★ ★ ★

* Uropi Nove 100 * Uropi Nove 100* Uropi Nove 100 *

★ ★ ★

bugan1

★ ★ ★

Inmuvade 

★ ★ ★

Un moz kospeko u vaiz wim u slogad imaʒis wim in u film, u slogad kogonadis ki novi landispeke, novi liente, novi muzike, novi plate… ba u vaiz se os u slog inmuvadis.

Umbria

Umbria se u provìns Italiu we av stajen in cam*: je av ne famos artipole wim Veneza, Florèns o Roma, je av ne famos plaʒe wim Rimini, La Spezia o San Remo, sim je se ne mol konen pa turiste. Je s'u bori regiòn ki midan pole: de maj famos se Peruʒa (Perugia) ki ji universitade id Asize, wo genì sait Frans od Asize, fundor de Fransiskanis, we atràj mole kristan vizitore.

(* Di se u vordijeg in Franci id Itali wo ombre id ombra sin cam > Ombrie, Umbria)

Umbria se os u gastronomic regiòn ki spesialade wim salame, eber id trufe, id vine wim Montefalco, id wajim je s'u regiòn teriskutis. Un moj rumeno de teriskut in 1997 we damì de basilik Asizis, id in fori Agùst Umbria vidì revos projeten in de luc de medius par u stragi teriskut ki u 6,2 krat su de Ricteri skal, we distruì de vik Amatrice id tudì maj te 240 persone od u polkad 1046 lientis. Dama natùr se ekvos maj krual te humane som.

Gubbio

Nu sì in Umbria eke des dias for de teriskut. Je ste za du midan midievi pole wo i gus tranoco for inbarko po Grecia in de port Ankona. Un se Urbino, wej katedràl vidì damen pa de teriskut, de alten se Gubbio wo nu haltì di jar (felicim Gubbio vidì ne damen). De midievi Gubbio vidì struen su zat de bori, subespekan de moderni pol benìz. In Midi Eve Gubbio sì u lifri komunia valden od tem a tem pa biskope, tis je davì sia be fend 13j suntjari a de duke Montefeltro od Urbino po usfligo od de biskopi armide. Davos vidì struen de Palàz Konsulis hostan odia u muzea.

★ ★ ★

italing

Antiki polke Italiu

★ ★ ★

Umbri

In de Palàz Konsulis un moz vizo de Eugubini Table, sep bronzi plake skriven in Umbri linga in du alfabete: de maj seni in Etruski id de maj noven in Latini alfabete. De table vidì ingraven intra de 3j id pri suntjare for Krist ba lu renèm mol maj veti tekste, mojse datan od tilie jare fK. Umbri se un Italiki linga od Indeuropan odvenad wim Latini. Umbrane avenì in Italia in de 2j tiljàr for Krist, lu sì za de maj veti Indeuropan polkad, id vidì pos ruprosen pa Gaule be nord id Etruske in Toskania for vido kovalden pa Romane.

Zis de inìz de pri Eugubini Tabli:

« este persklum aves anzeriates enetu
pernaies pusnaes preveres treplanes
iuve krapuvi tre buf fetu arvia ustentu
vatuva ferine feitu heris vinu heri puni
ukriper fisiu tutaper ikuvina feitu sevum »

Ka stranim di vorde sem no familic, obte nu moz ne incepo la !

Ka inmuvan je sì vizo da tekste in u sa veti Indeuropan linga, ingraven su bronz in li strani alfabèt id jok maj inmuvan oro la voken in registade, deten andubim ne 300 jare for Krist !

★ ★ ★

virkid

★ ★ ★

De pinakotèk

De posni staʒ de Palàzi host de pinakotèk. Za, usim de keramike we se u tradisiòn in Gubbio dod XIV suntjàr, un moz admiro usnemim bel freske id pictene su drovi panele ki tempera od XIII, XIV id XV suntjare. Eke od da drovi pictene se os bel in li slimid te Bizanti ikonas, ba de maj inmuvan se mojse u naìvi pieta od XIV suntjàr, we inplàg na ki ji usprès paini id disperi.

Ov de inbarkad in Ankona id de tranavad tis Igumenitsa, je ste nit a dezousim te de nav sì polen ki liente od mole nasionide: Italiane, Doske, France, Grece, Turke, Slovène, Englane… u mini Europa. Pur, wim nu av talvos bespeken, je ste apsolutim nun komunikad intra da nasionide: lu solem uz u bazi Engli po koprago plate o po kopo zoce; naturim de Grece vok Greci id de Italiane Itali. Avenan in Grecia, nu vid varmim procepen pa Isabelle, mi dictora Greci, in Platamòn be pod bori Olimpos, in de has struen pa ci pater, u famos Greci skulpor.

★ ★ ★

pietaG

★ ★ ★

Peliòn

In Afisos i sì mol glaj kogono revos ni seni frame Janis id Marina, Elisavet hi sesta od Mitilena - u mol bun kokora - id ci du dotas, id os Kostas ki hi dotas, de Miki Marʒikas (οι Μικρές Γοργόνες). De maj seni av fenden ci stude mediceru id num ve deto u varkipratìz in Atina; dapòs, wim je ste ne vark po june in Grecia, ce men ov ito varko in Iria. Nu revizì os Stavrula id ci kide in li taverna ο Γλάρος (de Gail), id akonì Stavros we ten un

alten taverna pro mar id se mol simpatic.

