ami Anoev de la région parisienne.

Mais soudain de gros nuages noirs s'accumulent au-dessus des toits, envahissant rapidement le ciel au dessus du Capitole; une violente averse se met à tomber inondant les stands. Nous nous précipitons dehors pour accrocher les bâches et les fixer avec des pinces à linge aux grilles afin de couvrir les panneaux. Malheureusement ces averses s'accompagnent de violentes rafales de vent entre le Capitole et les stands, qui arrachent les plastiques. Nous nous activons fébrilement sous la pluie pour mieux fixer les bâches, mais nos efforts restent vains: les pinces à linge sont arrachées, et même les pinces spéciales destinées à fixer les nappes sur les tables: les plastiques sont emportés.

L'eau coule et dégoutte partout, en particulier entre deux stands contigus, là où nous avions dressé les grilles servant de support aux panneaux. Le sol est partout inondé et nous pataugeons dans un véritable petit lac. La situation n'est pas meilleure au stand polonais d'à côté, et bien pire au stand vietnamien devant nous: ils n'ont absolument aucune protection, et sont attaqués par la pluie et le vent de trois côtés à la fois

★ ★ ★

kanak

Kanaki dansore 

★ ★ ★ 

Les dieux sont en colère 

C'est à nos yeux une averse typiquement méditerranéenne: très forte mais de courte durée, et effectivement, peu de temps après, le soleil se met à briller dans un ciel devenu bleu. Aussitôt sur la scène les danseurs reprennent leurs danses et les chanteurs leurs chants; sur la Croix Occitane, on prépare un spectacle d'art martiaux. Hélas, la trève est éphémère: le ciel se couvre à nouveau et les averses reprennent tout aussi violentes. Nous avons à peine le temps de remettre les bâches que nous venions de retirer et de plier. Cette alternance de pluie et de soleil dure jusqu'au soir où nous avons la chance de profiter une période ensoleillée pour démonter le stand et ranger notre matériel.

Les conséquences pour nous sont catastrophiques. De nombreux panneaux et affiches ont été endommagés ainsi que des livres et autres documents.

Bien entendu, nous avons beaucoup moins de visiteurs que d'habitude. Comme nous dit un adjoint au maire de Toulouse venu nous rendre visite: "Les dieux sont en colère" - "Eh, oui," nous lui répondons, "Aguirre ou la colère des dieux", citant le film de Werner Herzog avec Klaus Kinsky, ce qui lui a beaucoup plu.

★ ★ ★

damen

U damen pictitabel

★ ★ ★

Qualité plutôt que quantité  

Bien que les visiteurs soient moins nombreux - les habituels promeneurs et "touristes" ne s'attardent pas sous la pluie - ceux qui viennent, bravant vents et marées, sont plus motivés et intéressants, posant des questions pertinentes, sans jugements a priori suscitant la polémique, mais plutôt animés par une curiosité sincère, une sympathie se traduisant par des encouragements. Ils sont pour la plupart passionnés par les langues, même si leur activité professionnelle est tout autre, et un rapprochement s'opère tout naturellement lorsque nous les accueillons sous notre stand pour les abriter de la pluie.

Parmi eux un médecin et sa femme, très sympathiques, viennent vers nous le sourire aux lèvres. Lui nous dit qu'il a suivi des études de médecine pour plaire à son père, lui même praticien, mais qu'il aurait préféré les langues; il avait même essayé, à l'âge de huit ans, de créer sa propre langue. Il m'interroge, comme beaucoup d'autres par la suite, sur la naissance de l'Uropi: "Mais qu'est-ce qui vous a donné l'idée de créer cette langue ?" Je lui explique ma découverte du dictionnaire des racines indo-européennes qui a suscité la création de l'Uropi. Un moment chaleureux. Nous voyons également des ingénieurs, parmi lesquels un ingénieur galicien qui parlait italien, français, anglais, espagnol, et bien sûr galicien, ainsi qu'un ingénieur-chercheur en physique qui devait partir en Russie, à Novosibirsk pour ses recherches. Il nous dit que là-bas, l'anglais ne lui sera pas d'une grande utilité car les Russes ne parlent pas, ou ne veulent pas parler anglais; une langue auxiliaire internationale serait vraiment nécessaire.

★ ★ ★

katal

De Katalàni stand

★ ★ ★

Nous voyons également beaucoup d'Espagnols: de jeunes Galiciens, professeurs de langue à Narbonne, deux couples de Madrid, et beaucoup d'étudiants. Certains sont de Valence, d'autres d'Andalousie, surpris de voir le drapeau Andalou sur le stand Uropi; je dois expliquer en espagnol (dieu merci, pas en andalou) mes liens personnels avec l'Andalousie.

Nombreux sont aussi les professeurs, dont un universitaire qui enseigne l'italien à Paris III, et une professeure de français à qui je lis la traduction du Pont Mirabeau en Uropi. La plupart des visiteurs sont cependant des étudiants - essentiellement en langues, ou parlant plusieurs langues - de différentes nationalités: Galiciens, Haïtiens, Sénégalais, Espagnols, Polonais, Jordaniens, Etats-Uniens… Un jeune Français qui a vécu et enseigné au Brésil, et surtout deux jeunes étudiantes Malaises, tout à fait charmantes. Elles étudient à Toulouse et voient tout de suite l'intérêt de la manière dont l'Uropi a été formé: langue commune reposant sur des racines indo-européennes communes et sur les nombreuses similitudes existant entre les langues d'Europe, aussi bien sur le plan lexical que grammatical. En outre, elles sont particulièrement sensibles au fait que l'Uropi, de par sa formation, représente une "unité dans la diversité" des langues européennes et "crée un lien entre les peuples". De plus, elles comprennent que l'Uropi est aussi une ouverture sur les autres langues, que sa connaissance permet à ceux qui ne sont pas "linguistes" de découvrir et se s'intéresser à d'autres langues et, pourquoi pas, de les apprendre. Elles sont très enthousiastes et veulent présenter l'Uropi dans leur université; comme l'une d'entre elles étudie le Petit Prince, elle est très contente de trouver De Miki Prins en Uropi. C'est une très belle rencontre.