Wie schnell vergeht die Zeit, ka spel tem it pas ! Su de plaʒ nu kogonì Helena, u jun Doska, od u pinkidi famìl od Muncen wen nu konì dod longim. De posni vos wan i vizì ca, ce sì 17 jare; ce se num 29 id se dictora sporti id geografiji su lag Boden in Osteria. Tale de kide we siudì jego ki mi dota se num gresene, wim de Miki Marʒikas id Elia, u jun Greca, we av viden dictora dansi. I mozì disvoko ki de mata Eliu, u prigradiskoli dictora, ov de ekonomic id politiki situasiòn in Grecia; je se mol pejes de fori jar, ce dezì, subetàl po june we find ne vark. De rice vid rices id de pavrine maj pavri. "Lu vol kraco de midan klase" ce dezì, "Europa av oblasen ji veri valte, de human valte". De siavor u bari su de plaʒ, wo mi dota siudì jedo toste, kovenì: nu gresene ve proʒivo, ba in di land je ste nun sper po june, id di se stragi ! Ka vol Tsipras ? Nu incèp ne. He volì apsolutim provito mo mi kafa - "in rumèn ov ti dota", he dezì.

★ ★ ★

psiFi

Psi id Fi figurine, muzea Volos

★ ★ ★

De arkeologic muzea Volosi

Je s'un od de maj veti muzeas in Grecia, renoven in 2004 id dikan, in u mol prijan, ʒivic id varmi disstalad, objete, keramike, statuje, arme, juvle, grubistelas od de Neoliti, Heleni id Roman periode. Mol inpresan se de keramiki ʒinu figurine konen wim psi id fi figurine par lu av de forme da Greci literis. Da figurine sam ki alten keramike wim pote, vaze, i.s.p… se daten od 5000 - 4000 f.K., da se longim for de avenad de pri Indeuropanis, de Akeane, beròn 1900 f.K. Potenì de makore da figurinis a Seni Europa, de civilizad beskriven pa Marija Gimbutas, id wej polkade davì u kult a de Doja-Mata wen de figurine sem prodiko ? Eniwim, i sì mol inplagen pa de fakt te de geometric trasene su de pote sì ʒe verim somi a daze finden pa David W. Anthony in de kurgane sudi Ukrainu id Rusiu. Anthony skrivì, in hi bib The Horse, the Wheel and Language, te di arte potadi vidì inlesten pa de nomade stepus od polkade ʒivan maj be west. I stajì os stumen pro u magibèl keramiki kar trajen pa du kwale od de Mikeni period. Ba tale objete da muzeu semì mo beles te unaltem: de Heleni vaze in keramik, bronz o sirven, de gori kolare id oriringe, de marmari grubistelas ki picten skene, de ʒare klinen gon kamimure wim is un avev pen diskroven la. Da muzea sì andubim un od de maj interesan stas wen i vizitì in Grecia.

★ ★ ★

kar

Keramiki kar od de Mikeni periòd

★ ★ ★

Mistra

Faran niz Grecia, od Pelion a Peloponìz po ito a Kitera, nu gus halto in Mistra. Je se un od mi prigusen halte in Grecia. Eke kme ap Sparta, je ste, su zat de bori Taigete, u subebèl Bizanti sitia, li mole bel kapele, kerke id monastire, id kronen pa u Franki kastèl. Ba Mistra se os u tipiki Greci vik, 2 kme for de sitia, we av ne viden disnaturen pa turiste. Je av ji midi plaz ki un enormi platàn, ji tavernas, ji Greci senite pivan uzò in de kafias, u tici sta, subetàl be morna wan de vik sia vek. In Mistra nu akonì Porfira, u pictora ikonus - id u mol bun pictora - we ten de uni vendia suveniris in de vik. Ki ca nu vokì ov de mol anlezi situasiòn junis in Grecia; ce uspajì mole denie po sendo ci son id ci dota studo in de kebipol. Ba dapòs, lu moz ne findo vark: "Parkà studo id avo diplome po gano 400 € kosaman sorde ?" Ci son av iten ap a Kipra wo zoce se bunes.

★ ★ ★

leoni

★ ★ ★

Sparta

De "novi" Sparta se u midan moderni Greci pol ane carm, nè interès, ba pur ne ane suprìze. Je av reg strade id avenias, krosan unaltem be reg angle wim in Amerikan pole. Po faro a Mistra, venan od Tripoli, je se priʒe slimi, je sat viro a dest in Avenia Likurgis, id slogo ja tis de fend. Likurge sì de legendi legidavor Spartu id indèt, su u plaz bemìd de avenia, un moz vizo de statùj Likurgis in de form u jun efebi peran de table legi. Ba po faro ru do Tripoli, je s'un alten storij; u sul stradimap moj semo lezi a slogo, ba wan je ste ne sigele, un moj viro tio pru o tio posen id usvajo, avenan in perlasen propole. Di se wa usvenì, id plozim, in u dali kwertia, nu vidì kofasen pa un kolosi bronzi statùj Leonidasi, armen, helmen, ki hi spad trajen us in hi desti mand, predi po atako o difenso de Termopile gon de Persi armid. Inpresan ! In fakt he se stan pro de komuniu stadia Spartu (dimotiko stadio), difensan ja gon Persi, Atinu o Tesaloniki superore. De mota se ingraven su de podistàl: Μολων λαβε "molôn labé", Ven nem (ni arme), du vorde wen Leonidas se forseten avo ruvoken, in hi lakonic mod, a de Perse we pragì a de Spartane apdavo li arme.

★ ★ ★

afrodita

De genad Afroditu, pa Sandro Boticelli

★ ★ ★

Kitera
Faran Tra Lakonia, de regiòn Spartu niz de trij dig Peloponizi, nu avenì a Neapoli, be kip de digi, de port wo un moz inbarko po de isel Kitera. Un hor id mij dapòs nu mozì usbarko in de miki port Diakofti. Kitera se de isel Afroditu, de doja beladi, par, slogan de legènd, zi se wo Afrodita itì us mar. Naturim nu domì in de "kwarias Afrodita" Aphrodite Appartments, tenen pa Janis, u mol simpatic kontitenor id hi mata in Kapsali u miki port picadi id prijadi subevalden pa u rok su ven se struen de kebipol de isli, Khora, be pod de Venezan kasteli, de kastro.

Khora se u mol carmi polit, priʒe u vik, ki ji bij hase, ji bel dore molvos skulpen o penten in blu o glen, ji bugan-vilas id hibiskas, ji magi ʒare, ji kate id ji annumari miki kapele. Je sem u vik de Kikladis usvajen be sud Peloponizi, ba je se mol maj tici. Je av solem pen 300 domore in vima, id in soma relativim poje turiste, koeglen ki alten Greci isle id banistàs, usim naturim beròn 15i Agùst wan tale Grece it in vake. De isel som se poj polken : solem 4000 domore. Mole Kiterane usmigrì a Australia, id eke od la ruvèn a de isel po de vake; un viz ekvos grupe vokan mij Engli, mij Greci: lu se Greci Australiane, id pardà, Kitera vidì os nomen de isel kanguris.

★ ★ ★

Inbarkad po Kitera pa Watteau (1717)…………………………………id odia

Wato

inbark

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

In de miki port Kapsali ven os seilibate id enormi jacte od vari nasionide: Greci naturim, Itali, Engli, Doski, Franci id Australian; ekvos in Kitera halt os kruzinave wim Club Mediterranée we se mol tio magi po navo in de port: lu staj be anker pro de baj id uz miki bate po usbarko pasadore.

Kitera inspirtì os artiste ʒe mol: Antoine Watteau pictì De inbarkad po Kitera in 1717, pos poète wim Gérard de Nerval, Hugo, Baudelaire, Verlaine, muzikore wim Couperin, Saint-Saëns, Fauré, Debussy, Ravel… Bougain-ville, de Franci usploror usbarkan in Tahiti, nomì da isel "de novi Kitera", id hi siavi nom vidì uzen po de floribuc wen un viz talia in Khora: buganvilas. Kim je se prijan pasito be vespen in de striti strade Khoru, pivo u kafa frappé in de seni kafia Nostos, amoblen id dekoren ki veti moble id objete wim de Greci kafeneia foram, o sedo su de teràs be Zorbas po jedo swini rosten in furn ki u krug fric bij vini, admiran de solifàl, de vik benìz id de bore bedàl.

Naturim u vizìt a de kastro, de kastèl se andislasi. De kastèl vidì struen pa Bizantane in XIII suntjàr id runoven pa Venezane od 100 a 300 jare dapòs, su u rok subevaldan de baj Kapsali; od za de spek su mar, su Kapsali, su de rok usdupan od mar pro de baj wim de rok Diamanti in Martinika, se splendi. In de kastèl u miki kerk vidì struen su ber de profalia; in za un moz vizo u magibèl ikonostàz, ba wajim de kerk se molvos kluzen.

★ ★ ★

Bungavilas in Khora……………………………In de kafia Nostos

bugan

nostos

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Lasan Kitera id ruvenan a Sparta, nu becizì vizito de pri dig Peloponizi, intra Kalamata id Kiparisia. Nu inizì ki de antiki sitia Ithomi.

Ithomi

Je se de veti Mesena we vidì struen pa Epaminondas, u Teban generàl, we bitì Spartane in Leuktra; je sì inkargen suvizo Sparta. Semim Veti Grece uscepì talvos de beles landispeke po struo li pole su holias ki speke su bore wim in Epidaure o Mikene; de sitia Ithomi se os inpresan te daz Delfis. Wim in Delfe je se struen su de klin u bori id inronen pa vilgi bore.

★ ★ ★

dor

De Vort Arkadiu

★ ★ ★

Venan od nord, od Tripoli po samp, pos avo usvajen su de miki rade ane sigele, un avèn prim a u longi difensi wal kliman op de bor id trasiemen ki kwari tore. De maj inpresan se de Vort Arkadiu maken ki enormi kamibloke ane cemènt. Slogan de rad, un far tru ja: je av du inìte id u ron kort intra la.

Du kme dales un avèn a de sitia; de miki muzea av nun gren interès: eke ankebi Roman statuje id u Hermes we se mol min bel te daz Praksitelis in Olimpia. Itan in de sitia, subevalden pa u miki kerk ki ji grubia, gonim a Delfe, un doʒ ito niz. Prim un avèn a u miki, mol bun progaren teatra, pos benìz un viz u ran kolonis, id un vad od suprìz a suprìz. Be pod de kolonis leʒ u pavad bel mozaikis ki geometric trasene, id maj dal lu prodìk human id besti figure. Berù de kolonad ste un arkitrav dekoren ki liovi kebe; u poj dales u marmari blok ki u nizi-relièf prodikan u liov. Id nu avev mozen proìto sim wan nu avì ni posni suprìz, anprijan di vos: de pri magi liuvigope.

★ ★ ★

Teatra …………………………………………Mozaike

tea1

moza

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Nu avì ʒe vizen nar nolbe kokumo sube de bore, ba nu menì te de tormad itev pas su de bore bedàl. Instà, nu doʒì kofaso, in de slogan 5 minute, u veri disliùv. Felicim nu mozì tego na, sam ki eke Doske id Grece ude u teil we avì viden tensen intra tri olivare po tego liente od sol. Nu doʒì varto nerim un hor for de liuv stopì. De Doske inizì voko ki unaltem id i vokì a de Grece. "Nu doʒ so optimisti" i dezì; naturim i vokì ov de verem, ba de ʒina ajutì te lu mozì ne so optimisti ki de situasiòn in Grecia. "Se je ne bunes te fori jar ?" i pragì. "Oh ne, mol pejes" ce ruvokì "mi maʒ se anvarkan dod des jare, id nu doʒ pajo maj id maj takse". I inizì voko ov de Greci deb, ba de seni Grec metì suprù tema id dezì te de liuv avì stopen. Nu avì jok mole zoce a vizo, ba je stì slam id plude talia. Sim nu farì ap do Kalamata. U tog optimismu pur: nu avì bemarken te lu sì struan novi rade o restruan de altene in vari stas, po samp u novi autoràd intra Sparta id Tripoli, opren dod tri mone solem; mojse da struade kreatì novi invarke.