★ ★ ★

mikpris

★ ★ ★

Nous voyons aussi quelques espérantistes, ou ex-espérantistes qui entament la discussion de façon très ouverte et positive: "Moi, j'ai appris l'espéranto autrefois…" "Quelle est la différence avec l'espéranto?" ou bien "Pourquoi une langue nouvelle alors qu'il y a déjà l'espéranto?"

Nous leur expliquons la démarche différente qui est celle de l'Uropi. Ils n'ont nullement l'intention de polémiquer, mais souhaitent plutôt avoir une discussion sérieuse et constructive et semblent vraiment intéressés par l'Uropi. Apparemment, ils ne veulent plus quitter notre stand de façon à pouvoir poursuivre la discussion.

Nous rencontrons aussi "les habitués", ceux qui sont déjà venus les années précédentes et reviennent pour en savoir plus, parmi lesquels nous avons le plaisir de revoir notre ami S.

Et, pour finir en beauté, nous avons la visite de l'adjoint au maire de Toulouse à la Diversité. Nous parlons de langues et lui expliquons comment l'Uropi a été formé, et bien sûr, qu'il représente "l'unité dans la diversité". Il est très intéressé; il nous parle aussi des langues sémitiques, et nous lui montrons que, bien que ce ne soit pas une langue sémitique, l'Uropi a des points communs avec l'arabe, comme le féminin en -a et les adjectifs en -i.

Malgré la pluie et les dégâts, cela reste pour nous une bonne journée émaillée de belles rencontres.

★ ★ ★

bulgar

De Bulgàri stand

★ ★ ★

L'aventure, c'est l'aventure  

Le lundi, sur le chemin du retour, il pleut à nouveau - une pluie fine et continue qui est très désagréable. Arrivés entre Brive et Limoges, bizarrement, nous ne contrôlons plus la voiture: elle refuse d'accélérer; j'ai beau appuyer sur la pédale, rien ne se passe. En même temps, nous entendons u drôle de sifflement provenant du moteur. Nous nous arrêtons pour y jeter un coup d'oeil, mais nous ne voyons absolument rien d'anormal. Je peux encore rouler à 30 km/h et donc quitter l'autoroute pour arriver à la petite ville d'Uzerche. C'est une jolie petite ville de pierres grises flanquées de tours médiévales, mais notre principale préoccupation est de trouver un garage. Là, après avoir vérifié différentes choses dans le moteur, dont le filtre à air, on nous dit que c'est probablement le turbo, une panne très grave. Je téléphone à mon assistance qui nous envoie un dépanneur pour transporter le véhicule jusqu'au concessionnaire VW de Limoges. Là, on nous confirme qu'il s'agit bien du turbo, et qu'il faut le changer. L'assistance nous loue un véhicule pour pouvoir rentrer à la maison.

Mais l'aventure ne s'arrête pas là. Nos amis du nord avaient changé leur billet pour pouvoir repartir le lendemain. Le matin suivant, à la gare, nous apprenons que tous les trains pour Paris sont arrêtés en raison de problèmes sur les voies. Soudain les employés de la SNCF font monter tous les passagers dans un train qui démarre; mais ils ne vont pas bien loin: après avoir parcouru une vingtaine de kms, ils restent bloqués à la gare suivante: on ne passe plus. On dit aux passagers que des bus viendront les conduire à la gare de R d'où des trains partent encore pour Paris. Je propose alors à mes amis de les emmener à la gare de R en voiture; le trajet entre les deux gares n'est pas facile car de nombreuses routes sont inondées. En arrivant enfin à R, nous croyons que nos ennuis sont terminés - grossière erreur: aucun train ne part plus à destination de Paris, et mes amis doivent attendre les bus qui arrivent, déjà bondés, pour les conduire à une autre gare dans la région parisienne, où les trains circulent encore. Finalement, ils arrivent à la Gare du Nord où ils ont tout juste le temps de prendre un TGV pour Lille, et rentrent chez eux à 18h30 - un voyage de 9h et demie, qui dure 3h en temps normal.

★ ★ ★

rwanda

De Rwandu stand

★ ★ ★

Il faut quand même dire que, malgré nos déboires, nous avons eu de la chance: nous n'avons eu qu'une panne, des ennuis mécaniques. Ni nos voitures, ni nos trains n'ont été emportés par les eaux; nos routes n'ont pas été coupées par les inondations, nous obligeant à dormir dans les salles de sport, nos maisons n'ont pas été submergées comme celles des pauvres gens du Loiret ou d'ailleurs qui ont tout perdu.

Ce forum 2016 a été, il faut le dire, une grande aventure.

★ ★ ★

rus

Matriockas be de Rusi stand

★ ★ ★

The English version will be given in the next message