Alòng de rad intra Kalamata id Koroni, je ste mole ric vilas ki bel gardine, id Koroni som se u miki port ki striti strade we, obte de verem, sì polen ki turiste.

★ ★ ★

metpla

De plaʒ in Methoni ki de Venezan fort

★ ★ ★

Methoni

In de bore tra Koroni id Methoni, nu avì un alten tormad: je sì liuvan od kuble, in strome, vod sì rijan od de bore, peran ter id kamite su de rad, ba nu haltì ne. Solem maj posen, avenan a Methoni, nu findì u brij sol in un azuli hel ane nolbe. I gusì ʒe mol Methoni, u tici polit sopitan in de cajad posen posmidiù, id we av stajen tradisioni, tipikim Greci. De Hotel Castello se tenen pa u seni dama, we, wan un vok co in Greci, ruvòk vo in u strani garabij mican Engli vorde ki alten dubic lingas, id ci jok maj seni pater. De sta se mol prijan ki u bel gardin wo un moz prijedo.

Gonim a mole Greci pole id vike, in Methoni de cevi plaz se ne be centra, ba su ber de plaʒi, ki ji siudi tavernas id kafias. De strade peran a de plaz se reglini, beren pa hibiskas in blum. De plaʒ se os partikuli, beren be dest pa un anmezi Venezan fort a wen Turke ajutì u fortit, id be lif pa u prodiga wo se tajen kaike picoris, eke od wen dom in miki hase pro de plaʒ.

★ ★ ★

hibis

kaik1

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Pos Methoni, nu farì op alòng de kust tis ni inbarki port: Patra.

De westi kust Peloponizi se ne mol interesan. Usim Pilos, de antiki pol Seni Nestòri, we semì no prijan, nu farì tra pole ane carm wim Kiparisia o Pirgos; de uni suprìz we sì na vartan sì u bel kopij Tori Eifel in Filiatra, u polit for Kiparisia. Ne volan stajo ki da disluʒad po ni posni vespen in Grecia, nu becizì tranoco in Olimpia. Hotel Neda se u mol prijan tristeli hotèl ki komforti kamare, u snivia id u panoramic teràs. Be de procepia, nu kogonì de son de direktori ki wen nu disvokì u poj in Greci. He dezì no de som te alten Grece ov Greci june we se ane sper id doʒ laso li patria po findo vark. He dezì os te de Greci id Franci polke se frame; de som dezì os de siavor u vendiu kuʒis, we vokì ov Pierre de Coubertin.

Je se veri te, in id pos de Greci revolusiòn in 1821, Francia sì un od de rari lande we superì Grece ane celen intele, ba i se ne siuri te nu se superan Grecia odia, o mol cojim, obte je ste mole Franci turiste we vizìt Grecia id gus ja.

Kim kokluzo di slogad imaʒis, inpresis, kogonadis, inmuvadis ? Tal se mol obesini. Unzatim Grecia se evi, in soma po turiste, nit sem avo meten: je se talvos os bel, varmi id procepi. Altenzatim, wan un vok ki Grece, un incèp te de situasiòn se katastrofi. Tri milione Grece, nerim u trit de polkadi ʒiv in mizerij, ude de pavridi lin. Mole Grece av nun sosial protegad id av ne denie po kopo medikle. Ba i vol fendo ki un optimisti not, u luj speri. Grece se u krati polk we konì stragi situasione dafòr wim diktatorad id civil wer, id av proʒiven. In Lesbos wo ʒiv Elisavet, de sesta ni frami Janis, de Grece av nit ba lu procèp id eld de profligore od Siria: lu av nit id pur lu dav. Wim u gost in u noven ussènd su LCP (de senati kanàl) dezì: odia Grecia se peran id dikan a Europa de veri Europan valte: humanid id solidarid.

★ ★ ★

Tor Eifel

★ ★ ★

Emotions

★ ★ ★

Un voyage, ce peut être une succession d'images comme dans un film, une succession de rencontres avec de nouveaux paysages, de nouvelles personnes, avec une autre musique, des plats différents… mais un voyage, c'est aussi une suite d'émotions.

L'Ombrie

C'est une province d'Italie qui est restée dans l'ombre*: elle n'a pas de villes d'art célèbres comme Venise, Rome ou Florence, elle n'a pas de plages célèbres comme San remo, La Spezia ou Rimini, elle n'est pas bien connue des touristes. C'est une région de montagnes avec des villes moyennes: les plus connues sont Pérouse (Perugia) avec ses universités et Assise où naquit St François, fondateur des franciscains, et qui attire de nombreux visiteurs chrétiens.

(*Le jeu de mots fonctionne également en italien: ombra > Umbria.)

L'Ombrie est une région gastronomique avec ses spécialités comme la charcuterie, le sanglier, les truffes et les cèpes (funghi porcini), ainsi que des vins comme le Montefalco. Malheureusement, c'est aussi une région de tremblements de terre. On se souvient de celui de 1997 qui endommagea la basilique d'Assise, et en août dernier, la région se retrouve à nouveau sous le feu des projecteurs médiatiques à la suite d'un fort séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter qui détruisit le village d'Amatrice et fit 240 morts (le village comptait à lui seul 1046 habitants). Dame nature est parfois bien plus cruelle que les hommes eux mêmes.

Gubbio

Nous étions en Ombrie une dizaine de jours avant le tremblement de terre. Il y a là deux villes médiévales où nous aimons faire halte avant d'embarquer pour la Grèce dans le port d'Ancone. L'une est Urbino, dont la cathédrale a souffert du séisme; l'autre c'est Gubbio où nous nous sommes arrêtés cette année (et qui heureuse-ment n'a pas été touchée). La Gubbio médiévale est construite à flanc de montagne et domine la ville moderne en contrebas. Au Moyen Age, c'était une ville franche qui retombait de temps à autre sous la coupe des évêques; c'est pour échapper aux armées épiscopales qu'elle s'offrit, à la fin du XIII siècle au duc Federico Montefeltro d'Urbino. C'est à cette époque que l'on construisit le Palais des Consuls qui abrite aujourd'hui un musée.

★ ★ ★

itlaing1

★ ★ ★

L'ombrien

Dans le Palais des Consuls, on découvre les Tables Eugubines, sept plaques de bronze sur lesquelles sont gravés des textes en langue ombrienne dans deux alphabets: les plus anciennes en alphabet étrusque, les plus récentes en alphabet latin. Les Tables Eugubines ont été gravées entre le 3e et le 1er siècle av.JC, mais elles reprennent des textes beaucoup plus anciens datant peut être de 1000 ans av.JC. L'ombrien est une langue italique d'origine indo-européenne comme le latin. Les Ombriens sont arrivés au cours du 2e millénaire av.JC; ils constituent une des plus anciennes populations d'Italie qui fut repoussée par les Celtes au nord et chassée de Toscane par les Etrusques, avant d'être conquise par les Romains.

★ ★ ★

eugTab

eugTab1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Voici le début de la première Table Eugubine:

« este persklum aves anzeriates enetu
pernaies pusnaes preveres treplanes
iuve krapuvi tre buf fetu arvia ustentu
vatuva ferine feitu heris vinu heri puni
ukriper fisiu tutaper ikuvina feitu sevum »

Comme ces mots nous semblent étrangement familiers, bien que nous ne les comprenions pas ! Quelle émotion de voir ces textes gravés dans le bronze dans leur alphabet singulier, et surtout de les entendre prononcer dans un enregistrement qui ne date pas - selon toute probabilité - du 3e siècle av.JC !

★ ★ ★

tripti

★ ★ ★

La pinacothèque

Le dernier étage du Palais des Consuls abrite la pinacothèque. Là, outre les céramiques, spécialité de Gubbio depuis le 14e siècle, on peut admirer des fresques et des peintures sur bois à la tempera exceptionnellement belles datant des XIII, XIV, et XV siècles. Certaines ont la beauté pure et dépouillée des icônes byzantines, mais peut être l'oeuvre la plus émouvante est une pieta du 14e siècle dont les traits naïfs nous frappent par leur expression de la douleur et du désespoir.

★ ★ ★

fresk

★ ★ ★

Peu de choses à dire de l'embarquement à Ancône et de la traversée jusqu'à Igoumetista, si ce n'est que de nombreuses nationalités peuplent le bateau: des Italiens, des Allemands, des Français, des Grecs, des Turcs, des Anglais, des Slovènes… l'Europe en miniature. Cependant, comme nous l'avons observé à de multiples reprises, il n'y a absolument aucune communication entre elles: on se contente d'un anglais basique pour commander des plats et régler ses achats. Bien entendu les Grecs s'expriment en grec et les Italiens en italien. A notre arrivée en Grèce, nous sommes chaleureusement accueillis par Isabelle, ma professeure de grec, à Platamon au pied de l'Olympe, dans la maison construite par son père, célèbre sculpteur grec.

Le Pélion

A Afissos, je suis heureux de retrouver nos vieux amis Giannis et Marina, Elisavet, soeur de Giannis venue, avec ses deux filles, de Mytilène - une excellente cuisinière - et également Kostas et ses "Petites Sirènes" (οι Μικρές Γοργόνες). L'aînée a terminé ses études d'infirmière et commence en septembre un stage de 6 mois à Athènes; ensuite, elle espère partir pour l'Irlande car il n'y a pas de travail pour les jeunes en Grèce. Nous revoyons Stavroula et ses enfants dans leur taverne ο Γλάρος (la mouette), et faisons plus ample connaissance avec Stavros, le très sympathique propriétaire d'une autre taverne en bord de mer.

Wie schnell vergeht die Zeit!, comme le temps passe vite! Sur la plage nous rencontrons Helena une jeune Allemande, l'une des cinq enfants d'une famille de Munich que nous connaissons depuis longtemps. La dernière fois que nous l'avons vue, elle avait 17 ans; elle en a maintenant 29 et est professeure de sport et de géographie sur le lac de Constance en Autriche.

★ ★ ★

afismar

afistra

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Tous les enfants qui jouaient avec notre fille sont maintenant adultes; c'est le cas des Petites Sirènes et d'Elia, une jeune Grecque devenue professeure de danse. Je discute avec la mère d'Elia, professeure des écoles, de la situation économique et politique en Grèce: elle est bien pire que l'an dernier, me dit-elle, surtout pour les jeunes qui n'ont pas de travail. Les riches sont plus riches, et les pauvres plus pauvres. "Ils veulent écraser les classes moyennes. L'Europe a oublié ses vraies valeurs, les valeurs humaines." ajoute-elle. Le patron d'un bar sur la plage ne dit pas autre chose: "Nous les adultes, nous allons survivre, mais dans ce pays, il n'y a aucun espoir pour les jeunes, et ça, c'est terrible ! Que veut Tsipras ? Nous ne comprenons pas". Il tient absolument à m'offrir mon café: "En souvenir de ta fille!".

★ ★ ★

stelas

Stèles funéraires en marbre décorées de peintures

★ ★ ★

Le musée archéologique de Volos

C'est un des plus anciens de Grèce, rénové en 2004 et qui présente de façon vivante, agréable et chaleureuse objets, céramiques, statues, stèles funéraires, armes, bijoux… des périodes néolithique, hellénistique et romaine. Très impressionnantes, les figurines féminines de terre cuite, connues sous le nom de figurines psi et phi car elles ont la forme de ces lettres grecques, ainsi que d'autres céramiques: pots, vases, etc., datent de 5000 à 4000 ans av.JC, longtemps avant l'arrivée des premiers Indo-Européens, les Achéens vers 1900 av.JC. Ces objets appartiennent-ils à la Vieille Europe, cette civilisation décrite par Marija Gimbutas, et dont les populations adoraient la Déesse-Mère que ce figurines semblent représenter ? Quoi qu'il en soit, je suis frappé par la ressem-blance qu'ont les dessins géométriques sur les vases avec ceux qu'a découverts David W. Anthony dans les kourganes au sud de l'Ukraine et de la Russie. Anthony écrit dans son livre The Horse, the Wheel and Language, que cet art de la poterie a été emprunté par les nomades des steppes à des populations vivant plus à l'ouest.

Je reste béat devant un magnifique char en terre cuite tiré par deux chevaux, datant de la période Mycénienne. Mais tous les objets paraissent plus beaux les uns que les autres: les vases helléniques en céramique, bronze ou argent, les colliers et anneaux en or, les stèles de marbre ornées de scènes peintes, les jarres reposant contre un mur de pierre comme si on venait de les découvrir. Ce musée est sans aucun doute l'un des plus intéressants que j'ai eu l'occasion de voir en Grèce.

★ ★ ★

vaz

★ ★ ★

Mystras

En descendant du Pélion dans le Péloponnèse pour aller à Cythère, nous aimons nous arrêter à Mystras; c'est une de mes haltes préférées. A 10 km environ de Sparte, sur le flanc du Mont Taygète, s'étend le site de Mystras, splendide site byzantin avec ses superbes chapelles, églises et monastères, que domine un château franc. Mais Mystras, c'est aussi un petit village, 2 km avant le site, qui n'a pas été dénaturé par le tourisme et a su conserver ses traditions. Autour de la place centrale où trône un énorme platane, on trouve les habituelles tavernes et cafés où les "pépés" grecs sirotent leur ouzo, un endroit bien tranquille, surtout le matin quand le village s'éveille. A Mystras, nous rencontrons Porfyra, peintre d'icônes - un très bon peintre d'ailleurs - qui tient l'unique boutique de souvenirs du village. Elle aussi évoque la situation difficile des jeunes en Grèce; elle a beaucoup dépensé pour envoyer son fils et sa fille étudier dans la capitale. Mais ensuite, pas de travail: "Pourquoi étudier et avoir des diplômes si c'est pour gagner 400 € à ramasser les ordures ?" Son fils est parti à Chypre où les choses vont, semble-t-il, un peu mieux.

★ ★ ★

Mystras1

Le village de Mystras

★ ★ ★

Sparte

La Sparte d'aujourd'hui est une ville grecque moyenne et moderne sans aucun charme, mais pas sans surprises. Les rues et avenues se coupent à angle droit comme dans une ville américaine. Pour se rendre à Mystras, en venant de Tripoli, c'est plutôt simple: il suffit de tourner à droite dans l'avenue Lycurge et la suivre jusqu'au bout. Lycurge était le légendaire législateur de Sparte, et en effet, nous voyons sa statue, sous la forme d'un éphèbe portant les tables de la loi. Mais pour retourner vers Tripoli, c'est une autre histoire; si un tel plan de ville semble facile à suivre, c'est compter sans l'absence de panneaux: il suffit de tourner un peu trop tôt ou trop tard, et l'on a vite fait de s'égarer dans un faubourg perdu. C'est ce qui nous est arrivé au retour, et soudain, dans un quartier très éloigné du centre, nous nous retrouvons face à face avec une colossale statue de bronze de Léonidas, armé et casqué, le glaive au poing, prêt à attaquer ou à défendre les Thermopyles contre l'armée perse.

★ ★ ★

léo

★ ★ ★

Impressionnant ! En fait, elle se dresse devant le stade municipal de Sparte (dimotiko stadio) pour le défendre contre les supporters perses, athéniens ou thessaloniciens. Sur le socle figurent comme devise les deux mots que Léonidas aurait répondu - dans un style laconique, comme il se doit - aux Perses exigeant que les Spartiates déposent leurs armes: Μολων λαβε "molôn labé": Viens prends (les).

Cythère

En descendant la Laconie, région de Sparte, jusqu'à la pointe du 3e pi du Peloponnèse, nous arrivons à Neapoli, le port d'embarquement pour Cythère. Une heure et demie après, nous débarquons dans le petit port de Diakofti.

★ ★ ★

Diakofti …………………… et ……………………… Kapsali

diakofti

kaps4

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Cythère est l'île d'Aphrodite, déesse de la beauté, car, selon la légende, c'est là qu'elle serait née des eaux. Bien entendu, nous logeons dans les Appartements Aphrodite, Aphrodite Appartments, tenus par Giannis, un sympathique comptable et sa vieille maman, à Kapsali. C'est un petit port de pêche et de plaisance que surplombe un rocher sur lequel on a construit Khora, la capitale de l'île au pied du château vénitien, le Kastro.

Khora est une petite ville charmante, ou plutôt un petit village, avec ses maisons blanches, ses portes sculptées peintes en bleu ou vert, ses bougainvillées, ses hibiscus, ses énormes jarres, ses chats et ses innombrables petites chapelles. On dirait un village des Cyclades échoué au sud du Péloponnèse, mais Khora est beaucoup plus tranquille. Elle n'a que 300 habitants l'hiver, et en été elle est relativement peu envahie par les touristes par rapport aux autres îles ou stations balnéaires grecques, à l"exception du 15 août, bien entendu, quand tous les Grecs sont en vacances. L'île elle même est peu peuplée, environ 4000 habitants. Beaucoup de Cythériens ont émigré en Australie, et certains d'entre eux reviennent pour les vacances: on croise parfois des groupes où l'on parle à moitié anglais et à moitié grec, ce sont les Greco-Australiens, et c'est pour cela que l'on a surnommé Cythère l'île aux kangourous.

★ ★ ★

Rue et jarre à Khora ………………………………… Porte aux bougainvillées

straʒar

bugandor

 

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Dans le petit port de Kapsali viennent s'abriter des voiliers et de temps à autre d'énormes yachts de différentes nationalités: grecs bien sûr, mais aussi italiens, anglais, allemands, français et Australiens. Parfois font halte à Cythère des navires de croisière comme le Club Med II, beaucoup trop grands pour entrer dans le port, ils jettent l'ancre devant la baie et font descendre les passagers sur de petits bateaux.

Cythère a aussi beaucoup inspiré les artistes. Antoine Watteau a peint L'embarquement pour Cythère en 1717, puis vint le tour des poètes womme Gérard de Nerval, Hugo, Baudelaire, Verlaine, des musiciens comme Couperin, Saint-Saëns, Fauré, Debussy, Ravel… Bougainville, l'explorateur français - qui a donné son nom aux bougainvillées que l'on voit partout à Khora - débarquant à Tahiti la baptise "la nouvelle Cythère". Comme il est plaisant de se promener le soir dans les rues étroites de Khora, de boire un café frappé dans le vieux café Nostos, garni de meubles et objets anciens comme dans les kafeneia d'autrefois, ou de s'asseoir sur la terrasse chez Zorbas pour déguster le porcelet rôti arrosé d'un pichet de petit vin blanc bien frais, tout en admirant le soleil couchant, le village en contrebas et les montagnes dans le lointain.

★ ★ ★

Khora et son Kastro avec au fond le Club med II ………………………………… Baie de Kapsali vue du Kastro

khokast

kapsbaj

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Bien entendu, une visite au kastro, le château,s'impose. Il a été construit par les Byzantins au XIII siècle et rénové par les Vénitiens un à trois siècles après, sur un rocher dominant la baie de Kapsali; de là, la vue sur la mer, sur la baie de Kapsali, sur le rocher qui émerge devant la baie, pareil au Rocher du Diamant à la Martinique, est splendide. Dans l'enceinte du château on a construit une petite église au bord du précipice; à l'intérieur, on peut voir une magnifique iconostase, mais malheureusement l'église est souvent fermée.

En quittant Cythère et de retour à Sparte, nous décidons de visiter le premier pi du Péloponnèse, entre Kalamata et Kiparissia en commençant par le site d'Ithomi.

★ ★ ★

Chapelles au pied du Kastro  ………………………………… Portes de Khora

kapel

khodor

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Ithomi

C'est l'antique Messène, bâtie par Epaminondas, général thébain, après sa victoire de Leuctres sur les Spartiates; elle était chargée de surveiller Sparte. Sans aucun doute les anciens Grecs savaient choisir les plus beaux paysages pour construire leurs villes, sur des collines avec vue sur les montagnes, comme à Epidaure ou à Mycènes; le site d'Ithomi est aussi impressionnant que celui de Delphes. Comme à Delphes il est se trouve à mi-pente, entouré de montagnes sauvages.

Venant du nord, de Tripoli par exemple, après nous être égarés sur de petites routes dépourvues de signalisation, nous arrivons tout d'abord à une longue muraille défensive parsemée de tours carrées qui grimpe dans la montagne. La route traverse la porte d'Arcadie, porte fortifiée faite d'énormes blocs de pierre ajustés sans mortier, avec deux entrées séparées par une cour ronde.

★ ★ ★

Arkad

Rempats de Messène et Porte d'Arcadie

★ ★ ★

Au bout de 2 kms, nous atteignons le site. Le petit musée n'a pas grand intérêt: quelques statues romaines décapitées et un Hermès qui est loin de rivaliser avec celui de Praxitèle à Olympie. En entrant dans le site, dominé par une petite église et son cimetière, contrairement à Delphes, on descend. Nous arrivons tout d'abord à un petit théâtre très bien conservé, puis, un peu plus bas, nous apercevons une rangée de colonnes; nous allons de surprise en surprise. Au pied des colonnes s'étale une belle mosaïque aux dessins géométriques, et un peu plus loin, d'autres mosaïques représentent des figures humaines ou animales. Derrière la colonnade est posée à terre une architrave décorée de têtes de lion, puis nous découvrons un bloc de marbre sculpté d'un bas-relief représentant, lui aussi, un lion.

Et tout aurait pu continuer ainsi si nous n'avions pas eu notre dernière surprise, plutôt désagréable, celle-là: les premières gouttes de pluie. Nous avions bien remarqué que de gros nuages noirs s'amoncelaient au dessus des montagnes, mais nous avions cru que l'orage passerait au loin. En réalité, nous devons faire face, au bout de cinq minutes, à un véritable déluge. Par chance nous pouvons nous abriter avec quelques Allemands et quelques Grecs sous une toile tendue entre trois oliviers pour protéger du soleil. Il nous faut attendre près d'une heure avant que la pluie ne s'arrête.

★ ★ ★

Architrave aux têtes de lion  ………………………………… Bas-relief au lion

kolon

liov

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Les Allemands se mettent à bavarder entre eux, et moi je m'adresse aux Grecs: "Il faut être optimiste." Je parle bien sûr du temps, mais la femme ajoute qu'il est difficile d'être optimiste étant donné la situation en Grèce. Je leur demande: "Elle n'est pas meilleure que l'an dernier ?" "Oh, non, elle est bien pire. Mon mari est au chômage depuis dix ans, et il faut payer de plus en plus d'impôts". Dès que j'aborde la question de la dette, le vieux Grec change de sujet: la pluie s'arrête, nous dit-il.

Nous avons encore beaucoup de choses à voir, mais la boue et les flaques qui recouvrent le terrain nous en empêchent; nous repartons donc vers Kalamata. Une touche d'optimisme cependant: nous remarquons qu'un peu partout, on construit de nouvelles routes, ou que l'on remet en état les anciennes, par exemple la toute nouvelle autoroute entre Tripoli et Sparte qui n'a que trois mois; peut être ces travaux publics permettent-ils de créer de nouveaux emplois. La route entre Kalamata et Koroni est bordée de riches villas agrémentées de beaux jardins; Koroni est un petit port aux rues étroites qui, malgré le mauvais temps est rempli de touristes.

★ ★ ★

Fortin turc à Methoni ……………………………………… Taverne I Thalassa, Methoni

forbat

metav

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Methoni

Entre Koroni et Methoni il nous faut à nouveau traverser la montagne, et là, nous essuyons - façon de parler - notre deuxième orage. Il pleut à seaux, à torrents; l'eau coule à flots de la montagne déversant sur la route de la terre et des cailloux, mais nous ne nous arrêtons pas. C'est seulement plus tard, en arrivant à Methoni, que nous retrouvons le soleil dans un ciel d'azur sans le moindre nuage. J'aime beaucoup Methoni, petite ville assoupie dans la chaleur de fin d'après-midi, et qui est restée traditionnelle, très grecque.

L'hôtel Castello est tenu par une vieille dame, qui, lorsqu'on lui parle grec, nous répond dans un étrange sabir, ,fait de mots anglais mélangés à d'autres langues douteuses, et son père, encore plus vieux, naturellement. L'endroit est accueillant avec son beau jardin où nous pouvons prendre le petit déjeuner.

Contrairement à beaucoup d'autres villes et villages grecs, à Methoni la place principale, avec ses tavernes et cafés, n'est pas au centre mais en bord de mer, devant la plage. Les rues qui y mènent sont rectilignes, bordées d'hibiscus et d'altéas en fleur. La plage, elle aussi, est particulière, dominée à droite par une immense forteresse vénitienne à laquelle les Turcs ont ajouté un fortin, elle est limitée à gauche par une jetée où sont amarrés les caïques des pêcheurs. Certains habitent dans de petites maisons sur le front de mer à quelques pas de là.

★ ★ ★

Caïques à Methoni ……………………………………… Maison de pêcheur devant la mer

kaik1

haspico

 

 

 

 

 

 

 

★ ★ ★

Après Méthoni, nous longeons la côte jusqu'à notre port d'embarquement à Patras. La côte ouest du Péloponnèse n'a pas grand intérêt. En dehors de Pylos, l'antique cité du vieux Nestor, qui ne manque pas d'attraits, nous traversons des villes qui en sont totalement dépourues, comme Kiparissia et Pyrgos. L'unique surprise qui nous attend est une belle copie de la Tour Eiffel à Philiatra, juste avant Kiparissia. Ne voulant pas rester sur cette déception pour notre dernier soir en Grèce, nous décidons de passer la nuit à Olympie. L'hôtel Neda est un trois étoiles très accueillant aux chambres confortables, avec une piscine, un restaurant et une terrasse panoramiques. A la réception, nous rencontrons le fils du directeur avec lequel nous discutons un peu en grec. Il nous dit la même chose que tous les autres à propos des jeunes qui sont sans espoir, sans perspective et doivent s'expatrier. Il nous dit aussi que les peuples grecs et français sont des peuples amis; ce que nous répète, un peu plus tard, le patron d'un magasin de cuirs, qui évoque Pierre de Coubertin. Il est vrai qu'en 1821, pendant et après la révolution grecque, la France a été un des rares appuis de la Grèce dénué d'arrières pensées, mais je ne suis pas sûr que ce soit le cas aujourd'hui, ou alors notre soutien est bien timide, malgré le fait que de nombreux touristes français visitent et aiment ce pays.

★ ★ ★

solifal

Soleil couchant sur le Golfe Pagasétique

★ ★ ★

Comment conclure cette succession d'images, d'impressions, de rencontres, d'émotions ? Tout nous semble très ambigu. D'un côté, la Grèce est éternelle: l'été, pour le touriste, rien ne paraît avoir changé: elle est toujours aussi belle, chaleureuse, accueillante. D'un autre côté, lorsque l'on parle avec les Grecs, on comprend que la situation est catastrophique. Trois millions de Grecs, presque un tiers de la population, vivent dans la misère, au dessous du seuil de pauvreté. Beaucoup d'entre eux n'ont aucune couverture sociale et pas d'argent pour acheter des médicaments. Mais je voudrais finir sur une note optimiste, une lueur d'espoir. Le peuple grec est un peuple fort qui a survécu à des situations tragiques comme la dictature et la guerre civile. A Lesbos où vit Elisavet, la soeur de notre ami Giannis, les habitants n'ont rien, mais ils accueillent et aident les réfugiés syriens: ils n'ont rien et pourtant ils donnent le peu qu'ils ont. Comme l'a dit un invité à une émission récente de LCP (Canal Sénat) sur la Grèce: aujourd'hui c'est la Grèce qui montre à l'Europe qu'elle est porteuse des vraies valeurs européennes: l'humanité et la solidarité.

★ ★ ★

English Version
Sorry, but this article being a bit too long and heavy, the English version will be given in the next message.